Comment je gère ma réalité

Nous parlons un peu des vaccins, de la façon dont Yázhí fait ce qu’elle fait, et de la façon dont la réalité est vécue depuis le plan de l’au-delà.

Nous remercions infiniment les TAYGETIENS pour leur dévouement à l’humanité. 

Nous remercions Cosmic Agency , SPECIALEMENT GOSIA pour tout le travail qu’elle effectue afin que nous soyons informés ainsi que toute l’énergie et de toute la conviction qu’elle émane.

Nous remercions  Gérard Toussaint Ruffin, pour la traduction

LA GUERRE N’EST PAS FINI MAIS UNE BATAILLE EST GAGNEE l

NOUS MOURRONS AVEC DE LA CONNAISSANCE ET NOUS REVIENDRONS SPECIALEMENT POUR GAGNER CETTE GUERRE…

 
Comment je gère ma réalité – Yázhí Swaruu – Communication extraterrestre (Taygeta, Pléiades)

PREMIÈRE CHAT :

Gosia : Une question d’un suiveur : Si les vaccins sont la méthode de sortie des âmes en masse, seuls les endormis le prendront. La question exacte est la suivante : s’il s’agit d’une sortie en masse de cette matrice pour les personnes éveillées, pourquoi le vaccin, puisque seuls ceux qui dorment le prendraient ?

Yazhi

: C’est un point sur lequel je voulais faire un commentaire. Que les gens croient que je commence à écrire tout cela comme le font les humains, que je m’assois pour écrire, réfléchir et corriger et qu’une fois révisé, je vous le transmets, ce n’est pas le cas. C’est une information brute. C’est dangereux en soi parce qu’il pourrait en ressortir des contradictions apparentes, simplement parce que je n’ai pas suffisamment expliqué les choses. Bien souvent, il s’agit d’informations brutes sans censure ni révision, ou autre chose de ce genre.

Ok, donc les vaccins : tout le monde sera forcé de prendre le vaccin, mais les dormeurs le prendront en premier, parce qu’ils le demandent même. Les éveillés, seuls certains le prendront, cela dépend d’eux. D’autres résisteront jusqu’au dernier moment ou jamais, malgré les sanctions prises à leur encontre. Mais toutes les personnes vaccinées ou nouvellement vaccinées ne mourront pas tout de suite. La Cabale n’est pas si stupide.

Il y aura des effets négatifs graves, et pour cela, ils ont déjà un argument en place, selon lequel s’ils meurent ou tombent vraiment malades à cause du vaccin, c’est la faute du virus. Et cela justifie d’autres vaccinations. Et ils ont également pris des mesures juridiques pour que les entreprises pharmaceutiques ne puissent pas être poursuivies. Donc, en parlant de départs massifs d’âmes, ce n’est pas noir sur blanc. Mais globalement, plusieurs centaines de milliers d’âmes partiront pour cette raison. C’est ce que l’on peut considérer comme l’accord de sortie.

Mais il est très difficile, voire impossible, de déterminer qui elles seront exactement, car cela est dû à un certain nombre de facteurs. Toutefois, on peut affirmer sans risque de se tromper que la plupart des âmes endormies sortiront car elles seront les premières à prendre le vaccin sans aucune résistance.

Gosia

: Je pensais que les sorties en masse étaient réservées aux personnes éveillées. Mais bon, je comprends que ce n’est pas si noir ou blanc. Mais les dormeurs qui prendront ces vaccins sont ceux qui veulent être ici. En 3D. Ils ne connaissent même pas les autres mondes. Vont-ils aussi quitter la Terre ?

Yazhi

: Encore une fois, quand ils meurent, ils ne quittent pas la matrice, ils vont seulement dans l’antichambre des incarnations. En d’autres termes, ils ne sont pas en dehors de la matrice parce que leurs propres pensées sont la matrice.

Cependant, il y a un certain nombre de personnes éveillées qui vont aussi mourir, et cela dépendra d’eux et de leur niveau de conscience, s’ils se réincarnent ou s’ils retournent chez eux ou ailleurs.

Gosia : Et après avoir été dans cette antichambre… où vont-ils aller ? Reviendront-ils sur Terre ? S’ils ne connaissent pas d’autres mondes ? Je veux dire ceux qui dorment. Si le pire se produit, il n’y aura plus de Terre comme avant pour y retourner. S’incarneront-ils dans des humains transhumanistes ?

Yazhi

: C’est hors de ma portée pour savoir ce que feront tous ces morts endormis. Des milliers, des centaines de milliers d’endormis continueront à accepter la nouvelle situation. Ils iront dans les nouvelles villes et ils seront les nouveaux esclaves, la nouvelle race adamique.

DEUXIÈME CHAT :

Yazhi : A propos de ce que je peux faire, de ce que j’ai décrit hier. Parce que je ne veux pas de mauvaises interprétations. Je peux changer ma forme en n’importe quoi, même devenir un aigle, ou une belette. Je peux changer la forme de mon corps, me faire pousser plus de doigts, ou tout ce qui me vient à l’esprit. Je peux voler dans les airs, ou marcher sur l’eau, oui, vous pouvez… MAIS… et voici la clarification. C’est dans mon monde, dans MA perception de la réalité. Parce que cela vient de MON esprit.

Quand je deviens une « fouine » pour reprendre cet exemple, si vous étiez à côté de moi, vous verriez seulement que je ne suis pas là. Ce qu’Anéeka décrit, c’est que vous vous retournez et vous ne savez pas où je suis allée. Ou quand je vole dans les airs comme une « supergirl ». Ils ne peuvent pas me voir non plus. Parce que c’est hors de leur densité ; la densité de ceux qui m’observent.

Donc, ce n’est pas comme si je pouvais faire ces choses comme des tours de magie, ou être « transformeuse » comme certains reptiliens le disent. C’est différent. Je gère ma perception de la réalité dans l’astral, mais du point de votre attention ou des Taygétains, je ne suis tout simplement pas là.

Ou, ce que je peux faire, bien que je ne puisse pas le corroborer par moi-même, je soupçonne seulement, que parfois, lorsque je vole, ou que je deviens une « belette », ils ne me verront que comme endormie. Donc, je peux et je ne peux pas. Cela dépend de la lentille à travers laquelle vous le voyez.

Mais pour ma conscience, tout ce que j’imagine est. Et je le vis. Mais c’est quelque chose qui pourrait être interprété comme une gestion astrale ou un voyage astral. C’est ce que font beaucoup de gens. Ce qu’ils perçoivent comme étant ce que je fais, c’est que je disparais. Comme c’est logique, cela se verrait. Le navire le fait aussi de la même manière, comme tous les navires « OVNI ». Cela est déjà connu. Mais je ne pourrais pas, par exemple, faire une démonstration de devenir un aigle ou une belette, comme « Nahual ». Parce que c’est hors de ma portée, car cela fait partie de la perception de la réalité et de la gamme de fréquences des autres personnes. Cela dépend d’eux, pas de moi.

Ce que je peux faire, et ce depuis au moins l’époque de Swaruu 9, c’est imposer avec une télépathie agressive une perception à une autre personne ou à un groupe de personnes. C’est ce que font les reptiliens. Cette histoire de « métamorphoseurs » ne m’a jamais vraiment convaincu. Je suis sûre qu’ils jouent avec l’esprit de ceux qui les entourent. Je sais comment le faire. Mais ce n’est pas qu’ils changent quoi que ce soit. Bien qu’il y ait des animaux qui le font, comme les poulpes.

Donc, pour mon expérience, c’est ma réalité. Cela va au-delà du mimétisme, parce que le poulpe change de forme entièrement. Ce que je décris, c’est ce que je peux faire selon ma perception. La façon dont je fais l’expérience de ce qu’est la réalité change. L’astral devient le même que le temps de veille, parce que c’est la même chose, ce n’est que de la perception.

Avec ce que je viens de décrire, je pense avoir enlevé un peu de cette teinte exagérée, de la façon dont vous pouviez voir ou interpréter cela. Mais pour moi, et d’après mon expérience, ce que je vis n’a pas d’importance. C’est ma réalité. Et en disparaissant devant les gens, je sais que cela suffit à ébranler leur perception du possible et de l’impossible. Ce que je fais quand je suis déjà là-dehors, disparue, c’est déjà ce que je décris ci-dessus. Mais ils ne peuvent même pas me voir disparaître. Ce qui se passe toujours dans la perception des autres, c’est que je suis là, ils « se sont laissés distraire » et je suis partie.

C’est intéressant parce que je n’arrive même pas à faire en sorte qu’ils me voient disparaître. Je pense que cela dépend de l’autre personne. Ils devraient au moins cligner des yeux. Ils ne peuvent pas me voir passer à travers un mur. Au contraire, tout d’un coup, je ne suis plus là, mais de l’autre côté. Je voulais juste expliquer cela.

On peut dire que je l’ai « imaginé ». Bien sûr ! C’est juste que, comme je gère mon « voyage astral » déjà complètement, ce que j’imagine devient ma réalité dans mon « rêve » comme beaucoup l’interprètent. Mais c’est encore le problème, rien n’est scientifiquement vérifiable. Jamais, pas avec ce genre de choses. Mais pour moi, c’est ma réalité. Ce que je vis et ce qui me définit.

Et ce n’est pas comme si je passais mon temps à être une fouine. Je prends seulement cela comme exemple que tout est possible. Je passe plutôt mon temps sans la perception du corps, ou avec ce même corps mais sur un autre plan. Et dans cet état, je ne peux pas seulement regarder devant moi, je peux regarder à 360° et, dans toutes les directions, simultanément. Mais tant que je suis dans cet état…comme je le suis maintenant, dans le « physique », je ne peux que voir devant moi comme n’importe qui d’autre.

Juste que je peux y entrer et en sortir à volonté, j’y vis plus, qu’ « ici ».

Gosia

: Mais d’abord on va te voir, puis tu disparais et, à ta place, apparaît la fouine ?

Yazhi

: Non, Gosia, tant que je suis une fouine, tu ne peux pas me voir, car la fouine que je suis n’existe que dans les plans très élevés, dans l’astral. Tu ne peux pas, parce que cela ne dépend pas de moi, cela dépend de toi. Elle est hors de votre monde et de sa densité. Mais pour ma réalité, elle est aussi réelle que d’être éveillée comme je le suis maintenant. Les chamans et les mystiques ont fait cela sur Terre. Ou avec des substances (que je ne recommande pas).

Mais je le fais avec mon esprit et ma volonté. Juste moi, avec rien d’autre. Mais cela m’a fait comprendre que CELA EST la réalité, pour moi. Mais c’est d’autres densités.

Robert

: C’est ce qu’on appelle… la manipulation de la matière, avec la conscience de l’esprit ?

Yazhi

: Oui, mais votre matière, celle des autres serait une imposition. Mais il n’y a pas de matière. La soi-disant matière n’est qu’une idée, une perception. Mais puisque c’est ainsi, je ne peux contrôler que MA perception de la matière. Pas la vôtre (sauf avec une télépathie agressive).

Robert

: Seule votre matière… Indépendamment des accords de perception qu’ont les autres consciences… Sans qu’aucune autorité ne vous dicte quoi que ce soit.

Yazhi : Oui, parce que mes accords sur le possible et le non possible sont différents de ceux des autres. Par exemple, ils ne pourraient pas m’enfermer dans une cage. parce que je serais parti et c’est tout. Je n’appartiens pas à votre réalité… Seulement avec la partie que nous partageons.

TROISIÈME DISCUSSION :

: Quand vous quittez la Terre… « désincarné – mort », vous apparaissez automatiquement quelque part en fonction de votre fréquence, n’est-ce pas ?

Robert

Yazhi : On ne se perd jamais, c’est du folklore à la noix. Vous allez dans l’au-delà pour vous reposer et ensuite vous allez n’importe où selon votre fréquence. Et votre fréquence est ce que vous pensez et pouvez percevoir selon votre niveau de conscience.

Robert

: Oui. Mais comment, par exemple, je trouve Taygeta ? Parmi tant de vie infinie. Ce sera le chaos. Votre moi supérieur sortira-t-il pour vous guider ?

Gosia

: Tu penseras TAYGETA. Et là, ton souhait t’emportera.

Robert

: Allez-vous vous fondre dans votre moi supérieur ?

Gosia

Yazhi.

: Vous en sortirez. Vous aussi. Vous êtes votre moi supérieur. Si je me trompe, corrigez-moi

Robert

: Mais où allez-vous ?

Gosia : Vous êtes l’Esprit, et dans cet esprit que vous êtes, vous avez tout à votre portée. Les idées. Les désirs, etc. C’est juste une question de concentration.

Yazhi

: Oui, Gosia, c’est exact. Mais Taygeta n’est pas le seul endroit « sympa » où s’incarner, loin de là. Donc, il n’y a pas beaucoup à craindre de se perdre.

Robert

: Et comment s’incarner dans un corps ?

Yazhi

: En laissant de côté des choses comme « entrer » et ainsi de suite, qui se produisent parce que vous êtes énergétiquement, ou en fréquence, en accord avec ce corps particulier, mais il n’est pas le vôtre dès le départ. Vous n’entrez pas vraiment dans votre corps. Vous le générez, c’est votre manifestation, c’est une idée que vous vous tenez comme vous êtes, ou comme vous devriez être dans cette densité où se trouve le corps. Mais il n’y a pas de corps. Comme il n’y a pas de cuillère. Vous êtes une idée que vous vous tenez vous-même.

Robert

: Je comprends, merci.

Gosia

in ».

: Vous pensez, et vous êtes. Le corps. Il n’y a pas d’ « entrée ». A part des idées comme « walk-in »

Yazhi

: Oui, mais même ce « walk-in » n’est valable que d’un point de vue 3D ou 5D. Parce que de votre point de vue en tant qu’âme, vous n’avez fait qu’engendrer le fait d’avoir, ou d’être cette expérience et c’est le reflet de vos idées.

 

Gosia

: Je comprends. Je me souviens d’une fois… J’étais dans le monde éthérique, il y a longtemps, ce n’était pas un rêve. Et je me souviens que j’étais en pure conscience, et j’ai pensé MAIN… et là ma main est apparue. Juste à cause de la pensée : MAIN. Elle m’est apparue. J’étais l’idée, et j’étais la main en même temps. C’était instantané.

Yazhi

: Le rêve ou les rêves ne sont que le monde éthérique contaminé par les croyances de la 3D, l’esprit et l’inconscient programmé de la personne.

Gosia

: Mais que serait le monde éthérique SANS les idées de la 3D et de la 5D ? Pas d’idées de mains, de chaises, etc. N’y aurait-il pas d’idées ? Ou plutôt, y aurait-il des idées mais pas si concrètes ?

Yazhi

: C’est là que vous le voyez et que vous le percevez comme la réalité perceptive de votre âme. C’est de là que vient tout ce que vous êtes et générez, comme votre propre miroir. Ce que beaucoup appellent le vrai monde réel. Il n’est retenu dans les rêves que par les croyances limitatives de la 3D.

Vous demandez, Gosia, s’il n’y aurait pas d’idées. Dans le monde éthérique supérieur, il n’y a pas de différence entre l’idée et la réalité. Vous vivez vos idées. C’est la vie. Penser, c’est vivre ce qui est pensé simultanément. Ce qui revient à être tout à volonté. La vie et la puissance des Dieux.

Gosia : Oui, je demande parce que ça m’a toujours dérangé d’être ici « forcée » de voir « des mains, des chaises », etc. Comme si c’était la seule façon pour eux d’exister. J’ai toujours su que je ne voyais que quelques miroirs. Que dans le monde éthérique, j’interagis avec ces idées d’une autre manière. Pas si tangible. Pas si manifestées. Qu’elles le sont simplement. Et que vous les ressentez différemment.

Yazhi

: Il est programmé dans votre inconscient comment interpréter cette accumulation d’énergie potentielle, que vous appelez une chaise.

Gosia

: Exactement. Mais est-ce que cette programmation se fait dans mon corps ? Et où sinon ? Est-il programmé à partir des plans éthériques ?

Yazhi

: Dans les mondes éthériques supérieurs, vous n’avez pas d’inconscient, vous êtes tout simplement, alors vous pouvez interpréter la chaise comme vous voulez, ou arrêter d’interpréter la chaise.

Gosia

: Donc, cette interprétation des chaises… cette programmation dans l’inconscient, c’est seulement dans les plans 5D et en dessous, oui ? Au-dessus, puis-je interpréter une chaise comme un arbre ?

Yazhi

: C’est pour cela que beaucoup ne me comprennent pas. Parce que je ne vois pas les choses sous un seul angle. Je peux changer de « chaise » si je le souhaite, selon les besoins, dans mon processus d’essai de compréhension des autres et de leurs pensées linéaires unidimensionnelles. Je peux fusionner l’arbre avec la chaise. Vous n’avez pas de limites.

Gosia : C’est ce qui me manque. J’ai l’impression de l’avoir déjà vécu. C’est pourquoi cette interprétation, ici si linéaire et programmée, me dérange parfois.

Yazhi

: C’est pourquoi… Je ne vois pas de lignes temporelles différentes. Je suis incomprise. C’est juste que mon esprit en voit beaucoup, je ne sais pas combien, je ne peux pas savoir combien, mais je sais qu’il y en a beaucoup, beaucoup. C’est MA ligne temporelle, ce que je vois. Mais simultanément, je peux voir les sous-lignes, faute de meilleurs mots, les isoler dans ma perception car on ne voit que la branche de l’arbre et non l’arbre entier auquel il appartient. Je vois comment toutes les branches interfèrent et s’interconnectent les unes avec les autres. Formant une seule chose, l’arbre, ou ma ligne temporelle perceptible de mon point de vue. Cette ligne comprend, ou est constituée de milliers de lignes de perception isolées, dont certaines en 3D. Mais pas seulement la 3D.

Donc, je ne saute pas les lignes en regardant une par une. Je vois plutôt l’ensemble et, de cette position, je concentre mon attention sur celles qui attirent le plus mon attention. Ou je peux aussi sauter une par une à volonté. Parce que ce que j’imagine est… pour moi. Tout ce que j’imagine se réalise. Mais pour moi.

Et j’essaie de venir avec des mots pour dire ce que je vois et comprends en étant « vous », l’humanité. Être utile dans quelque chose. De cette position d’humanité dans le besoin. Je fais ce que je peux. Avec ce que j’ai. Je suis la fouine… Mais il n’y a que moi qui puisse voir la fouine…

Robert : Mais les lignes que vous voyez… seraient-elles seulement les vôtres ? Ou est-ce que tu peux voir une moyenne des nôtres ?

Yazhi

: C’est juste qu’elles ne sont pas seulement les miennes, mais je deviens « toi » parce qu’en soi, à partir d’une densité au-dessus de toi, tu es la somme d’autres consciences. Vos lignes sont aussi les miennes, celles des zombies endormis aussi. C’est pour cela que je les vois. Parce que je peux accélérer le temps, le contracter… voir en avant ou en arrière. Voir comment elles se croisent, comment elles s’influencent les unes les autres. Je vois et je reviens. Sans vaisseaux. Seulement avec l’esprit.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.