Energie libre

Swaruu et Yazhi

Swaruu parle ici de la manifestation de la matière et du fonctionnement de l’énergie libre, la signification de la géométrie sacrée, de la Terre plate, de l’échelle de Kardashov, de l’énergie nucléaire, de la façon dont la conscience génère la réalité, etc. C’est l’article fascinant pour tous ceux qui s’intéressent à la métaphysique plus profonde, la spiritualité, les mathématiques et la science. 

Nous remercions infiniment les TAYGETIENS pour leur dévouement à l’humanité. 

Nous remercions Cosmic Agency pour tout le travail qu’elle effectue afin que nous soyons informés ainsi que toute l’énergie et de toute la conviction qu’elle émane.

Nous remercions Espris libre pour toutes les videos mis à disposition

LA GUERRE N’EST PAS FINI MAIS UNE BATAILLE EST GAGNEE l

NOUS MOURRONS AVEC DE LA CONNAISSANCE ET NOUS REVIENDRONS SPECIALEMENT POUR GAGNER CETTE GUERRE…

L’énergie libre (du point zéro)

Swaruu :

« Une onde stationnaire est un modèle de vibration énergétique dans un milieu déterminé. La fréquence d’oscillation de sa source génératrice provoque le fait que ses ondes préalablement émises et qui ont été réfléchies vers elles-mêmes, interfèrent avec les ondes qui proviennent directement d’elle. Cette interférence se déroule de telle façon qu’elle génère des points spécifiques dans le milieu qui paraissent statiques, d’où l’origine de leur nom « ondes stationnaires ».

Le modèle de vibration nécessaire pour créer une onde stationnaire dans un milieu, nécessite des fréquences très spécifiques. Ces fréquences sont connues sous le nom de « fréquences harmoniques » ou « harmoniques d’une fréquence ». Ce sont des points de concentration énergétique en parfait équilibre avec le milieu.

Toute fréquence non harmonique, que ce soit dans les ondes émettrices (incidentes) ou dans les ondes réfléchies, produit une perturbation dans le modèle de l’onde stationnaire, créant une fréquence irrégulière et chaotique qui la dissout, faisant s’effondrer l’onde.

Il n’existe qu’une seule substance et elle existe en tant qu’onde qui se propage dans tout l’Univers. L’espace est un milieu ininterrompu et entrelacé de cette dite onde, qui se définit comme une énergie potentielle.

La matière se forme dans des ondes sphériques-toroïdales dans l’espace entrelacé, suivant des modèles mathématiques stables et spécifiques connus sous le nom de « géométrie sacrée ».

Les formes sphériques-toroïdales sont les points de concentration énergétique des ondes stationnaires, également connues en tant que « nodes » (nœuds ou points nexus).

La matière est composée d’une concentration d’ondes stationnaires sphériques-toroïdales qui forment ces points ou nodes, ainsi la matière est entièrement interconnectée.

Ces ondes vibrent et interagissent les unes avec les autres au sein de ce milieu interconnecté d’énergie potentielle.

Les modèles mathématiques stables connus en tant que géométrie sacrée sont ceux qui déterminent la concentration et la position des nodes ou ondes stationnaires qui, à leur tour, formeront la matière.

Ces modèles mathématiques en forme de géométrie sacrée sont imposés directement par l’attention d’une conscience, et c’est appliqué au milieu dans lequel les ondes se propagent (l’espace) comme une concentration énergétique provenant d’un autre milieu dans un plan supérieur (la conscience). Ce dernier est l’émetteur de l’onde qui se propage dans le milieu, ou énergie potentielle, à travers tout l’Univers, et celui-ci à son tour le forme.

Ce milieu ou énergie potentielle est « l’éther ».

Les motifs de géométrie sacrée, qui forment les ondes stationnaires et qui en retour donnent naissance à la matière, proviennent d’un plan supérieur, lui-même créé par un autre plan qui lui est supérieur, et ainsi de suite jusqu’à former le Tout ou la Source.

La géométrie sacrée de chaque plan est, progressivement et de façon exponentielle, de plus en plus complexe, intégrant toute l’information nécessaire pour former les plans inférieurs.

Les ondes, qui créent un être conscient, vibrent à l’intérieur de cette matrice d’énergie potentielle interconnectée et intriquée appelée éther. Votre esprit, vos perceptions, vos pensées, vos sentiments et émotions sont ces ondes et déterminent la fréquence de l’émission.

Ces ondes, changements et variations dans la fréquence de l’émission, sont en constante communication avec les autres ondes. Le mouvement et la fréquence d’oscillation à l’intérieur du milieu sont la résultante d’un point de focalisation de l’être conscient, et ils formeront la portion de l’espace que cet être pourra voir comme son monde extérieur. N’importe quelle attention et focalisation créative d’une conscience engendreront une forme.

Si plusieurs points d’émission, autrement dit plusieurs êtres conscients, ont la même concentration ou centre d’attention en un point donné, que cela existe déjà ou ne soit qu’une idée, l’émission d’ondes stationnaires créera une interférence constructive, renforçant les points ou nodes des ondes stationnaires au sein de cette soupe énergétique nommée éther, accélérant ainsi la formation d’une matière nouvelle, ceci par l’accumulation créative d’énergie dans un modèle commun spécifique.

De même, si plusieurs points d’émission ont le même objectif ou focalisent leur attention en un même point, mais qu’ils ont des intentions ou des sentiments divergents, cela provoquera une interférence destructrice.

Ceci s’applique aussi bien à la création de la matière qu’à l’apparition de situations ou d’événements, qui ne sont ni plus ni moins que des séquences animées de position de matière manifestée par la concentration d’une ou plusieurs consciences.

Le déroulement des événements, ou Temps, n’est qu’une fréquence émise à partir d’une conscience dans un champ éthérique.

Le point d’attention ou le point de concentration d’un être conscient est le résultat d’une communication entre toutes les ondes au sein du milieu ou éther. Celles-ci peuvent provenir de la même conscience, sous forme d’un reflet ou rebond, ou peuvent aussi provenir d’un ou plusieurs autres êtres conscients à l’intérieur ou à l’extérieur du même plan d’existence.

Ils formeront des modèles complexes de concentrations d’énergie, ou des modèles de nodes d’ondes stationnaires, interférences constructives aussi bien positives que négatives. Ces modèles énergétiques sont ce que les êtres conscients, à l’intérieur d’un même milieu, perçoivent comme le monde extérieur.

L’interaction entre les ondes à l’intérieur du milieu modifie sa fréquence et créé également de nouvelles ondes, c’est pourquoi le foyer ou point de concentration d’une conscience individuelle ou collective est le centre d’attraction dans lequel sera créée une concentration d’énergie ou un node d’onde stationnaire.

Cette concentration d’énergie ou node d’onde stationnaire dans le milieu éther, est la même qu’une particule subatomique qui, suivant les modèles établis par les points de focalisation de la conscience émettrice, formera petit à petit des structures énergétiques plus complexes.

En premier, des particules subatomiques, puis des atomes qui formeront des molécules complexes qui, à leur tour, formeront des éléments, des substances et des structures de matière, y compris l’ADN. Tout ceci en suivant les modèles mathématiques de la géométrie sacrée, sous forme de fréquence harmonique, imposée par la dynamique d’interaction entre les ondes et leurs fréquences dans le milieu ou éther, le tout émis par la focalisation d’une conscience en des points précis.

Toute matière en tant que telle, tout comme la séquence animée par une conscience, comporte de la géométrie sacrée à la base ou dans sa structure primitive. C’est ainsi car c’est la seule façon de créer de la matière, grâce à une harmonique d’une fréquence mathématique parfaite et indispensable pour maintenir les nodes ou points énergétiques des ondes stationnaires dans le milieu d’énergie potentielle appelé éther.

Toute fréquence qui ne répondrait pas à l’harmonique de géométrie sacrée, ferait s’effondrer l’onde stationnaire, dissolvant les nodes et, par là même, la matière.

Tout ce qu’un être conscient peut vivre, expérimenter, ressentir, penser, dire et faire, est expérimenté par tout le milieu entrelacé et relié d’énergie potentielle appelée éther et qui forme l’Univers.

Vos pensées provoquent une modification de fréquence, de mouvement et d’intensité dans les ondes que vous émettez. Vos ressentis modifient l’harmonique de la fréquence émise, modifiant ainsi votre structure énergétique mathématique.

La fréquence de l’onde sortante qu’émet un être conscient, est une forme de communication avec le champ ou le milieu dans lequel il se trouve. Ce qu’il émet sur l’onde sortante détermine quelle communication il recevra sur l’onde entrante.

Tout être en conscience détermine et contrôle la nature de la communication qu’il transmet et reçoit, selon sa dynamique et son flux personnel d’informations, selon son point de focalisation, la fréquence de sa pensée, ses idées et ses sentiments.

Toute les informations, dans ce milieu interconnecté et intriqué, sont partagées et ont une incidence sur tous les composants de ce milieu, en utilisant des fréquences d’ondes énergétiques qui interfèrent les unes avec les autres, toujours selon le principe des structures mathématiques de géométrie sacrée. C’est la définition du Tout, c’est le champ unifié, la Source, ou la connexion de toutes les consciences en un tout. C’est l’Univers lui-même. C’est la définition de chaque petite créature ayant une conscience. Un être avec une conscience est un node ou un point énergétique d’une onde stationnaire, et en même temps il est un fragment holographique du Tout et le Tout complet simultanément.

Tout être avec une conscience est l’Univers lui-même.

Les mathématiques des vortex contiennent toutes les formules qui contrôlent à la fois les mécanismes de manifestation et leurs fréquences particulières, ou harmoniques des fréquences, qui contrôlent toutes choses.

Le flux mathématique et énergétique qui forme une structure de flux toroïdal est à la base de la création de la matière et est aussi la clé de l’énergie du point zéro.

Il est aussi relié à la suite de Fibonacci. Il n’est pas nécessaire de rentrer dans les détails parce que vous pouvez trouver des infos en ligne.

Toutes les mathématiques d’un flux toroïdal sont régies selon ce principe qui est la relation et la séquence entre les chiffres 1, 2, 4, 8, 7, 5 et 3, 6, 9. Les rapports entre ces chiffres sont les suivants. Toute création de matière, prenons tout simplement comme exemple la division cellulaire, obéit à des schémas de duplication : 1 x 2 = 2, 2 x 2 = 4, 4 x 2 = 8…

Dans ce modèle de géométrie sacrée qui est la base du tore, les nombres se dupliquent comme suit : 1 x 2 = 2, 2 x 2 = 4, 4 x 2 = 8, 8 x 2 = 16, dans lequel 1 + 6 = 7, et maintenant 7 x 2 = 14 et 1 + 4 = 5, 5 x 2 = 10 et 1 + 0 = 1, suivant encore et encore le même schéma de flux mathématique énergétique 1, 2, 4, 8, 7, 5, nous avons le modèle de base ou moteur d’un tore dans une représentation simplifiée.

Les chiffres 1, 2, 4, 8, 7, 5 représentent le côté physique et les nombres 3, 6, 9 le côté éthérique, puisqu’ils obéissent à une autre séquence interconnectée qui est 1 + 2 = (3), 2 + 4 = (6), 4 + 8 = 12 et 1 +

2 = (3), 8 + 7 = 15 et 1 + 5 = (6), 7 + 5 = 12 et 1 + 2 = (3), 5 + 1 = (6).

Comme tu peux le constater les résultats seront alternativement 3 et 6, c’est la raison pour laquelle : 3 x

2 = (6), 6 x 2 = 12 et 1 + 2 = (3), 12 x 2 = 24 et 2 + 4 = (6), 24 x 2 = 48 et 4 + 8 = 12 et 1 + 2 = (3), 48 x 2 =

96 et 9 + 6 = 15 et 1 + 5 = (6), et ainsi indéfiniment avec un résultat qui alterne toujours entre 3 et 6.

Cet effet d’alternance se traduit également par l’inversion de la polarité électromagnétique à l’intérieur de la dynamique du flux d’énergie toroïdale.

Si l’on prend le chiffre 9, c’est le résultat de la somme de 3 et 6 ou de 6 plus 3, et il obéit à sa propre séquence à la fois isolée et omniprésente :

9 x 2 = 18 et 1 + 8 = (9), 18 x 2 = 36 et 3 + 6 = (9), 36 x 2 = 72 et 7 + 2 = (9), 72 x 2 = 144 et 1 + 4 + 4 = (9),

et ainsi de suite indéfiniment avec le même résultat qui est le nombre (9).

9 x 1 = (9), 9 x 2 = 18 et 1 + 8 = (9), 9 x 3 = 27 et 2 + 7 = (9), 9 x 4 = 36 et 3 + 6 = (9), 9 x 5 = 45 et 4 + 5 =

(9). C’est toujours le même résultat (9).

(Note ici la présence des nombres 72 et 144, qui sont toujours utilisés dans les sociétés secrètes par rapport au nombre de personnes élues ou spéciales, très souvent pour accomplir un travail en liaison avec la phrase “sauvez le monde”. Tous les deux, 72 et 144, tout comme 144000, donnent 9 par addition des chiffres, et c’est le nombre qui symbolise le Tout ou la Source. Sa forte connotation ésotérique est évidente).

La relation entre 3, 6 et 9 forme une trinité dans laquelle 3 et 6 s’opposent et où 9 est la combinaison

des deux en un tout. Remarque que je n’ai pas dit qu’il y avait équilibre, car il n’y en a pas. C’est la somme des deux dans leur ensemble. Le 9 symbolise également l’illumination, qui est la capacité à transcender la dualité.

Toutes les relations entre les chiffres 1, 2, 4, 8, 7, 5 donneront toujours (9), ainsi 1 + 2 + 4 + 8 + 7 + 5 = 27 et 2 + 7 font (9), exemple de base le plus probant.

Dans cette image (nous montrant le flux énergétique des chiffres 1, 2, 4, 8, 7, 5 et 3, 6, 9) on peut observer comment le flux énergétique à l’intérieur du tore provoque une dépolarisation du côté éthérique entre les pôles 3 et 6 chaque fois qu’il tourne d’un côté et de l’autre, le flux d’énergie 1, 2, 4, 8, 7, 5 change lui aussi sa polarité. Une polarité est dominée par 1, 2, 4 et l’autre par 8, 7, 5.

Au centre ou point (0) il y a libération d’énergie ou une dépolarisation d’énergie. D’où le nom « énergie du point zéro ». Le centre en jaune est le point zéro.

Toute création de matière est régie par ce principe mathématique de géométrie sacrée.

D’une particule subatomique jusqu’à la galaxie toute entière, tout est créé selon ce principe.

La division cellulaire obéit au même modèle mathématique de 1 x 2 = 2, 2 x 2 = 4, 4 x 2 = 8.

J’en profite pour expliquer que la théorie de la Terre plate n’a aucun sens car si tout ce que l’on connait sous forme de matière est basé sur les mathématiques du tore, comment la Terre aurait-elle pu se former si elle était plate ? Pourquoi serait-elle différente ?

Comme tout le reste, la Terre est un tore, comme toutes les autres planètes, elle a des ouvertures aux pôles, comme tous les tores. Mais elle n’est pas complètement creuse, elle a de larges cavités internes, la plupart étant alignées sur son flux énergétique initial.

 

La Terre ne peut pas être plate, tout simplement. Je pense que cette idée provient du gouvernement mondial pour manipuler et créer de la confusion chez les gens qui commencent à se poser des questions envers le dictat imposé. J’y vois une stratégie visant à discréditer l’existence de toute vie extraterrestre, car si la Terre est plate alors il n’y a pas « d’autres planètes » et on se réfère seulement au « phénomène ovni » comme quelque chose d’« interdimensionnel ».

Or, toute matière, grande ou petite, est formée avec la dynamique et les mathématiques de la géométrie sacrée du tore. Une telle théorie est un non sens.

Dans l’image (1, 2, 4, 8, 7, 5 et 3, 6, 9), le point où l’énergie est libérée est le centre d’énergie ou point zéro provoqué par la dépolarisation entre le champ 1, 2, 4, 8, 7, 5 et le champ 3 et 6, renforçant le point le plus élevé ou (9), qui est le node de l’onde stationnaire qui a été créée par l’énergie dynamique ci-dessous, et qui rejoint d’autres tores ou moteurs énergétiques pour créer des structures complexes, toujours selon l’harmonique de fréquence de la géométrie sacrée produite par la focalisation de conscience en un point donné.

Les tores s’additionnent formant ainsi d’autres structures complexes, comme la fleur de vie par exemple, et toujours selon le même modèle.

Les cycles avec lesquels l’énergie circule selon le modèle 1, 2, 4, 8, 7, 5, sont sa fréquence et elle se mesure en Hz (hertz). Le nombre moyen en Hz de révolutions à l’intérieur des systèmes toroïdaux qui composent la matière à n’importe quel niveau et dans le cosmologique, est aussi connu comme la résonance Schumann quand il s’agit d’une planète en particulier, et il est spécifique à chaque corps céleste ou position dans l’univers.

La vitesse ou fréquence des cycles en Hz de la matière, est en soi ce qui définit une densité ou un plan d’existence. Plus la fréquence énergétique en Hz est élevée, plus haute sera la densité d’existence, et comme je l’ai décrit plus haut, elle est directement et indissociablement liée à la conscience qui la génère.

On pourrait penser que cela n’arrive que d’une manière collective, surtout d’un point de vue planétaire, mais ce n’est pas le cas, car cela se produit soit collectivement, soit par l’addition de toutes les consciences. Mais cela se produit aussi individuellement, car chaque être conscient utilisant son propre point d’attention ou des filtres de focalisation, bloque toutes les fréquences qui ne sont pas dans son champ de visualisation, ceci amenant la création d’une réalité et d’un univers parallèle privé et propre à la personne.

Toute l’information et les principes de l’énergie du point zéro, ou énergie libre, sont connus sur Terre depuis l’époque de Nicolas Tesla. Et la seule raison pour laquelle ils ne sont pas accessibles gratuitement à l’Humanité, c’est la présence d’êtres très négatifs qui veulent continuer à l’exploiter.

Pour que la population puisse disposer de l’énergie libre, il faut éliminer les êtres négatifs, la Cabale et les Illuminatis qui contrôlent la planète, qui se sont accaparés la technologie et ont éliminé les scientifiques indépendants, ainsi que tous leurs travaux et découvertes.

Cela n’est pas nouveau pour vous et tout ce que je vous ai expliqué plus haut vous montre seulement dans les grandes lignes comment l’énergie du point zéro fonctionne.

Pour résumer : une structure énergétique dont le modèle géométrique et mathématique est correct, provoquera une dépolarisation énergétique du côté éthérique, libérant une grande quantité d’énergie libre.

Il y a une charge électrique avec un côté perçu comme physique et un autre éthérique. Quand les polarités et leurs charges ont des pôles opposés à l’intérieur d’une géométrie particulière, il se produit une décharge.

Dans le cas contraire, rien ne se produit car il n’y pas de point de dépolarisation. C’est comme, par exemple, quand un oiseau est perché sur un seul câble à haute tension, tant qu’il n’y a pas de point de dépolarisation, il n’arrive rien à l’oiseau. Mais s’il touche l’autre câble ou la terre, alors il lui arrivera quelque chose.

Ils n’intègrent pas l’idée de l’énergie du point zéro, car ce qu’ils perçoivent ou manipulent ne se trouve que d’un seul côté ou pôle.

Si on perfectionne cette technologie, on peut construire un ultra-super réacteur qui fournit de l’énergie abondante et inépuisable. On peut transmettre une fréquence particulière de dépolarisation du côté éthérique ou 3, 6, 9, ceci sans câble et à des distances phénoménales. Et un appareil équipé d’un récepteur réglé à la même fréquence provoquera une dépolarisation interne dans l’appareil, créant ainsi de l’énergie libre, propre, transmise sans câble, et qui fonctionnera de façon illimitée. Et comme cette transmission d’énergie puissante est du côté non matériel, il n’y a aucun danger.

Dans quasiment toutes les civilisations avancées ce type de transmission d’énergie est utilisée, et des systèmes tels que la fourniture de lumière, le fonctionnement interne de bâtiments, les industries et les véhicules planétaires fonctionnent avec cette technologie d’énergie illimitée.

Dans ma civilisation, presque tout se fait par voie aérienne à partir d’une technologie d’annulation et de manipulation de la gravité, dont je vous parlerai plus tard.

Malgré tout, nous utilisons toujours des véhicules à roues sur de courtes distances, car nous n’avons pas de réseau routier, seulement des trains de type Mag-Lev ou lévitation électromagnétique sans roues. Les petits véhicules à roue utilisés pour les petites distances ont des essieux magnétiques qui diminuent les frottements et fonctionnent avec une énergie électrique illimitée captée dans l’air, comme je vous l’ai décrit précédemment.

Sur Terre on vous dit que le pétrole est une énergie fossile d’origine organique et non renouvelable. C’est un gros mensonge. Le pétrole est un minéral produit par des interactions complexes de type thermomécaniques et chimiques à l’intérieur de la croûte terrestre. Il est auto-renouvelable. Un puit de pétrole peut s’assécher, il se remplira si on le laisse tout simplement reposer pendant une durée qui dépend de plusieurs facteurs, mais n’excédant pas quelques années. Le pétrole n’est pas limité, c’est encore une ruse pour exploiter la population.

L’énergie atomique est fortement toxique, ses radiations (ionisations) affectent plusieurs plans d’existence, sans parler des bombes. Les effets néfastes sont bien connus et le prix à payer est tout simplement inacceptable. Les effets sont néfastes et tous, même dans de bonnes conditions d’utilisation, émettent un grand nombre d’isotopes radioactifs hautement dangereux. Ils consomment d’énormes quantités d’eau et leur coût est très élevé.

Et comme si cela ne suffisait pas, au final la plupart des centrales atomiques consomment plus d’énergie, notamment électrique, qu’elles n’en produisent. C’est ce qui arrive quand elles fonctionnent toutes en même temps à certaines saisons.

La raison de l’existence des centrales nucléaires, malgré tous leurs désavantages, n’est pas la production d’énergie électrique mais l’effet d’ionisation lui-même. Le but est de terra-former la planète afin de répondre aux besoins des négatifs. Les radiations ionisantes affectent les fréquences hertziennes de la matière en les abaissant, et ainsi elles diminuent la vibration de la planète toute entière, la maintenant en 3D. La production d’électricité est tout simplement l’alibi pour implanter des centrales de terraformation.

Les accidents de Three Mile Island, Chernobyl, de la centrale nucléaire de Fukushima, et d’autres encore, ont été provoqués pour déverser des isotopes radioactifs afin d’affecter la Terre et ses habitants. Les centrales sont implantées sur des endroits stratégiques partout dans le monde, sur des lignes telluriques et des lieux énergétiques.

 

Les centrales atomiques ont aussi vocation à produire des matières nucléaires pour l’industrie, principalement des armes et pas seulement la fabrication de bombes. Et la plupart de celles qui sont fabriquées aujourd’hui sont de petite taille, de catégorie tactique, opposées à celles de catégorie stratégique, comme pourrait l’être le missile balistique de type intercontinental ou ICBMs. De la matière nucléaire est également utilisée pour la fabrication de munitions à énergie cinétique.

La Cabale ou les négatifs parlent aussi d’autres formes d’énergie comme la fusion de la matière et l’antimatière. On parle de l’élément Uup – 115, connu sous le nom de Moscovium ou Ununpentium, qui est le « carburant des ovnis ». Il est vrai que la Cabale et les négatifs ont fait des expériences avec ce matériau, mais la plupart des races stellaires avancées, si ce n’est la totalité, NE L’UTILISENT PAS.

Ce que les races avancées utilisent sont des réacteurs à cristaux de quartz, qui ne sont ni plus ni moins que d’énormes machines de dépolarisation éthérique. Ce sont des réacteurs d’énergie du point zéro. Ces réacteurs produisent d’abondantes quantités d’énergie qui dépassent de loin la consommation, sans avoir besoin de se recharger, avec l’avantage d’être propres et sans danger.

Je peux vous décrire ces réacteurs : ce sont de grandes sphères de titane remplies de cellules thermoélectriques très performantes, avec plusieurs tores concentriques, les uns dans les autres, formés de deux millions de micro cristaux de quartz, qui tournent et flottent dans un champ gravitationnel contrôlé par un ordinateur et sous vide.

Ces micros cristaux de quartz ont la forme de tétraèdres parfaits, ou merkabas, qui énergétiquement sont encore plus toroïdaux et maintiennent une fréquence de vibration constante.

L’ordinateur peut contrôler la position de chacun d’eux et les modifier avec des fréquences harmoniques spécifiques, qui sont déterminées par leur position géométrique à l’intérieur du tore du réacteur. Ces fréquences particulières peuvent être considérées comme de la musique.

Les tores concentriques, placés les uns à l’intérieur des autres comme des pelures d’oignon, créent un énorme champ magnétique qui amplifie l’effet de dépolarisation éthérique.

Ces petits tores en cristal de quartz s’allument comme de petits soleils produisant toute l’énergie nécessaire à un grand vaisseau. Ces soleils sont parfaitement stables et leur énergie varie en modifiant l’harmonique de la géométrie qui les contrôle, en manipulant la gravité du champ contrôlé par l’ordinateur. Ces réacteurs avancés à énergie du point zéro utilisent eux aussi les relations et interactions entre les chiffres 1, 2, 4, 8, 7, 5 et 3, 6, 9 que j’ai décrites plus haut, mais de façon plus poussée.

Sur de nombreux sites New Age, entre autres, on dit que les vaisseaux « pléiadiens » fonctionnent à l’énergie tirée du quartz. Comme tu peux le voir dans ma description, c’est proche de la réalité.

Echelle de Kardashev :

L’échelle de Nikolaï Kardashev (1964) est un système ou une méthode pour mesurer le degré d’évolution d’une civilisation basée exclusivement sur leur capacité à utiliser l’énergie qui les entoure. La Terre est une civilisation de type 0 avec un niveau de 0.73 sur cette échelle.

Cette échelle comporte 3 niveaux :

Civilisation de classe I : c’est celle qui a réussi à exploiter toute l’énergie de la planète.

Civilisation de classe II : c’est celle qui peut tirer profit et exploiter toute l’énergie de son étoile.

Civilisation de Classe III : celle qui peut exploiter toute l’énergie de sa galaxie.

Mon avis c’est que cette échelle n’a aucun sens, c’est encore l’exemple d’un matérialisme réducteur et déterministe. Elle reflète la pensée impérialiste des scientifiques humains. Vous n’avez pas besoin de maîtriser l’énergie d’une planète, encore moins celle d’un soleil ou de la galaxie.

Ma civilisation, comme beaucoup d’autres, n’utilise que l’énergie nécessaire à son activité et son développement sans démarche invasive, et toute l’énergie (à de rares exceptions) est basée sur la dépolarisation du point zéro. De ce fait, la grande majorité des civilisations positives ne rentreraient pas sur cette échelle. Nous n’avons pas besoin de tirer profit de toute l’énergie de nos planètes, encore moins de nos soleils ou de la galaxie.

Le développement spirituel et moral détourne les civilisations positives de tout besoin impérialiste invasif.

A propos de la méga structure détectée autour de l’étoile KIC 8462852 :

Les médias racontent que l’étoile a une énorme structure et que ce qui lui donne cette forme géométrique n’a pu être créée qu’artificiellement par une civilisation très avancée dans le but d’exploiter l’énergie de ce soleil.

Ce qui se trouve autour de l’étoile KIC 8462852 est une grande quantité de rochers qui, dans le passé, formaient une grande planète rocheuse. Elles gravitent autour de ce soleil mais en orbite stable. En étant très proches, elles se trouvent dans le champ électromagnétique, ou magnétosphère, de l’étoile qui, comme décrit plus haut, forme un tore énergétique.

Puisque les tores sont régis par des modèles mathématiques et que leur structure est donc autocomplète, la seule chose qui se passe ici c’est que les rochers qui forment cette structure suivent ou s’accordent à l’énergie gravitationnelle de la magnétosphère du dit soleil.

Ce n’est qu’un phénomène ou une structure naturelle. Des tas de rochers ! Et il y a beaucoup d’autres étoiles et planètes qui présentent ce phénomène, pas uniquement ce soleil. Aucune civilisation avancée n’a besoin de drainer ou d’exploiter l’énergie d’un soleil de cette façon, car elle a tout ce dont elle a besoin avec la dépolarisation éthérique ou point zéro.

Toute la technologie utilisant l’énergie libre est déjà sur Terre. Il suffit de la libérer.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.