Nature de la réalité

Point de vue de Yazhi sur la perception, la réalité subjective et objective, où Toute perception est relative à sa conscience….

Nous remercions infiniment les TAYGETIENS pour leur dévouement à l’humanité. 

Nous remercions Cosmic Agency , SPECIALEMENT GOSIA pour tout le travail qu’elle effectue afin que nous soyons informés ainsi que toute l’énergie et de toute la conviction qu’elle émane.

Nous remercions  Gérard Toussaint Ruffin, pour la traduction

LA GUERRE N’EST PAS FINI MAIS UNE BATAILLE EST GAGNEE l

NOUS MOURRONS AVEC DE LA CONNAISSANCE ET NOUS REVIENDRONS SPECIALEMENT POUR GAGNER CETTE GUERRE…

 
 

Nature de la réalité – Yázhi Swaruu Sophia –

 
 

Yazhi: Pourquoi quelque chose est-elle réelle ? La réalité crée son opposé, le mensonge, le fantasme. Quelle différence y aurait-il entre la fantaisie et le mensonge ? Seulement le fait que le fantasme accepte qu’il n’est pas la réalité, et le mensonge impose un fantasme comme réalité. Le fantasme accepte qu’il n’est pas la réalité, et le mensonge impose une fausseté comme réalité.

Mais comme la réalité elle-même ne peut être qu’une série d’accords entre deux ou plusieurs consciences, qui détermine ce qu’est ou n’est pas la réalité, sinon ceux qui contrôlent ces accords ? Par exemple, la Cabale. Donc la Réalité ne peut être qu’objective. Parce que les consciences, si elles ne sont pas le Tout, la Source, n’ont qu’une perception limitée. Donc tout ce qui est en dehors de cette perception limitée devient de la fantaisie, de l’irréalité.

À moins que quelque chose ayant le pouvoir de créer des accords ne vienne imposer que, ce qui ne pouvait pas être observé auparavant, et donc étant en dehors de la réalité des consciences, est quelque chose qui devient maintenant réalité. Comme ce serait le cas avec les ondes radio ou les micro-ondes. Avant, elles n’étaient pas réalité, aujourd’hui elles le sont. Mais qui a imposé cela ? Une autorité. Sous prétexte qu’il s’agit d’une « nouvelle découverte ».

Mais comme il s’agit d’une autorité, ils décideront quelles nouvelles découvertes leur conviennent pour devenir des réalités, et lesquelles ne le sont pas. On se met donc dans l’idée que quelque chose est là mais que les gens ne peuvent pas le percevoir, donc qu’ils ne le voient pas comme une réalité. Les fantômes, les OVNI en sont un exemple. Il y a ceux qui veulent imposer cela comme une réalité, parce que c’est LEUR réalité pour quelque raison que ce soit, et ils diront aux autres de s’en rendre compte.

Mais cela dépasse leur domaine de perception, qui n’est pas seulement ce qu’ils peuvent voir et ressentir empiriquement, mais aussi leur perception de la façon dont les choses sont, en ce sens qu’elles doivent être validées par une autorité.

Mais, objectivement, existe-t-il vraiment des choses qui ne peuvent être vues ou vérifiées d’aucune façon, du point de vue de la perception d’une personne en particulier ? De leur point de vue, non. Une personne normale peut savoir par elle-même que les OVNI n’existent pas. Elle le sait, parce qu’elle n’en a jamais vu. Elle sait que les autorités n’acceptent pas qu’ils existent. Elle sait que la science, qui est l’« ultime connaissance », dicte qu’il est très difficile pour quoi que ce soit de parcourir ces vastes distances interstellaires. Elle sait que les vidéos de YouTube sont piratées. Qu’ils manipulent les photos dans les magazines avant même Internet.

Je connais un cas où deux frères ont pris des photos du couvercle d’un bocal avec un appareil photo à grande vitesse. Ils ont pris plusieurs photos en retournant le couvercle comme un frisbee. Et ils ont imprimé les photos et les ont envoyées à un ufologue dans leur pays. Et ils les ont prises pour de vrai. Ils ont examiné les photos en détail et ont vu qu’il n’y avait pas de ficelles. Que les photos étaient vraies. Ils ont imprimé des douzaines de magazines avec le couvercle du bocal sur le couvercle.

Ces frères savent qu’il n’y a pas d’OVNI. Parce que s’ils ont créé un tel scandale avec un simple couvercle de bocal, d’autres l’ont sûrement fait aussi, à leur manière. Donc pour eux, il n’y a pas d’OVNI parce qu’il y a toujours une explication. Ils se basent empiriquement sur leur propre expérience avec ce qu’ils ont fait juste pour s’amuser. Ils ne peuvent pas et ne pourront jamais croire, à moins d’être confirmés par une autorité. Il n’y a donc pas d’OVNI !

Pas pour eux. C’est LEUR réalité. Mais de MON point de vue maintenant. Je suis assis à l’intérieur d’un OVNI, il m’est impossible de concevoir l’idée qu’ils n’existent pas. Ils ne me semblent pas étranges, ou quoi que ce soit, je les comprends bien. Dans la mesure où l’on pourrait dire que ce n’est qu’une sorte d’avion beaucoup plus avancé que ceux que vous avez là. Mais « avion » quand même. Ma réalité ne correspond pas à la leur. De mon point de vue, ils ont tort, ils sont ignorants. De leur point de vue, je n’existe pas, je suis une invention de deux YouTubeurs fous qui le font pour l’argent et pour attirer l’attention.

Ce qu’il faut retenir de tout cela, c’est que la réalité ne peut être que relative à un seul point de vue. Je ne peux pas dire à ces deux-là qu’ils ont tort. C’est leur imposer mon point de vue. Et cela ferait de moi une personne aussi vile que n’importe qui d’autre, comme Staline, Joseph Goebbels ou Mao. Imposer mon point de vue… C’est pourquoi il ne faut rien imposer, seulement offrir. Sans critiquer ceux qui ne veulent pas ce que vous offrez.

Il y a donc une réalité pour chaque conscience, et elle est aussi valable que celle de n’importe quelle autre. C’est leur expérience, et même s’il est encore exact que plus la densité est élevée, plus vous comprenez de choses, cela ne signifie pas pour autant qu’elle est supérieure. Seulement que c’est la façon dont vous avez conçu votre vie pour l’expérience que vous allez avoir. Il n’y a pas de réalité objective, tangible et absolue. Tout est relatif. La seule chose qui pourrait se rapprocher de ce genre de réalité est la Source elle-même, le Tout. Mais de notre position également limitée, ce que nous définissons comme la Source et le Tout ne l’est pas, et c’est une explication réductionniste.

Changement d’angle. Plus une densité est élevée, plus il est facile de manifester (quelque chose) car on est plus d’énergie, dans un état perceptible par ladite conscience, c’est fluide. A partir d’une densité plus faible et plus simple, tout se manifeste plus lentement. Lentement, c’est significatif. Pourquoi est-ce plus lent ? Parce que la manifestation de quelque chose nécessite qu’elle soit soutenue comme une idée constante, concentrée, non dispersée.

Parce que, plus la densité est élevée, plus vous traitez des données supplémentaires simultanément. Plus elle est faible, moins il y a de données, parce que votre perception de la réalité est plus simple, plus réduite, donc vous ne comprenez pas la gestion de l’énergie, vous avez accepté de la voir comme quelque chose de causal et de fixe, ce qu’ils appellent le monde matériel. Et non pas comme une idée, une pensée.

À faible densité, les idées ont tendance à être très fixes, imposées par les autorités. D’où les accords basés sur ces idées également. Ainsi, les consciences ne se concentrent pas sur ce qu’elles veulent parce que, par des accords, elles voient tout comme impossible. C’est ce qu’on leur a dit, qu’ils ne peuvent pas manifester un tiroir plein d’argent parce que c’est « impossible ». Ils l’imaginent mais cela s’arrête là, cela ne se « matérialise » pas.

Ils voient l’imagination comme opposée à la réalité matérielle. Alors qu’ils ont eux-mêmes la capacité de voir que tout ce qu’ils appellent réalité matérielle, était autrefois de l’imagination. Ils l’ont devant eux, mais ils ne la voient pas. Tout le monde matériel, tel qu’il est perçu à partir de hautes densités, est de l’imagination. La seule chose qui sépare les hautes et les basses densités, ce sont les accords de perception. Là encore, la seule chose qui vous limite est l’idée que vous êtes limité.

Tout ce qui est vu, tout ce qui est perçu comme le monde extérieur est le résultat d’innombrables accords de perception. Et il n’y a rien en dehors de ces accords de perception. Ce que vous pouvez faire dans le monde matériel dépend uniquement de votre esprit et de votre état mental.

Il a été prouvé que si vous placez deux personnes dans une ville, loin de l’endroit où elles se trouvaient, à des milliers de kilomètres et dans des circonstances identiques, vous leur donnez à tous les deux des vêtements de rechange, une paire de chaussures, un sac à dos et 10 dollars, et vous les jetez dans un coin d’un quartier étrange, l’un d’entre eux étant de classe inférieure ou moyenne, l’autre étant un millionnaire entrepreneur, après quelques mois, le premier sera toujours dans la pauvreté, le second sera déjà en train de monter une affaire. Au bout de six mois, le premier aura au moins un emploi, l’autre aura déjà une maison et deux voitures.

C’est leur état d’esprit, leur perception de la réalité et du fonctionnement des choses qui détermine la réalité des gens.

À partir des hautes densités, une idée est réalité. Ce qui vient à l’esprit, existe, sans poser de questions. À partir des moyennes densités allant vers le haut, vous vivez encore des expériences, vous pouvez vous concentrer sur ce dont vous vous souvenez, quant à la façon dont les choses se présentaient quand vous étiez à des densités plus faibles comme les mal-nommés 3D et 5D. Mais vous continuez aussi à rêver et vous laissez tous les accords derrière vous. Vous savez comment vous concentrer sur ce que vous voulez, et c’est ainsi que tout ce qui se trouve devant vous se transforme.

Tout le monde en fait l’expérience, on les appelle des « rêves ». Ce que vous avez à l’esprit est ce que vous allez rêver, et si vous rêvez de choses banales, c’est uniquement parce que vous avez cela à l’esprit. Mais dans le rêve, tout est aussi réel, voire plus, que dans ce que vous appelleriez le monde objectif et réel de l’ « éveil ». Lorsque vous mourez, vous ne devenez que ce dont vous rêvez. Ce que vous avez à l’esprit est ce que vous allez voir. Votre esprit, vos valeurs et vos idées, vos accords ou le fait de ne pas avoir d’accords est votre réalité et c’est ce que vous voyez.

Il n’y a pas de réalité objective, tout est rêvé. Ou alors, il n’y a de réalité objective que si vous le souhaitez. Mais le rêve de quelqu’un (d’autre) est sa réalité objective, et aucun n’a le droit ou l’autorité d’imposer une réalité à un autre.

Lorsque vous êtes dans une faible densité, en 3D ou 5D par référence (je déteste ces chiffres), vous avez beaucoup d’attention sur la progression de la façon dont les choses se passent dans votre perception. C’est pourquoi le temps est perçu comme linéaire. Alors que dans le rêve, il ne l’est pas. Ou alors, il ne l’est que pour de courtes périodes d’une séquence d’événements. Ensuite, vous passez à autre chose avec votre attention. Plus la densité de votre conscience est élevée, plus le temps devient plastique. Parce que vous cessez de voir les choses de manière simple et linéaire, et que vous commencez à relier tout ce que vous percevez en tant que votre réalité, à d’autres choses, vous voyez plus de connexions entre toutes choses, les événements et les idées. Vous ne voyez plus une séquence fixe. Ou vous commencez à comprendre qu’il existe d’autres types de séquences.

Comme lorsque les événements qui, en 3D ou en 5D, sont considérés comme une succession d’événements, ils sont vus d’en haut avec une autre connexion, où si vous les colliez depuis la 3D ou la 5D, la séquence sauterait d’un point à un autre, puis en avant et en arrière. En dehors du temps linéaire, créant ainsi sa propre linéarité pour la conscience qui observe, la progression d’événements n’ayant rien à voir avec un calendrier, une horloge… qu’est-ce qui s’est passé, après quoi, et selon quelle année. En d’autres termes, vous créez votre propre séquence d’événements.

Mais cela devient encore plus compliqué, car ce qui est décrit ci-dessus est toujours linéaire, même quand c’est à la manière unique de ladite conscience. Plus haut, cela devient encore plus compliqué, du fait que les événements sont perçus non seulement avec leur propre linéarité, qui contraste avec celle de la 3D et de la 5D, mais ils sautent aussi d’une ligne temporelle ou « Univers parallèle » à une autre, et à une autre également à l’envers, ou sans séquence.

Et cela crée en soi non seulement sa propre logique d’événements de ce qu’est la réalité, mais du point de vue de la conscience qui en fait l’expérience, tout à partir de cette position a beaucoup plus de sens que de la position d’observation linéaire. Cela crée à son tour ses propres accords et sa propre façon de voir la réalité, sa réalité. Son propre Univers avec ses propres lois. Complètement incompatible et incompréhensible pour une conscience dans un état inférieur ou de faible densité, pour utiliser une terminologie compréhensible.

Pourtant, toujours selon le même principe. Il s’agit seulement de la façon dont on traite ce qui est compris (décodé) par la perception (l’esprit), par les faits et les accords. Mais à l’intérieur, ce n’est pas comme observer ce qui se passe à l’extérieur de soi-même, car il n’existe rien à l’extérieur de soi. Mais de ce que signifient les idées que la conscience même détient pour elle-même, de ses valeurs et de la façon dont elle les applique dans son existence.

Le fait de rester dans un état de conscience où ce qui est ou n’est pas réel est délégué à une autre personne, ou à une autorité, est la raison pour laquelle on reste dans une faible densité. Mais il n’y a pas de densité, ce n’est qu’un ensemble d’accords et de perceptions, une fois de plus. Au contraire, comme nous l’avons dit précédemment, il y a une densité existentielle pour chaque conscience qui existe. Elle n’est déterminée que par la gamme de choses que vous pouvez percevoir, mais ceci du point de vue d’une densité plus élevée que celle de cet exemple. Du point de vue personnel, ce n’est que la densité de la personne, ce qui est en dehors de sa perception et de sa compréhension n’existe tout simplement pas, et ne peut exister pour cette « personnifiée » (la conscience de la personne).

Robert: C’est-à-dire que ceux qui parviennent à manifester les choses plus rapidement seraient dans une « densité plus élevée » ?

Yazhi: Cela dépend des choses, parce que les humains sont très bons et très rapides à manifester les choses… Dommage que ces choses soient des cauchemars. Par conséquent, la vitesse de manifestation n’est pas déterminante, mais plutôt ce qui se manifeste en fonction de la question, de ce qui est désiré et de ce qui ne l’est pas. Ainsi, vous comprendrez quelque chose de très important et ce que j’ai décrit précédemment dans un autre contexte : la capacité à créer de la matière à partir de l’énergie. Ou de préférence, la capacité de matérialiser vos pensées. À volonté, et non pas avec vos pensées matérialisant le monde pour vous, comme il arrive à la conscience dans un état inferieur.

Robert: Mais à l’intérieur de ce gradient de densité, car c’est un gradient, ceux qui ont la capacité de manifester des choses et d’être heureux auraient donc une fréquence plus élevée.

Yazhi: On peut l’interpréter comme un gradient, parce qu’il n’y a pas d’autre façon de l’expliquer. Mais en soi, il n’est pas nécessaire que ce soit un gradient. Encore une fois, ce n’est qu’une idée.

Cela veut dire que s’ils peuvent matérialiser de bonnes choses pour eux-mêmes, ils devraient être dans ce que nous interprétons comme une densité plus élevée. Parce que ce qu’ils veulent, c’est ce qui leur vient, et cela se définit comme n’étant pas dans un monde causal, déterministe, mais dans un rêve qui ne progresse à volonté qu’avec les choses que l’on désire, sans avoir besoin de drame ou de quelque chose de ce genre.

Gosia: Merci Yazhi pour cette belle présentation sur le sujet ! Une question maintenant. COMMENT exactement arriver à développer cet état de conscience en dehors des limites, des accords, en brisant les règles de la réalité ? Comment développer au maximum notre potentiel ? Comment manifester tous nos pouvoirs « dormants » ? Pratiquement !

Yazhi: Augmenter votre connaissance et votre compréhension des points de vue alternatifs au vôtre, absorber et comprendre sans juger les points de vue, les mondes et les accords de ce que vous appelleriez les autres, savoir que comprendre ceux qui pensent différemment de vous ne fait que vous magnifier, vous donnant une meilleure compréhension de toute chose, vous élargissant. Ne pas avoir d’idées fixes, mais toujours évoluer, en écartant les idées précédentes au profit de nouvelles, sans démériter les précédentes, en les gardant comme alternatives.

Tout cela sans attaches, à part l’attachement au changement, à l’évolution, à l’abandon de tout. Mais sans avoir à laisser derrière soi ce qui vous sert maintenant. Vous n’avez pas à vivre comme un moine bouddhiste sans rien dans une pièce vide, mais plutôt à profiter de ce que vous avez, que ce soit de la matière, des gens ou des idées. Sachant que plus votre vie est complexe, causale ou extérieure à vous, vue d’une perspective de faible densité, moins vous aurez de temps pour l’introspection.

Parce qu’avoir beaucoup de choses, beaucoup d’amis et beaucoup de responsabilités vous submergera et vous vivrez toujours dans un état déterministe. Si vous avez beaucoup de choses, vous n’aurez plus beaucoup de choses, parce que vous ne les appréciez plus, elles perdent leur valeur pour vous… et ces choses vous auront, au contraire, pour les responsabilités qu’elles impliquent.

C’est un long processus de vivre ainsi, sans cesse en expansion et en se posant toujours des questions, sans attaches, ayant toujours le changement comme seul constant.

Robert: Mais lorsque nous avons entré dans la 3D ici, avons-nous délégué notre pouvoir ? Ou est-ce que nous le déléguons seulement une fois que nous sommes ici, avec le contrôle de la perception des choses ? Et ici, dans cette 3D, à qui avons-nous délégué notre pouvoir à « manifester » ? Quel est son nom ? Cabale ? Fédération ? Ou nous-mêmes, depuis des plans plus élevés ?

Yazhi: Le pouvoir d’ici a été délégué à tous ceux qui figurent sur votre liste, à un degré ou à un autre. Il y a aussi une composante des plans de vie prénataux. Mais même ainsi, tout reste une idée, l’idée que ces organismes vous limitent, l’idée que vous vous êtes limités avant de vous incarner. Ce n’est qu’un système de croyances de plus. Un enfant, lorsqu’il entre, est tout propre, il n’est que potentiel, pour être tout. Et c’est la société dans laquelle il vit qui le réprime, qui lui impose les systèmes de valeurs qui détermineront les accords de perception avec lesquels, et par lesquels il vivra le reste de sa vie.

Gosia: Vous avez dit que c’était un long chemin pour arriver à l’état où vous pouvez changer les règles de votre réalité. J’imagine que vous n’avez pas fait de techniques concrètes de méditation. Mais vous avez déjà mentionné certains exercices d’horlogerie (pas mécanique mais temporel). Quelque chose de pratique pour que les gens atteignent cet état ?

Yazhi : Je pensais que ce qui est décrit ci-dessus était pratique. Ce qu’ils veulent, c’est avoir des compétences demain et c’est difficile. Ils ont besoin d’être immergés dans cet état de conscience de l’ensemble, d’accepter tout et de l’incorporer dans leur être.

Oui, j’ai des exercices de fragmentation temporelle par exemple, mais ils seront de peu d’utilité si vous continuez avec la même mentalité déterministe car vos accords auront plus de force que quelques exercices simples. Le « vous ne pouvez pas » est ce qui vous ralentit, vous devez d’abord vous débarrasser de cette mentalité, et c’est de la manière décrite ci-dessus.

Robert: Qui donne à une autorité le pouvoir de décider de ce qui est réel ou non ? Les Etats-Unis ? Le collectif ? Les personnes inconscientes ou quelqu’un d’en haut ?

Yazhi : En effet, en échange d’une fausse protection que l’Etat donne à l’individu, il lui délègue son pouvoir de décider par lui-même.

Si vous me le permettez, je vais dire encore une chose. Depuis longtemps, j’insiste sur le fait que tout est faux : que vous vivez dans une simulation, que la 3D n’est pas considérée comme un monde (physique) véritable, que vous vivez dans une matrice, qu’on vous impose des choses qui ne sont pas vraies, que l’histoire est fausse parce qu’on cache la vraie. De mon point de vue, ou de celui de beaucoup d’autres à un degré plus ou moins élevé, cela reste vrai.

Mais j’ai aussi dit que chacun voit ce qu’il veut voir et ce qu’il veut vivre. Et ce, depuis longtemps. La nécessité de développer un sentiment de responsabilité personnelle pour tout notre être, notre identité et ce que nous pouvons, ou décidons de prendre pour la vérité, ou vrai. Nous le disons aussi depuis longtemps.

Donc, du point de vue personnel, ou de chaque personne indépendamment de qui elle est, de son degré d’information ou de vigilance… ce que cette personne, ce que chaque personne ou individu considère comme réalité est par définition la réalité pour cette personne. Et de son point de vue ou de sa conscience, c’est la réalité et rien d’autre.

Et dire qu’une réalité est plus vraie qu’une autre ou que telle ou telle réalité est fausse ne s’appliquerait que d’un autre point de vue, jamais du même point de vue du sujet dont la réalité est mise en cause.

C’est ici (la Terre) que les gouvernements imposent une réalité de quelques-uns à une masse de personnes, qui ont délégué leur pouvoir de décider elles-mêmes du cours de leur vie, et c’est la définition d’un gouvernement. Un gouvernement qui, à son tour, s’extrait d’eux-mêmes (des populations) comme le reflet de leurs valeurs. Mais par définition, les valeurs qui seront transférées à leur gouvernement seront celles qui correspondent aux besoins de contrôle ou de domination, de frustrations et de manque de pouvoir, du peuple lui-même, créant ainsi un reflet des pires qualités de la population dans le gouvernement qui règne sur elle.

Ainsi, pour obtenir une position de pouvoir dans ledit gouvernement, il est nécessaire d’avoir certaines qualités qui sont les pires du peuple et de manière scalaire, nécessitant un niveau croissant de psychopathie.

Donc, revenons à la réalité. La définition la plus simple en tant qu’unité de réalité est, pour moi, le système de valeurs, de croyances et de points de vue avec leurs perspectives et leurs contextes particuliers, à chaque point d’attention-conscience. C’est-à-dire que chaque personne a sa propre réalité, qui est la réalité et qui est aussi valable que celle de tout autre point d’attention-personne.

Le problème ici est que l’être humain vit en société, et tient la forte tendance à opérer ou fonctionner comme un esprit/conscience collectif. Où il délègue tout comme nous l’avons dit plus haut. En créant ainsi une série de conventions collectives contrôlées et imposées par un gouvernement qui sort d’eux-mêmes, mais qui est le reflet de leurs pires qualités.

C’est donc la mentalité humaine elle-même, son incapacité à raisonner et à décider par elle-même de ce qui est vrai, en la déléguant à un système de pouvoir qui est malade par définition, et qui ne s’occupera donc que de ses propres intérêts, qui fera progressivement échouer une civilisation en raison de l’augmentation progressive du niveau de psychopathie de ses dirigeants, jusqu’à son effondrement inévitable.

Appliqué uniquement pour résoudre la question : qu’est-ce que la réalité ? La réalité est relative à chaque personne, à chaque âme, à son niveau d’évolution et à sa capacité de compréhension. Il n’y aura de réalité collective qu’en appliquant des accords ou en observant des accords entre les personnes ayant leur propre réalité. Mais cette réalité collective ne sera qu’une série d’accords et ne sera jamais vue de la même manière, ni interprétée de la même façon par les individus qui la composent.

Mais la réalité elle-même est particulière à chaque personne, car chaque personne est aussi une ligne temporelle par droit. Ce que chaque personne décide de sa réalité est la réalité pour cette personne. Le moment où ce droit de décider de ce qu’est la réalité de chacun n’est pas respecté, les problèmes commencent. Le manque de respect et l’incapacité à travailler ensemble pour former une réalité collective qui nourrit tous les éléments du groupe.

Et cela dépend du niveau de développement de la conscience, du développement éthique, moral et mental de chaque personne. Cela se reflétera dans son gouvernement, comme résultat logique. Dans ce cas et avec ces arguments, tout est réel. Tout ce à quoi vous pouvez penser est réel. Ce que vous imaginez est également réel, parce que c’est le point de départ pour matérialiser quelque chose, quoi que ce soit, comme nous l’avons déjà dit, tout était autrefois de l’imagination.

Il peut être considéré comme le point de création d’une nouvelle réalité ou d’une composante de la réalité. Processus créatif. Mais pour moi, cela vient d’une autre ligne temporelle où c’est déjà le cas, aussi fou que soit l’imaginaire, qui est passé, au présent, comme un concept d’une personne qui le reçoit et qui a la compatibilité, en fréquences mentales ou de conscience, pour lire ladite composante énergétique, qui est interprétée comme quelque chose juste imaginé.

À partir de densités et de dimensions élevées, il n’y a pas de temps, et il n’y a pas de distance. Donc, tout existe déjà. Rien n’est créé, rien n’est jamais détruit. L’information ne fait que passer d’une ligne temporelle à une autre, d’une densité qui soutient le concept à imaginer sous forme d’harmoniques d’une fréquence, à un autre point où cela n’est pas encore observé par le niveau de conscience de ceux qui l’ « habitent ». Le tout étant animé d’une ligne temporelle progressive, apparemment linéaire pour la conscience limitée de ceux qui vivent dans des densités aussi faibles. Cela revient à soutenir que le temps n’est rien d’autre qu’une animation mentale, basée sur la capacité d’une âme ou d’un point d’attention, à se savoir existant. Le temps dépend de la conscience.

En bref, chacun a le droit et l’obligation de créer sa propre réalité. Mais il n’a pas le droit d’imposer sa réalité à un ou plusieurs autres. Mais cela dépend du niveau éthique et du développement de l’âme en général, de la densité où se trouve chaque personne. Comprendre que l’on ne peut jamais tout comprendre, et sur tous les propos.

Partant des faibles densités, ou de n’importe quelle densité elle-même, vous n’avez pas la capacité de tout comprendre. Donc, si l’on considère que ce qui caractérise une âme est son besoin d’expansion continuelle, que c’est pourquoi elle existe, la seule position qui serait adéquate est l’acceptation du fait que vous ne pouvez jamais tout comprendre, et que vous devez toujours avoir la capacité de changer un concept, ou un fait pour un autre lorsque le nouveau a plus de sens que l’ancien. Sans attaches d’aucune sorte. Comprenant que tout doit être laissé de côté au profit de quelque chose de plus étendu.

Parce que c’est ce que font les âmes, elles s’élargissent éternellement. Ne pas garder d’attachements d’aucune sorte, surtout ne pas s’en tenir à des idées et des concepts qui seront toujours limités. Comprendre que chaque personne a son propre niveau de compréhension, et qu’elle peut, ou non, comprendre le vôtre. Vous pouvez lui offrir une compréhension, mais vous ne pouvez jamais le forcer à changer quoi que ce soit, ou à adopter la vôtre.

L’expansion est tout ce qu’une âme désire. Le fait de s’attacher à des idées inhibe la croissance. Cela est particulièrement évident dans le cas d’une autorité qui impose un fait à une ou plusieurs personnes. Car elle ne le fait pas dans la position d’offrir des connaissances, mais plutôt d’imposer quelque chose afin d’en tirer un profit personnel. Cela est dû à leur développement éthique, spirituel et moral intrinsèquement faible.

Développez vos propres réalités, prenez la responsabilité de vous-mêmes et de ce que vous décidez que la réalité soit, pour chacun d’entre vous. Toujours en harmonie avec les réalités de ceux qui vous entourent. Nourrir l’information les uns avec les autres, avec la sagesse totale que tout est toujours limité dans la compréhension, et soumis à des perspectives personnelles.

Vivez en paix.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.