Implants éthérique, plan de vie, libre arbitre

Yazhi nous explique comment notre vie est réellement planifiée et la mesure dans laquelle nous la créons au fur et à mesure.

Nous remercions infiniment les TAYGETIENS pour leur dévouement à l’humanité. 

Nous remercions Cosmic Agency , SPECIALEMENT GOSIA pour tout le travail qu’elle effectue afin que nous soyons informés ainsi que toute l’énergie et de toute la conviction qu’elle émane.

Nous remercions  Gérard Toussaint Ruffin, pour la traduction

LA GUERRE N’EST PAS FINI MAIS UNE BATAILLE EST GAGNEE l

NOUS MOURRONS AVEC DE LA CONNAISSANCE ET NOUS REVIENDRONS SPECIALEMENT POUR GAGNER CETTE GUERRE…

Implants de mémoire éthérique, plan de vie, libre arbitre –  (Yazhi)
1er Chat

Yazhi : La Terre est une simulation.

Gosia: Tout n’est pas que simulation, non ?

Yazhi : L’expérience ne l’est pas. Tout le reste l’est. Rien n’existe. Seulement si vous voulez que ce soit réel, d’ici, de l’autre côté, ce n’est pas réel. La réalité est relative.

Gosia :: Qu’entendez-vous par « rien » ? Nous avons dit que sur Terre, la nature lointaine existe par exemple.

Yazhi: Pas de Terre, pas de Temmer, pas d’Erra, pas de Cyndriel, pas d’Avalon. Tout cela est une idée mentale. La matière n’existe pas du tout. Seulement l’esprit et la conscience. Vous vivez un rêve.

Gosia: Ah, vous parlez de ce niveau. Ne mélangez pas, haha ! Nous parlons de simulation artificielle. Pas une simulation mentale.

Yazhi : Je vois une seule et même chose, juste un autre niveau. Je vois la Terre et tout ce qui s’y trouve aussi faux qu’Erra ou Cyndriel. Mais les gens s’attardent et se perdent dans des détails insignifiants, comme la matrice lunaire et des choses qui sont vraiment sans importance.

Ma sœur, j’ai des nouvelles pour toi. Tout cela, c’est le point de vue Taygétain et il est valable, mais pas plus valable que celui de n’importe qui d’autre !

Tout est mental et fait partie du même jeu de simulation, une simulation faite avec l’esprit, pas avec la machine. La matrice lunaire et les ordinateurs holographiques qui y insèrent des bâtiments constituent une partie insignifiante de l’ensemble.

Gosia: Mais s’il n’y a pas de réalité objective et que tout est mon esprit, pourquoi y a-t-il des règles en place, par exemple, que je n’ai pas inventées ? Comme le fait que tu ne puisses pas venir nous voir.

Yazhi: Les règles sont là pour conserver l’expérience que chaque âme veut, pour conserver la leçon de vie. Des règles que vous avez inventées, sinon vous ne seriez pas là.

Gosia : Oui, je pense que je le ressens intuitivement de cette façon, qu’en fin de compte, tout est mental, simulation, rien d’objectif en dehors de cet ultime esprit créatif. Mais ensuite, sur le « niveau » des simulations créées, il y a « règles » pour garder les parties en mode jeu. N’est-ce pas ?

Yazhi : Oui, exactement, dans les niveaux inférieurs. Mais si votre esprit grandit suffisamment, se développe, alors vous faites partie d’un autre système, ou vous vous trouvez au-dessus du système, donc vous pouvez commencer à interagir d’une autre manière, avec ce que vous appelez d’autres densités et les gens qui s’y trouvent.

Vous voulez que les Taygétains descendent vous rendre visite mais tout cela serait l’équivalent d’un joueur de football qui voudrait jouer avec ses mains, et pas seulement avec ses pieds, en trichant !

Gosia: Oui, il semble que tant que je perçois l’état inférieur du jeu, je ne pourrai pas changer certaines règles. Donc, de la partie inférieure du jeu, je suis en train de jouer l’illusion du jeu de la réalité objective. C’est le but du jeu, n’est-ce pas ?

Yazhi: Le jeu est basé sur ce que vous apprenez de l’expérience.

Gosia: Oui. Et à propos de ce joueur de football, qui a inventé cette règle de joueur de football ? MOI. ESPRIT. Je devrais donc pouvoir changer cette règle. Le fait que je ne puisse pas signifie que le jeu est si bien planifié, qu’il me donne l’illusion de la réalité objective alors.

Yazhi: Vous devez sortir du jeu pour changer les règles. Ou apprendre à contrôler tout ce qui se forme à l’intérieur. Et oui, je sais que c’est convaincant, très détaillé jusqu’au moindre grain de terre sur la route, ou chaque graine de pissenlit ! Mais oui, vous changez vos règles.

Gosia: C’est très convaincant ! Mais surtout, quand il s’agit de « règles » qui n’ont apparemment rien à voir avec moi, comme vos règles de visite. Cela fait définitivement croire qu’il y a une réalité objective, du moins vue du niveau inférieur. C’est compliqué.

Yazhi: Mais elles ont beaucoup à voir avec vous.

Gosia : Oui, je sais. J’ai mis le mot « apparemment » n’ayant rien à voir avec moi. Rien à voir avec moi, je veux dire, je n’ai pas créé ces règles, du moins pas au niveau inférieur.

Yazhi : Vous les avez acceptées.

Gosia : Au niveau supérieur. Mais d’ici-bas, tout cela fait croire qu’il y a une réalité objective. C’est ce que je veux dire. Je n’avais pas le choix, au niveau inférieur. Au niveau supérieur, je peux tous vous faire disparaître demain, ou faire ce que je veux, je le sais, haha !

Yazhi: Si ça peut aider… Je ne vois plus aucune réalité objective.

Gosia: C’est plus facile pour vous. Vous pouvez traverser les murs. Voir à travers les illusions. Vous souvenir des choses.

Yazhi: Il n’y a pas de murs. Tout est un « rêve ».

Gosia: Mais je me heurte toujours à ces murs inexistants. Je ne me souviens même pas de ma maison à Taygeta. Rien de tout cela. Tout ce que j’ai, c’est mon essence. Ça, je le ressens. Et je sais que c’est illimité.

Yazhi: Et ça l’est. C’est la seule chose vraiment importante à savoir.

Gosia : Oui. C’est pourquoi, en fin de compte, je ne suis pas concernée. De ne pas me souvenir par exemple.

Yazhi : C’est l’une des choses les plus importantes que j’ai essayé d’expliquer. Qui vous étiez n’est pas important, et tout ce qui est important de qui vous étiez, vous l’êtes toujours. Ce qui est important, c’est qui vous êtes et qui vous serez. Donc pas besoin de chercher la véritable identité de quelqu’un, il n’y a pas de véritable identité et qui était quelqu’un n’est pas important.

Ce qui n’est pas sans importance, c’est qui ils sont, qui ils veulent être et qui ils seront. Votre identité sur Terre en tant que Gosia, est aussi insignifiante et fausse que celle de votre étoile.

Gosia: Je comprends. Cependant, comme vous l’avez dit précédemment, l’âme est construite, et elle est construite sur des expériences, donc comprendre certaines de ces expériences « antérieures » serait bien… cela vous fait mieux comprendre vous-même, et pourquoi vous êtes comme vous êtes.

C’est certainement ce que m’a apporté l’apprentissage de mon identité Taygétaine. Je comprends mieux pourquoi je suis comme je suis, en comprenant mes expériences et mes « racines » pour ainsi dire, que j’avais auparavant. Bien qu’elles ne soient pas vraiment mes racines non plus. Juste plus d’expériences.

Yazhi: Ce qui rend les choses encore plus compliquées, c’est que beaucoup d’expériences et de souvenirs sont implantés et vous ne les avez jamais vécus.

Gosia : Oui, mais ils ont été implantés ici en 3D non ? En dehors de la Terre, non ?

Yazhi : N’importe où.

Gosia : Je parle d’une implantation artificielle. Comme dans les graines d’étoiles (starseeds) immergées.

Yazhi : Ce qui compte, c’est l’expérience. C’est la réalité. Et à peu près tout est implanté de n’importe quelle façon. Là, et en 5D. J’essaie de réduire l’importance des implants artificiels, la réalité elle-même est artificielle, alors quelle est la différence ? !

Gosia : Comment implantez-vous des souvenirs en 5D ? Et pourquoi ? Dites-vous que vous avez atteint le niveau à partir duquel vous comprenez que TOUTE la réalité physique est implantée par un architecte ultime, nous, au-delà du niveau 5D ? Je le savais, haha.

Yazhi : C’est fait avec la conscience seule, par l’utilisateur, chaque âme, à un niveau éthérique avant de s’incarner. Et par l’interaction avec d’autres versions de chaque personne, ou âme, comme dans l’interaction avec leur moi supérieur. Sur Terre aussi. Et puis cela est piraté par des machines à fréquences, des ordinateurs holographiques, mais là encore, ils peuvent faire la même chose en 5D aussi. En 5D, vous savez qu’il existe des jeux en immersion totale, indissociables de la « réalité ». Qu’est-ce qui vous fait penser qu’ils ne servent qu’à divertir ?

Gosia : Non, je sais qu’ils sont utilisés pour d’autres choses aussi. Mais les implants éthériques ? Au niveau éthérique, avant de s’incarner, on implante des souvenirs ? Pour quoi faire ?

Yazhi : Pour avoir un cadre de base de connaissance, afin de pouvoir avoir l’expérience souhaitée. Par exemple, en tant qu’humain pour la première fois, ils ont besoin de la mémoire d’autres personnes qui ont été sur Terre avant eux, pour savoir comment interpréter les choses, réagir et ainsi de suite. Voyez cela comme un échafaudage pour soutenir les expériences que chaque âme veut vivre.

Gosia : Mais vous voulez dire qu’il est implanté ETHERIQUEMENT ? Entre les incarnations ? Comment puis-je m’implanter sans ordinateur ?

Yazhi : Avec l’intention, avec l’imagination, en étant énergétiquement et fréquemment compatible avec ces expériences de base.

 

Gosia : Saint Mère ! Je savais que je ne savais rien encore !

Yazhi : Par exemple, imaginer que vous êtes Napoléon, si c’est pertinent, et rechercher tout ce qui le concerne, afin que ces souvenirs imaginaires de base servent de cadre à ceux que vous aurez.

Gosia : C’est pourquoi nous avons tant de Napoléon comme expérience de vie passée haha. Une âme narcissique qui s’est implantée elle-même !

Yazhi : Aussi, ces souvenirs qui sont implantés ne sont pas si faux que ça, parce que comme vous êtes compatibles dans l’intention, la fréquence (l’intérêt peut-être), alors vous exploitez (canalisez) les expériences de Napoléon, ou de qui que ce soit, parce que tout se passe en même temps, car il n’y a pas de temps. Cela signifie que, si votre âme est compatible avec Napoléon en termes de fréquence, alors vous êtes Napoléon.

Et si quelqu’un d’autre, une autre âme est également compatible avec Napoléon, il sera également Napoléon, ayant cela en commun avec vous ! Ainsi, dans un royaume supérieur, tout est connecté, tout est mélangé comme un tout, sans frontières claires entre ce qui est quoi et qui est qui. Nous sommes vraiment tous unis.

Gosia : Est-ce que cela ressemble aux Annales Akashiques ?

Yazhi : Dans un sens, oui, mais je n’ai jamais cru en ces disques akashiques. Je pense que c’est une façon limitée d’exprimer, ou de comprendre, quelque chose de beaucoup plus complexe. C’est plutôt une façon d’exploiter ce qu’on appelle le « champ » [quantique], où vous canalisez tout ce qui est compatible avec vous. Vous choisissez ce qui vous est compatible en ajustant conformément votre fréquence, à volonté.

Gosia: Mais, si la mémoire peut être, et peut égaler l’expérience, alors pourquoi avoir encore des expériences ? Il suffit de télécharger et d’implanter des choses en soi, et c’est tout ? Les souvenirs des expériences sont-ils égaux aux expériences ?

Yazhi: Oui.

Gosia : Alors pourquoi avoir des expériences ?

Yazhi: Parce qu’elles deviennent et génèrent des souvenirs qui sont ensuite implantés dans d’autres âmes. Mais « implanté » n’est qu’une façon limitée de formuler cela.

 
2ème Chat

Gosia : Retournons aux souvenirs implantés. Quelque chose que nous avons terminé hier. Vous avez dit quelque chose d’intéressant à la fin. J’ai demandé : « alors quelle est la différence entre s’asseoir sur le canapé et s’implanter des souvenirs, et avoir réellement des expériences ? »

Et vous avez dit que c’est nécessaire pour continuer à remplir la « réserve des expériences » (mes mots) pour que d’autres âmes puissent ensuite jouer avec – s’en implanter. J’aimerais que vous m’expliquiez la différence entre une expérience réelle, et une expérience implantée.

Yazhi : Il n’y a pas de différence, si les souvenirs que vous implantez sont suffisamment complexes et significatifs. Pour l’expérimentateur, il n’y a pas de différence.

Gosia : Mais vous avez dit que l’âme grandit avec les expériences. Donc elle grandit même avec de fausses expériences ? Des souvenirs implantés ?

Yazhi : À part l’explication simpliste, que vous avez vécu une chose, et pas l’autre, je ne vois pas de différence. MAIS, le problème, c’est qu’au moment où vous implantez quelque chose, une séquence d’événements, l’implantation elle-même devient, ou sera l’équivalent d’avoir vécu cette chose. Parce qu’elle (l’implantation) comporte une séquence d’événements réglée sur la perception du temps. Par conséquent, cela équivaut, en soi, à vivre la chose !

C’est pourquoi je dis que je ne vois pas de différence. C’est une expérience que détient quelqu’un. Et c’est la partie qui compte. Si vous avez quelqu’un sur le canapé, que vous y allez par n’importe quel moyen et vous lui implantez une mémoire, il faut une séquence à travers le temps. Et ce serait exactement la même chose que de le vivre, pour l’expérimentateur sur le canapé. Donc pour l’expérimentateur, implanter un souvenir ou le vivre, c’est la même chose.

Gosia : Ok, alors pourquoi tous les ETs ne le font pas ? S’asseoir sur le canapé et s’implanter des trucs ? Je dis que les ETs, comme ici, n’ont pas cette technologie (et je ne parle pas pour l’instant d’implantations éthériques entre deux vies). Pourquoi vivre la vie alors ?

Yazhi : C’est ce qu’ils font ! Et beaucoup ! Ils font des immersions tout le temps.

Gosia : Mais ce n’est pas la même chose. Parce que le fait de savoir que ce n’est pas une vraie expérience l’invalide complètement. Vous pouvez voir la porte de sortie dans votre chambre, sur le bateau avec votre chat qui vous regarde dormir. Ce n’est pas la même chose qu’une expérience réelle. Oh, attendez, maintenant je comprends ! C’est pourquoi il faut faire une immersion 3D sans mémoire !

Yazhi : Oui, et vous êtes en plein dedans ! Toutefois, il arrive même vous savez que vous êtes immergé. Vous avez le souvenir d’avoir joué de la guitare dans le jeu vidéo. C’est aussi un souvenir. La façon dont vous l’avez obtenu n’a pas d’importance. Implanter des choses qui sont prises par le sujet comme réelles revient à être le même que d’avoir vécu cet événement.

Donc, au fond, la façon dont vous avez obtenu ce souvenir n’a pas d’importance, ce qui compte c’est que vous l’ayez !

Si on vous a implanté le souvenir d’un vol de banque par exemple, ou d’avoir vécu exactement le même événement dans votre passé, à partir du point d’attention inobservable du présent, puisque vous ne savez pas lequel a été implanté et lequel vous avez vécu. Pour vous, en tant qu’expérimentateur, ça revient au même.

Gosia : Je comprends. Mais ma question demeure : Pourquoi vivre la vie ? Pourquoi ne pas rester assis là avec la machine à implanter ?

Yazhi : Mais vous êtes dans la machine à implanter la mémoire en ce moment même ! C’est votre Capsule d’Immersion numéro 1007. Le bâtiment où se trouve votre module est tout près de la plage, je dis ça juste comme ça !

Et qu’ils soient technologiques ou non, vous êtes toujours des implants vivants. Il n’y a pas de « vivre la réalité ». Ça n’existe pas en tant que tel. Et ça, c’est la réalité. Implanté avec une machine sur Temmer, ou par intervention de votre « âme supérieure » intemporelle ayant conçu votre vie avant votre incarnation. Et en même temps, vous la planifiez au fur et à mesure, car vous avez des choix interactifs multiples. Libre arbitre et non. En fin de compte, considérez que c’est simple. Un souvenir est un souvenir et peu importe comment vous l’avez obtenu !

3ème Chat

Yazhi : Vous connaissez donc les implants avec une technologie allant du 5D au 3D, facile d’ailleurs. Qu’en est-il des domaines supérieurs ? C’est encore plus facile. Quelle est la caractéristique de base des domaines supérieurs ? Qu’est-ce qui devient progressivement plus facile à mesure que l’on monte dans l’échelle ? La manifestation.

Donc, pour faire un implant, depuis les mondes supérieurs, dans n’importe qui et n’importe quoi, et je veux dire n’importe quoi et n’importe qui, il faut juste le penser. Vous devez juste le souhaiter. Donc vous prévoyez… J’aimerais que les choses soient pour aujourd’hui… pour cette fois… de cette façon ! Rendons les choses plus difficiles cette fois-ci… Faisons en sorte que mon avatar, mon moi inférieur, n’ait pas d’argent, mais qu’il ait de l’amour ! Pour la pousser à continuer. Et avoir à faire face à une crise de santé ! Quel genre de crise sanitaire serait bien ? Une épidémie. Oui. Non ! Mieux vaut une fausse épidémie, qui rend les choses encore plus intéressantes car elle est éveillée et doit convaincre les autres contre toute attente. Et, les choses sont justes parce que vous les pensez. Et voici votre implant.

Vous pouvez donner à votre moi inférieur un arrière-plan, peut-être qu’elle est bonne au violon… un « talent naturel ». Vous lui donnez donc des souvenirs implantés de son passé de violoniste, dans sa fausse vie passée. Bien sûr, dans cette vie, vous avez un violon chinois merdique à 100 dollars, et elle ne l’utilise que pour noyer ses périls ! Et c’est ainsi, parce que vous le dites ! Parce que depuis mondes supérieurs, vous en savez tellement que vous formez la matière, vous jouez avec le temps avec une volonté pure.

Donc ces machines d’insertion, ces capsules d’immersion et ces ordinateurs holographiques sont… des gadgets de faible densité, inutiles et obsolètes ! La conscience est tout, et elle l’est vraiment. Elle crée un flux d’énergie parce que, c’est ce que vous êtes ! De l’énergie pure à haute fréquence. Et où que vous regardiez, votre attention circule et vous interprétez les choses comme vous le voulez… et cette direction de l’attention et tout ce que vous imaginez, c’est la gravité.

Vos pensées ont une forme, une forme dynamique et précise, et cela signifie qu’il y a moins d’énergie à un endroit et plus à un autre, même pour former une simple table, vous avez plus d’énergie sur le dessus et sur les jambes, et moins entre les jambes car elle doit avoir une forme carrée. Pourquoi doit elle avoir une forme carrée ? Parce que vous le voulez !

Et cette séquence de pensées est si parfaitement ordonnée qu’elle crée un flux dans le champ, et le champ, c’est vous, et le flux de votre attention gravitationnelle, ou la direction du flux où vous regardez. Penser à la « table ». Cette séquence est l’harmonique d’une fréquence dont nous parlons depuis des années.

Donc vous êtes le champ, vous êtes le tout, vous êtes l’énergie, l’énergie de ce qu’engendre le tout. Vos émotions et vos sentiments, ce que vous aimez et ce que vous n’aimez pas, ce qui vous pousse à créer quelque chose et pas une autre. Pourquoi voulez-vous une table carrée cette fois-ci et non pas une table ovale. Parce que cela vous fait du bien de l’avoir dans ce coin particulier alors que vous décorez votre maison imaginaire que vous construisez dans votre esprit et qui sera réelle parce que vous voulez qu’elle soit réelle. Et cela se reflétera dans les royaumes inférieurs. Vous imprimez la réalité de cette façon. Parce que vous le voulez ! Parce que cela vous fait sourire.

Gosia: Incroyable. Merci. Mais une question, alors pourquoi quand vous venez ici, dans votre propre création, certaines personnes ne sourient plus ? Est-ce qu’ils ont conçu cela également, en ne souriant pas à une expérience qui fait que leur moi supérieur sourit d’en haut ?

Yazhi : Ce n’est pas parce que cela n’a jamais été fait de cette façon, même si c’est le cas, mais disons que ce n’est pas le cas. Cette « variante » devient donc intéressante. Alors pourquoi pas ! Et c’est pourquoi c’est un jeu, vous décidez et vous le faites. Depuis les royaumes supérieurs, tout est prêt et déjà fait, le destin est écrit. Dans le monde inférieur, vous inventez des choses au fur et à mesure ! Vous n’avez donc pas de libre arbitre et vous en avez un en même temps. Et tout ce que votre avatar veut et fait, au fur et à mesure qu’il avance, est du libre arbitre, mais d’en haut vous avez déjà considéré toutes les possibilités de ce qu’il peut faire à chaque fois. Vous les avez tous conçus parce que vous pouvez gérer cette quantité de données !

Gosia : Combien de choses sont vraiment préparées à l’avance et combien de choses façonnons-nous d’en bas au fur et à mesure ? Quelle part du libre-arbitre à créer se trouve encore en dessous ?

Yazhi : D’un royaume supérieur, vous intervenez naturellement déjà beaucoup, et je veux dire au point d’avoir un contrôle total sur votre avatar inférieur. Mais en même temps, du point de vue de la densité inférieure de votre avatar inférieur, où les choses sont plus simples, moins d’informations, constituant une densité plus simple comme la 3D ou la 5D, alors votre moi inférieur possède un libre arbitre total.

Mais même si c’est ainsi du fait qu’il y a une quantité infinie de possibilités à suivre, votre moi inférieur est toujours soumis à d’autres règles de son rôle, que vous lui avez également imposées. Donc, même si théoriquement il a une quantité infinie de possibilités de choisir une ligne de conduite, il est toujours limité aux anciens accords qu’il vit, en fonction de la densité, comme la gravité, l’utilisation de portes, le fait de ne pas se téléporter, de ne pas marcher sur l’eau, etc.

Gosia : Alors, est-ce juste une illusion que le moi inférieur entretient sur le libre arbitre ? Puisqu’il a « moins d’information » Il ne sait donc pas que tout est déjà réglé.

Yazhi : Sans entrer dans la conversation, toutefois très nécessaire, au sujet de l’obtention d’un cadre commun, qu’est-ce qu’au fait la réalité, qu’est-ce qui est réel ? Du point de vue du moi inférieur, elle vit dans sa réalité, avec ses limites. Du point de vue plus élargi, ce n’est qu’un jeu. Un jeu que vous pouvez changer à tout moment.

Et il peut être réel pour vous dans un domaine supérieur, ou non. À volonté. Cela ne veut pas dire que vous êtes malade parce que vous faites souffrir votre moi inférieur. Nous arrivons ici à un conflit d’intérêts, qui se développe à partir de points de vue de densités différentes. Mais d’en haut, il ne s’agit pas de laisser ce quelque chose se produire. Cela ne se produit pas car il n’y a pas de temps. Ce n’est qu’un concept. Cela n’arrive que du point de vue de votre avatar.

Gosia : C’est un concept du point de vue supérieur mais une expérience du point de vue inférieur. Le moi supérieur ne peut pas être aussi naïf pour ne pas savoir cela, pour ne pas réaliser à quel point ça fait mal de se brûler.

Yazhi : Ce n’est pas naïf. Mais le simple fait que le concept même existe, suffit pour que cela se produise. Lorsque vous créez le concept que « ce n’est pas juste, il ne doit pas se produire » vous faites qu’il se produise.

Cela signifie que, même si c’est vous qui avez le contrôle… et où vous voulez placer votre attention, la responsabilité de l’action… incombe au moi inférieur qui vit l’expérience. Même en disant : « that never happened » signifie que dans un endroit donné, c’est arrivé. Jamais quelque chose n’existe pas, seulement en référence à un autre cadre ou contexte.

Gosia : Ok, je comprends. Revenir aux souvenirs. Vous avez parlé du plan de vie implanté, de la conception, mais quel est le rapport avec les souvenirs implantés ? Pourquoi exactement avez-vous besoin de les implanter ? Quel est l’objectif spécifique derrière cela ?

Yazhi : Pour pouvoir vivre quoi que ce soit, il faut être capable d’interpréter les choses d’une manière spécifique. Pour vivre une expérience de vie, vous devez la concevoir pour vous-même, du point de vue de votre moi supérieur. Parce que c’est vous, en tant que votre moi supérieur, qui concevez votre vie. Donc, pour avoir cette référence pour interpréter les choses d’une manière ou d’une autre, vous devez implanter ces références. Et ce sont des souvenirs implantés, à la fois d’une vie antérieure ou de quelque chose dans votre vie actuelle qui n’est jamais arrivé.

Gosia : Pourquoi ne pouvez-vous pas apprendre au fur et à mesure ?

Yazhi : Vous apprenez au fur et à mesure. C’est tout l’intérêt. Mais si vous n’avez pas de connaissances de base en interprétation, vous ne pouvez pas vivre comme prévu. Comment savez-vous qu’un rocher est un rocher et qu’un escargot est un escargot si vous n’avez aucune référence pour voir cette énergie potentielle en tant que telle ?

Gosia : Donc les souvenirs de la vie passée des gens en 5D (parce qu’ici les gens n’en ont pas) sont pour la plupart implantés, ou un mélange de quelque chose « réel » aussi ? (Et ne me dites pas qu’ils sont tous les deux identiques)

Yazhi : Encore une fois, qu’est-ce qui est réel et qu’est-ce qui ne l’est pas ?

Gosia : Je savais que vous diriez cela. Et pourquoi avez-vous besoin d’une référence ? Pourquoi ne pas aller complètement dans l’inconnu ? Le moi supérieur est-il une poule mouillée, haha ?

Yazhi : Pourquoi voyez-vous une chaise comme quelque chose d’utile et non comme une montagne comme le voit une fourmi ? Parce que vous avez des vies, ou que vous avez une référence sur laquelle il est bon de s’asseoir pour un morceau de matière que vous appelez chaise. Parce que quelqu’un vous a dit au moins à quoi elle sert. Donc, comme pour une chaise, vous avez besoin de cette référence pour tout ce qui existera dans cette vie particulière, ou vous ne saurez tout simplement pas ce que sont les choses.

Gosia : Pourquoi avoir besoin de savoir que la pierre est une pierre, et que l’escargot est un escargot ? Trop de règles haha. Avoir besoin d’une référence est une autre règle. Ce n’est pas nécessaire. Une autre idée. Mais oui, je suppose. Sinon, vous utiliseriez des bols de cuisine pour vous asseoir, etc. Mais je pensais que vous apprenez cela naturellement quand vous êtes bébé. Pas besoin d’implanter quoi que ce soit avant.

Yazhi : Oui, on apprend au fur et à mesure et quand un bébé grandit, comme le disent les psychologues de la Terre. Mais cela ne suffit pas pour vivre le plan de vie que vous avez conçu avant de vous incarner. Comme pour l’exemple du violon, ci-dessus. Vous apprenez, mais vous avez besoin de beaucoup plus de temps pour apprendre ce dont vous avez besoin.

Gosia : Humm ok wow. Je ne savais rien de tout cela. Que vous chargez des choses avant.

Yazhi : Et beaucoup de gens ne vivent qu’avec ce qu’ils ont appris au cours de leur vie comme étant socialement accepté sur Terre, mais ce sont les personnes fictives, les arrière-plans, de gens simples avec des vies inintéressantes, qui ne font que passer au jour le jour sans rien de valable dans leur tête, par exemple aucun talent créatif.

Et oui, vous [télé]chargez les choses avant de venir. C’est à cela que servent les vies antérieures. En tant qu’âme, vous ne sautez pas de l’escargot de jardin pour devenir un maître de concert, un virtuose du violon ! C’est pourquoi je dis que vous construisez votre âme au fur et à mesure ! Du point de vue d’une incarnation de moindre densité.

Gosia: Oui, vous dites « Construisez-le », exactement, mais maintenant je découvre que vous le téléchargez aussi au fur et à mesure ! Ame paresseuse !

Yazhi : Comme pour tout ce que j’ai partagé, les deux points de vue vont de pair. D’un point de vue, vous le construisez au fur et à mesure, d’un autre vous l’implantez. Et vous trichez aussi, en implantant des choses dans votre moi inférieur pour sauter quelques marches, en n’ayant pas besoin d’être un maître de concert de violon avant l’incarnation que vous voulez vraiment vivre, où vous n’avez besoin que de talents de violon pour noyer votre solitude.

Du point de vue du moi inférieur, ce sont les vies passées avec lesquelles vous construisez votre âme, tout comme vos expériences de vie actuelles. Du point de vue du moi supérieur, ce sont des implants et vous concevez la vie par la simple pensée.

N’oubliez pas que j’essaie de transmettre des informations à plusieurs niveaux. Au moins trois couches ici.

Gosia : Oui, je sais. Je suis surtout intéressée par la couche supérieure maintenant. Oubliez la couche inférieure.

Yazhi : En fin de compte, rien n’est réel, et vous n’avez rien vécu. Tout est une idée dans l’esprit de votre moi supérieur ! Une fantaisie, un roman créé tout bonnement.

Gosia : Alors comment savez-vous que vos souvenirs en tant que Swaruu sont vraiment les vôtres et que vous ne les avez pas simplement [télé]chargés depuis le champ (éthérique) ? Ou [télé]charger les choses depuis le champ (éthérique) équivaut à être ce qu’elles représentent, ou les ayant été ?

Yazhi : Parce que je sais que tout est faux de toute façon d’un point de vue supérieur. Mais pas pour ceux qui le vivent !

Gosia : Si la mise en place de ce « jeu », des avatars etc., est quelque chose que nous avons conçu d’en haut pour l’expérience, pourquoi alors se réveiller de cela ? Pourquoi devrions-nous le savoir maintenant, alors ? N’allons-nous pas à l’encontre de nos plans ? Ou est-ce aussi le plan du moi supérieur, que les petits Gosia réalisent des choses et que le moi inférieur et supérieur devienne l’Unité ?

Yazhi : Comme une variante de la réalité. Mais si vous êtes conservateur et que vous voulez que la Matrice continue, alors oui, c’est une invasion. Les choses devraient être comme elles sont et comme elles ont toujours été. Pas de contact avec les extraterrestres, pas de connaissance de choses que vous ne devriez pas connaître.

Mais d’un point de vue inférieur, les gens sont aussi tous piégés dans leurs propres créations. Mais comme je l’ai dit plus haut, c’est à eux, à ceux qui le vivent, de trouver le moyen de sortir de leurs problèmes.

Si vous vous sentez encore confus, regardez les choses de cette façon, facile : rien n’est réel. Tout est une manifestation de votre esprit !

Gosia : Cela ne rend pas les choses faciles du tout. Vous avez dit que j’étais sur Terre, par exemple. Qui était là alors ? Est-ce que je viens de prendre ce souvenir dans le champ ?

Yazhi : Même les choses que vous jurez avoir vécu, comme aller à Laughlin dans le Nevada en février, aujourd’hui vous avez choisi des souvenirs pour rester et d’autres que vous avez oubliés, à propos de votre voyage, ceux que vous avez oubliés, c’est parce qu’ils ne sont pas pertinents. Et ceux que vous avez, pourraient être vus comme l’implant.

Vous êtes sûr que vos deux récents voyages, au Nevada et au Svalbard par exemple, étaient réels, et vous pensez même que je suis folle de suggérer qu’ils ne l’étaient peut-être pas, mais si je vous disais que l’un de vos deux voyages est faux et l’autre réel, vous ne pourriez pas faire la différence. Mais ce n’est pas pertinent ici car de votre point de vue en tant que Gosia, ils étaient tous les deux réels. Mais du point de vue des Gosia ci-dessus, non non. Je suis sérieuse.

Gosia : C’est juste un exemple, n’est-ce pas ?

Yazhi : C’est juste un exemple, n’en faites pas tout un plat. Mais ce que j’essaie de vous dire, c’est que d’un point de vue, les choses sont réelles, et d’un autre, ce sont tous des implants. Et ce sont deux extrêmes. Densité plus élevée et 3D plus faible. C’est difficile à transmettre parce qu’il y a plusieurs points de vue sur la même chose.

De votre point de vue en tant que Gosia, la fille humaine, tout ce que vous avez vécu est réel. D’un autre côté, certaines choses sont réelles, d’autres sont des implants… D’un autre encore, rien n’est réel. 3 niveaux. Et au final, ce n’est pas à moi de décider ce qui est réel et ce qui ne l’est pas. C’est votre tâche.

 

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.