La mécanique de la manifestation

Swaruu et Yazhi

Swaruu d’Erra parle de la façon dont la matière « solide » se manifeste et comment tout est créé par la conscience.

Nous remercions infiniment les TAYGETIENS pour leur dévouement à l’humanité. 

Nous remercions Cosmic Agency , SPECIALEMENT GOSIA pour tout le travail qu’elle effectue afin que nous soyons informés ainsi que toute l’énergie et de toute la conviction qu’elle émane.

Nous remercions Annuairegalactique, pour la traduction

LA GUERRE N’EST PAS FINI MAIS UNE BATAILLE EST GAGNEE l

NOUS MOURRONS AVEC DE LA CONNAISSANCE ET NOUS REVIENDRONS SPECIALEMENT POUR GAGNER CETTE GUERRE…

MÉCANIQUE DE LA MANIFESTATION 2 – INTRO À LA NAVIGATION EXTRATERRESTRIELLE  Publié le 1er septembre 2019 par Cosmic Agency, Gosia

 

Dans Navigation Stellaire, j’ai décrit comment nous naviguons en utilisant une carte de fréquences, et non une carte de lieux.

Dans une carte de fréquence, ce qui est important est la relation entre les fréquences spécifiques données, qui peuvent être prises comme des destinations ou comme des emplacements, et non des concepts comme la distance et le placement directionnel comme ce serait le cas dans une carte traditionnelle. Une fréquence, qui est un emplacement, ne se contente pas de le représenter, comme un point et un nom représenteraient un lieu sur une carte traditionnelle, elle est un emplacement en soi. Comme tout est énergie, la seule différence entre un lieu et un autre est sa fréquence. Comme nous l’avons décrit précédemment, la fréquence d’un lieu est le résultat de la combinaison de toutes les interactions énergétiques non seulement des objets et des choses qui se trouvent dans ce lieu, mais aussi de la relation avec les autres lieux qui l’entourent, à l’intérieur d’une soupe continue d’énergie potentielle sous forme d’ondes. Chaque objet, grand ou petit, vibre à un rythme spécifique à un niveau subatomique, et ce taux de vibration est ce que nous appelons une densité. La matière est toujours le résultat de la conscience et est une conséquence de la conscience. Le champ d’énergie potentielle à ultra-haute vibration et à ultra-haute densité que nous appelons Éther n’est rien d’autre que la pure conscience unifiée, le champ unifié d’où tout le reste sort ou se manifeste.

Chaque morceau holographique du champ de conscience unifié, l’Ether, a la même puissance que le tout et est le tout en soi. Chaque forme vivante, la conscience de chaque personne n’est pas seulement une partie de l’Ether, elle est l’Ether en elle-même, définissant le terme morceau holographique comme quelque chose qui, bien que fragment d’un tout, garde tous les attributs et les pouvoirs du tout. Tout dans l’Ether fonctionne et est sous la forme de fluctuations et de variations d’énergie dans le champ, ce sont des modèles d’ondes.

Chaque vague est définie par une crête et un creux qui se déplacent à un rythme spécifique, c’est ce qu’on appelle une fréquence. Et la fréquence d’une onde est définie par un cadre temporel qui est donné par, et comme, le résultat de la conscience de l’observateur. Lorsque la fréquence d’une onde se voit attribuer une fréquence temporelle spécifique avec une complexité supplémentaire d’une manière mathématiquement parfaite et ordonnée par la conscience de l’observateur, cela s’appelle les harmoniques d’une fréquence. Et cela se produit comme le résultat d’une intention consciente répétitive de l’observateur, le modèle de pensée résultant d’un processus d’imagination créative.

Lorsque l’harmonique d’une fréquence a suffisamment d’énergie constante et qu’elle est du bon type, elle forme des ondes stationnaires, c’est-à-dire des points dans un champ d’énergie où une partie concentrée de cette énergie ne se réabsorbe pas à nouveau dans le champ d’ondes d’énergie potentielle, car l’harmonique de la fréquence alimente constamment ce point spécifique avec de l’énergie donnée à un taux très spécifique, le maintenant toujours présent et continuellement énergisé. Cela formera un point d’énergie concentré dans le champ, ce point est appelé un noeud, et avec suffisamment de complexité ajoutée, il formera un objet que nous appellerions matière dure et selon les harmoniques de la fréquence, cette matière formera un objet. Mais son existence dépendra toujours de la fréquence et de ses harmoniques qui lui sont données par celui qui en est la cause : l’observateur-conscience.

Définir les harmoniques d’une fréquence comme la séquence ordonnée d’impulsions dans un champ d’énergie potentielle. Chaque fréquence et les harmoniques d’une fréquence dépendent d’un rythme temporel. Ce rythme est le résultat des changements dans l’intention et l’attention de l’observateur-conscient. Le temps est le résultat de la conscience de l’observateur-conscient lorsqu’il anime ses concepts et ses idées en leur donnant une séquence, ses propres idées leur donnant un sens et une logique. Le temps est une perception donnée par l’ordre des concepts dans la conscience de l’observateur-conscience et le rythme auquel il enchaîne ses idées. Plus il y a de conscience, plus il y a de concepts qu’il peut gérer et à un rythme plus élevé car cela signifie traiter plus de données-perception, cette perception déterminera quelle densité d’existence l’observateur conscient peut percevoir. Ce taux plus élevé signifie des Harmoniques d’une Fréquence plus rapides et plus complexes que l’Observateur de Conscience peut créer dans un champ d’énergie potentiel. Il n’y a pas de densités d’existence en tant que telles, pas en tant que royaumes séparés, une densité est le résultat de la capacité de perception de l’observateur de la conscience, la vitesse à laquelle il peut traiter les données, la vitesse à laquelle il peut donner les harmoniques d’une fréquence dont toute matière dépend pour exister dans la conscience de l’observateur de la conscience.

Il ne peut rien percevoir, avec un taux plus élevé, ou la fréquence d’un objet résultant d’une harmonique plus élevée d’une fréquence que le taux que le conscient-observateur peut animer et comprendre ses propres perceptions. Plus la conscience est élevée, plus elle peut gérer de perceptions, plus elle peut traiter de perceptions, plus le taux d’harmoniques d’une fréquence qu’elle peut gérer est élevé, ce qui entraîne la capacité d’être conscient d’une densité d’existence plus élevée, car les domaines d’existence de faible densité sont le résultat d’harmoniques lentes d’une fréquence, et plus la vitesse est élevée, plus la densité est élevée.

Et comme expliqué ci-dessus, le taux de vitesse est donné par la conscience-observateur. Cela signifie qu’il y a autant de Densités d’Existence que d’observateurs de la conscience. Et plus d’un observateur conscient peut percevoir la même chose comme le résultat d’harmoniques similaires d’une fréquence de chacun d’entre eux. Semblables mais jamais identiques car leur point d’attention est toujours différent. Le point d’attention est défini comme chaque observateur de la conscience ayant son propre courant de pensées et de perceptions, une personne, un être. L’interaction entre les points d’attention individuels entraîne une égalisation partielle de la perception entre eux, car ils combinent des modèles qui sont des harmoniques d’une fréquence qui se traduira par un ensemble perçu de noeuds concentrés ou de points de concentration d’énergie dans le champ d’énergie potentielle qui sont à leur tour perçus par eux comme des objets matériels qui constituent leur « monde extérieur » partagé.

Chaque personne ou être conscient-observateur individuel crée à la fois une réalité personnelle et une réalité collective comme résultat de la combinaison des harmoniques personnelles d’une fréquence avec celles des autres, créant collectivement d’autres harmoniques d’une fréquence, où les noeuds ou les points d’énergie concentrée créant la matière dure sont le résultat de la combinaison de la fréquence de perception personnelle avec celle des autres. Chaque observateur de la conscience donnera au champ ses propres harmoniques de fréquence qui interagiront à leur tour avec celles des autres, créant ainsi une soupe de fréquences. Lorsque les harmoniques personnelles d’une fréquence se combinent avec celles des autres, elles changent de nature, d’harmoniques, avec des dynamiques d’interaction d’ondes appelées interférences destructives et interférences constructives, lorsque plus d’un observateur de conscience a les mêmes harmoniques d’une fréquence, cela ajoute de la force au noeud ou point concentré d’énergie commun aux deux, interférences constructives. Mais lorsque leurs harmoniques d’une fréquence diffèrent, l’énergie donnée au noeud s’en trouve diminuée, voire totalement annulée, ce qui le dissout. Toutes les harmoniques d’une fréquence se combinent pour créer de nouveaux noeuds ou points de concentration d’énergie qui sont le résultat des interactions mathématiques entre l’interférence destructive et l’interférence constructive, où la quantité d’énergie de chacune se combine pour diminuer ou augmenter la puissance donnée à chaque noeud ou point de concentration d’énergie individuel, ce qui donne lieu à une manifestation combinée ou à la perception d’un monde extérieur partagé.

Lorsqu’une personne ou un être, un observateur de la conscience a une pensée spécifique ou une dynamique de pensée, il s’agit également d’une fréquence résultant d’une harmonique d’un processus dynamique de fréquence tel que décrit ci-dessus. Lorsque suffisamment d’attention-énergie est accordée à ce processus de pensée spécifique, la fréquence résultante de la personne correspondra automatiquement à la fréquence de l’objet perçu ou de la situation à laquelle elle
pense, c’est ce qu’on appelle la loi des miroirs et elle régit cet univers. Des fréquences égales s’attirent mutuellement parce que ce sont les mêmes, elles sont une seule et même chose, donc la fréquence de la pensée est égale à la chose ou à la situation dans l’esprit de l’individu et ceci est égal à l’objet et/ou à la situation externe perçue, parce qu’il n’y a pas d’objets ou de situations externes en tant que tels, car ils sont tous à l’intérieur du même champ d’énergie potentielle, soupe d’harmoniques de fréquences, comme les mêmes modèles de pensée des individus et des individus de la conscience collective qui créent tout. La pensée est l’objet et la pensée est la ou les situations, aucune différence ! Il n’y a pas de monde extérieur à vous. C’est vous qui avez tout dans votre esprit, c’est vous qui créez tout, à la fois collectivement et individuellement ! Vous appelez cela la loi de l’attraction.

Le monde extérieur est le reflet de votre monde intérieur et la seule façon de changer votre monde extérieur est de changer d’abord votre monde intérieur. Lorsque la conscience est réduite, la perception l’est aussi, ce qui signifie que moins d’informations et moins d’énergie sont produites et traitées par la conscience-observateur, ce qui se traduit par moins de détails et moins d’informations, et cela signifie un domaine d’existence de fréquence inférieure, car les domaines inférieurs ont moins de détails et une fréquence plus lente dans leurs harmoniques. Et plus les royaumes ou densités sont élevés, plus les détails s’ajoutent progressivement à la perception de l’observateur conscient et cela peut être traité exponentiellement plus rapidement, tout comme les harmoniques, car le taux est également exponentiellement plus rapide. L’individu ne peut pas traiter plus qu’une quantité spécifique de données qui lui est donnée par sa conscience et il ne peut traiter les données qu’à un rythme spécifique, directement proportionnel à cette conscience. La conscience est le nombre de choses, d’idées et d’objets qu’un observateur conscient peut traiter et interpréter, et tous sont des ondes stationnaires résultant de fréquences et de leurs harmoniques au sein d’un champ d’énergie potentielle appelé l’Ether, qui à son tour est l’observateur conscient lui-même, collectivement et en tant que pièce holographique individuelle. Cela signifie que plus une densité ou un royaume est lent, moins il contient de détails, et comme la perception de l’observateur de la conscience est réduite, il en va de même pour son énergie d’attention et pour le laps de temps perçu qu’il faut pour transformer la pensée en un objet ou une situation matérielle perçue. Au fur et à mesure que la conscience de l’observateur de la conscience s’accroît, sa capacité à percevoir et à traiter plus de détails augmente, ce qui entraîne un taux de manifestation plus rapide et, par conséquent, une perception-expérience d’un royaume d’existence de densité supérieure.

 

Un objet solide perçu est une concentration d’ondes stationnaires à l’intérieur d’un champ qui ont une fréquence plus ou moins fixe, donnant ainsi à l’observateur de la conscience la perception-idée d’une chose matérielle solide. Une situation est la combinaison d’harmoniques de fréquence dans un processus dynamique impliquant un taux de fréquence spécifique dans un cadre temporel donné par l’observateur. C’est l’interaction dynamique des idées-perceptions et des objets solides perçus à travers un laps de temps. Une séquence d’harmoniques de fréquence interagissant les unes avec les autres avec une précision mathématique. Ces interactions mathématiques définissent les longueurs d’onde et les fréquences dans un domaine d’existence et définissent également les fréquences exactes dans un champ d’énergie. Il n’y a pas de matière en tant que telle, car tout est perçu comme des ondes stationnaires, des points d’énergie concentrée ou des noeuds dans un champ d’énergie potentielle appelé Éther. Et comme expliqué ci-dessus, l’Ether est une soupe de conscience. Ces fréquences mathématiques spécifiques et leurs interactions les unes avec les autres créant une harmonique collective combinée d’une fréquence dans le champ d’énergie de l’Ether est ce que nous pouvons appeler un emplacement, un lieu, une interaction spécifique et un placement d’ondes d’énergie stationnaires que nous appelons matière, et que nous interprétons plus tard avec notre perception de la conscience comme un coin dans une ville, par exemple, avec des lampadaires, des trottoirs, des cabines téléphoniques, des bouches d’incendie et chaque autre détail minuscule. Etant donné que les véhicules et les personnes qui passent dans ce coin spécifique sont également des modèles d’énergie dans le champ avec leurs propres harmoniques de fréquence en interaction permanente et continue entre eux à un rythme spécifique donné par et comme résultat du rythme de conscience individuel et collectif de chaque observateur de conscience qui habite un tel domaine spécifique. Et ces fréquences spécifiques qui sont exactes et jamais égales aux autres sont interprétées comme un emplacement exact dans l’espace et le temps. Les harmoniques exactes d’une fréquence de cet endroit précis sont ce que nous pouvons utiliser pour naviguer dans un vaisseau spatial. L’emplacement et ses harmoniques d’une fréquence peuvent être aussi petits qu’un atome, ou aussi grands que vous pouvez l’imaginer, ajoutant de la complexité à mesure qu’ils s’étendent. Ainsi, les harmoniques exactes d’une fréquence d’une planète, par exemple, dans la soupe d’énergie potentielle que nous appelons Ether et que vous appelez extérieurement Continuum Espace-Temps, constituent son emplacement exact dans une carte stellaire et ce sont également les données exactes que nous entrerons dans l’ordinateur de navigation de notre vaisseau pour définir notre destination. Toutes les fréquences et toutes leurs harmoniques sont et peuvent être interprétées comme ou avec des valeurs numériques et sont mathématiquement observables et prévisibles avec les équations correspondantes. Cela ajoute un élément de prévisibilité au champ énergétique contenant les objets et les situations manifestés. Cela signifie que lorsque nous comprenons les interactions mathématiquement prévisibles entre ces objets et ces situations à l’intérieur d’un champ d’énergie potentielle, nous pouvons effectivement prédire l’avenir. La compréhension de ces interactions mathématiques et des relations entre les fréquences et leurs harmoniques constituera une carte de fréquences, qui peut être une petite carte de fréquences, comme le plan énergétique d’un petit endroit, ou peut être aussi grande qu’une carte des étoiles de fréquences pour guider les vaisseaux à travers le cosmos.

Une carte de fréquences est une interprétation numérique d’une interaction entre des ondes dans le champ d’énergie potentielle, ou l’éther, et peut concerner des lieux ou des situations, ou encore être combinée ! Il s’agit essentiellement d’une carte de l’éther, ou d’une carte éthérique. Les objets sont liés à des situations qui peuvent aussi être des circonstances. Ils existent dans un certain contexte à l’intérieur d’un champ. Ce contexte spécifique est unique et est représenté par une valeur numérique. Il peut représenter une situation-emplacement dans n’importe quel contexte, passé, présent ou futur, car ce sont tous des constructions mathématiques-fréquences-harmoniques. Il n’y a pas de passé, de présent ou de futur, il n’y a que des harmoniques de fréquence dans un champ, et donc reproductibles ! Comme décrit ci-dessus, tout ce qui doit être fait est de reproduire exactement les mêmes harmoniques de fréquence de la situation à reproduire, aussi appelée la destination, et vous y serez, parce que cette fréquence ne représente pas seulement la destination, elle est la destination elle-même comme décrit ci-dessus. La zone ou l’endroit où nous arriverons, notre destination, est ce que j’appellerai un contexte, et il est le résultat de toutes les interactions de toutes les fréquences qui s’y trouvent, avec toutes leurs harmoniques et leurs relations entre elles. Nous pouvons maintenant représenter l’ensemble du contexte comme une séquence complexe d’interactions mathématiques, plus c’est complexe, plus c’est détaillé. Nous pouvons représenter une scène fixe, non animée, avec des valeurs de fréquence numérique définies dans un modèle de grille mathématique qui est le plan énergétique et fréquentiel de cette scène et un instantané mathématiquement précis de cet événement ou de tout autre événement donné. Il s’agit d’une représentation statique du contexte comme le serait une photographie. Chaque détail minuscule de la scène ou de la « photographie » est représenté par sa valeur de fréquence mathématique correspondante sous la forme d’une série de chiffres dans un modèle de grille. Cela représenterait une scène ou un contexte photographique plat en 2D. En ajoutant plus de détails sous la forme d’interactions et de valeurs numériques, nous pouvons former une scène ou un contexte complexe en 3D ou tridimensionnel. Une représentation complète ultra-détaillée d’une situation complète, un instantané fixé dans le temps et l’espace.

L’étape suivante consiste à ajouter une séquence de ces instantanés 3D ultra-détaillés de la scène ou du contexte, animés numériquement et mathématiquement à l’aide de l’ensemble des interactions entre eux selon les harmoniques de chaque fréquence qui forment les détails d’un événement et des objets et leurs interactions en leur donnant une séquence animée. Cette scène ou contexte est un point fixe dans le temps et l’espace que nous pouvons utiliser comme destination. Comme chaque séquence d’événements se déroulant dans chaque scène-contexte est mathématiquement précise et obéit à des équations précises que nous connaissons, nous pouvons l’utiliser pour calculer un événement qui ne s’est pas encore produit. Lorsqu’un contexte scénique est localisé et comporte un petit nombre de détails sous la forme de fréquences et de leurs harmoniques ainsi que des relations mathématiques entre elles, nous pouvons calculer mathématiquement ce qui va se passer ensuite avec beaucoup de précision, mais au fur et à mesure que nous ajoutons des données, le contexte scénique aura besoin d’une puissance de calcul de plus en plus grande pour pouvoir prédire un résultat, car les variables augmentent également de manière exponentielle. Ce processus est ce que nous appelons des calculs d’événements dans un champ quantique. Grâce à ce processus, nous pouvons également produire des situations mathématiques fréquentielles complètes qui peuvent être conçues pour s’intégrer ou s’épisser dans un contexte réel tiré du monde extérieur. Il s’agit littéralement d’épisser un objet, une situation, une personne ou un vaisseau dans ce champ. Ou nous pouvons aussi en soustraire un. La seule chose que nous devons faire est de faire en sorte que les fréquences et la dynamique de leurs harmoniques correspondent aux nouvelles. Nous pouvons également épisser un objet, une personne, un vaisseau, ou pratiquement n’importe quoi d’une situation de contexte réel à une autre situation de contexte réel différente. Dans cette situation, nous devons modifier les fréquences de la première situation ou du premier objet pour qu’elles correspondent à celles de la situation ou de la destination de réception. Dans le cas de l’insertion d’un objet dans une autre situation de contexte réel, la relation mathématique précise entre les harmoniques des fréquences n’a pas besoin d’être épissée avec précision comme ce serait le cas pour l’insertion d’une situation dans une autre. Lorsque le nouvel objet est inséré, il modifie automatiquement toute la dynamique énergétique de la scène entière. Du point de vue d’un spectateur qui observe la scène, l’objet apparaît tout simplement de nulle part. Les réactions des observateurs de la scène font partie des ajustements de fréquence à la présence d’un nouvel objet. Tous ces calculs nécessitent de très grandes quantités, des trillions de trillions d’opérations mathématiques précises se déroulant à des vitesses de l’ordre de la nanoseconde. Il va sans dire que cela nécessite des ordinateurs très avancés et puissants qui ne fonctionnent plus en langage binaire et qui, pour ce faire, effectuent des calculs à l’aide de probabilités dans un champ quantique, en utilisant plusieurs millions d’accélérateurs de nanoparticules à l’intérieur du cœur de chaque processeur.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.