Que se passe-t-il après la mort

Enseignements cosmiques et métaphysique sur la mort, pourquoi il n’y en a pas de monde matériel dans la mort, des maîtres ascensionnés…

Depuis 2008 l’équipe des Taygetiens a contacté des centaines de personne sur Terre pour le programme officiel « premier contact ». Le programme n’est plus d’application depuis, cependant Swaruu et l’équipe Taygetienne ont continué le contact avec Robert et Gosia de Cosmic Agency. Les themes divulgués sont spirituels, métaphysiques, historiques, scientifiques, et technologiques.
Les informations ne sont pas canalisées. Elles sont directement écrites utilisant les technologies terrestres via internet.
C’est la première fois de l’histoire qu’une race extraterrestre partage directement de telles et énormes quantités d’informations.
C’est le moment pour nous de se réveiller et d’en apprendre plus sur la réalité qui nous entoure !
Les principaux contacts :
Swaruu de Erra (Yazhi Swaruu) est une jeune femme de l’étoile Taygeta dans les Pléiades et vient d’une de ses 4 planètes – Erra.
Elle est pilote de chasse, experte en ligne de temps (timelines), et guide spirituel pour nous tous aussi bien que l’équipe des Taygetiens elle-même.
Anéeka de Temmer est une jeune femme de l’étoile Taygeta dans les Pléiades et vient d’une de ses 4 planètes – Temmer.
Elle est arrivée en orbite terrestre en avril 2016, son rôle dans le groupe est chef des analystes terrestre autant que pour les données spatiales. De plus, et parmi d’autres tâches, sa spécialité est portée sur les « ordinateurs » holographiques à bord.

Article publié le 1er decembre 2021 par COSMIC AGENCY que nous remercions énormément! l’intégralité de l’article en anglais ici

Robert : Et où vont ces  » âmes  » Taygetiennes qui ne veulent pas être dans le physique ? Ces plans supérieurs ont-ils un nom ?

Yazhi : C’est juste que ce n’est plus un endroit où aller. Dans ces plans, il existe déjà un principe de non-localité. Ils ne peuvent que préférer être à moitié dans le physique dans certains endroits plus que d’autres. Des lieux du point de vue de quelqu’un qui a un corps.

Ce sont des « plans plus élevés » du point de vue du physique, mais ils ne sont pas plus élevés, c’est autre chose qui n’est pas bien décrit, ils ne sont même pas différents. C’est le même plan qui s’étend de plus en plus.

Ces plans ne sont pas n’importe où, mais ils sont parmi celui-ci, mélangés, comme une partie de celui-ci. Ils sont toujours « ici » avec cette mentalité plus étendue. Où sont ces plans ? La réponse est : ici ! Où que vous soyez, c’est toujours ici !

C’est comme vivre dans votre imagination comme quelque chose de totalement réel. Tout ce que vous imaginez a votre attention et c’est ce que vous vivez. Donc vous ne voyagez pas, vous imaginez simplement être sur Terre et vous l’êtes. Puis vous imaginez être sur Erra et vous l’êtes. Erra en hiver rigoureux, vous le vivez, parce que c’est ce que vous voyez, parce que c’est ce que vous  » imaginez  » et ce que vous imaginez est, et c’est la réalité, et ensuite vous passez à Erra au printemps, et c’est tout ! C’est le printemps. Si tu imagines des cauchemars, tu les auras, si tu ne les veux pas, tu ne les auras pas, mais tu les connais.

Mais vous ne vous limitez pas à imaginer des choses normales du point de vue des plans avec des corps, des plans dits denses. Déjà dans cet état, vous imaginez des choses inconcevables, impossibles à décrire de ce que l’on appellerait des « plans supérieurs », mais comme je l’ai dit, ils ne sont pas supérieurs, ils sont seulement plus étendus, mais identiques. Nager parmi les poissons cosmiques, parmi les nébuleuses et les étoiles, nager dans l’amour, dans les idées, nager dans le potentiel créatif.

Vous êtes l’esprit là, vous n’avez un corps que lorsque vous l’imaginez. Seulement parce que c’est ce que vous voulez imaginer. Si vous ne le voulez pas, vous n’êtes que l’esprit, la pure conscience. Vous êtes votre imagination et ce que vous créez. Vous n’êtes pas quelque chose qui crée quelque chose d’autre, vous êtes simplement ce que vous créez et vous vivez ce que vous êtes parce que vous vivez ce que vous créez.

Et cela inclut les corps, les corps qui, comme vous les imaginez, vous appelez cela l’incarnation, et vous imaginez que vous êtes piégé dans un corps pour la durée d’une incarnation, mais cela est illusoire, c’est aussi votre création, vos idées. Il n’y a que l’esprit.

Depuis ces plans oui vous savez. Et vous ne suivez pas des incarnations linéaires. Seulement vos idées. Et rien ne vous limite, vous vous imaginez être des milliards et des milliards de créatures, toutes  » vous « . Simultanément. Tout vous nourrit, tout est votre rêve lucide.

Robert : Mais à partir de ces plans, vous voulez dire que vous savez que vous êtes le Tout ? Alors vous êtes la Source.

Yazhi : Oui. Vous nagez simplement dans vos idées. Et il n’y a pas de limite à votre esprit, à votre capacité de penser. Donc vous imaginez tout, et tout ensemble. Robert : Et ce qui est à l’intérieur de vous, vous le reflétez à l’extérieur comme votre création, bien sûr. C’est pourquoi il n’y a personne au-dessus ou au-dessous de vous. C’est vous et seulement vous.

Yazhi : Vous comprenez déjà tout, vous savez déjà tout, mais c’est pourquoi vous créez des combinaisons de ce que vous savez et avec cela vous imaginez plus de choses, et plus de combinaisons qui ouvrent plus de combinaisons de ce que vous savez et imaginez. Et avec cela, tu te divertis. Jouer étant vos idées.

Il n’y a pas de solitude, vous n’êtes pas accompagné, vous n’êtes ni homme ni femme, tous ensemble oui, comprenant tout, étant tout, vous comprenez la dualité comme un fonctionnement du même processus de pensée, ainsi que le temps. Mais vous faites l’expérience de plusieurs temps.

Robert : Mais une chose. Si la Source n’est qu’une, et que l’intégration est l’expression ultime, pour ainsi dire, la Source n’est-elle pas seule ? Ou cela ne s’applique plus ?

Yazhi : Non. Elle sait qu’elle est une, mais elle intègre tout de telle manière qu’il n’y a pas de concept de solitude, pas de concept de compagnie, seulement dans ce qu’elle imagine.

Par exemple, lorsque vous mourez, vous faites l’expérience d’une intégration, d’une dissolution dans le champ, où le Moi, l’Ego, cesse d’être et se dissout dans une mer d’éther liquide. Vous cessez d’être ce que vous étiez parce que vous vous dissolvez avec tout le reste.

Du point de vue de quelqu’un de « vivant », c’est terrifiant, car vous cessez d’exister en tant que tel. C’est perçu comme une destruction de l’ego, du moi, et c’est vrai. Mais seulement du point de vue de quelqu’un de « vivant ». Car cette dissolution de l’ego, ce qui est « dissous » et interprété comme une « destruction », est aussi de l’amour pur. Ce que de nombreuses personnes ayant vécu une expérience de mort imminente décrivent comme étant entourées de pur amour. Ce qui est une très belle expérience qu’ils regrettent de laisser derrière eux pour retourner à leur incarnation, parce qu’ils ont été ramenés à la vie dans une salle d’opération.

C’est la même chose. Cette destruction du Soi interprétée par le point de vue des attachements à ce que l’on est. C’est ce qui est effrayant, mais de l’autre côté de la mort, cette destruction du soi est l’intégration dans le champ éthérique, de ce qui a toujours été. L’amour que chacun voit ou ressent à la mort est cette destruction ou intégration dans le champ. Donc, cela n’est effrayant que tant que vous êtes en vie. Après cela, cela ne l’est plus.

Ergo : Pourquoi avoir peur de la mort si vous êtes en vie ?

Parce que de l’autre côté, ce que vous interprétez ici comme une destruction, là c’est une intégration, et un grand amour qui vous envahit, vous nagez dans cet amour pur, dans l’acceptation inconditionnelle.

C’est l’attachement au concept que vous êtes quelqu’un et pas quelqu’un d’autre et donc inadéquat et que vous cherchez à être accepté pour vous sentir plus à l’aise, et pour assurer la survie de l’espèce. Que ce soit dans un contexte romantique ou simplement pour la protection du groupe ou du clan. D’ailleurs, vous ne pouvez pas vous détruire en tant que tel parce que vous devenez une idée dans le champ, vous avez toujours été cette idée. Et à partir de cette idée dans le champ, vous vous incarnez à nouveau selon la procession ou la direction de vos idées.

Robert : Super, merci. Une question de ceux qui commencent à nous écouter. Je sais qu’elle est absurde, mais il est important de voir comment vous y répondez. Tout est idée, comme vous le dites très bien. Nous sommes les créateurs de tout. C’est très clair pour moi. Voilà pour la question. J’ai une réponse claire parce que je ne crois pas à toutes ces sornettes du Nouvel Âge. Ils disent qu’il y a toute une hiérarchie, je ne sais pas comment l’appeler, angélique, de maîtres, etc. Mais si vous êtes le créateur, ces hiérarchies n’existent pas, ou tout au plus vous les incarnez, non ? En enlevant de tout cela toute la charge religieuse.

Yazhi : Ce n’est que de la religion, du Nouveau Testament mélangé à des trucs modernes. Adaptée à la mentalité des gens qui prétendent s’éveiller, pour finalement tomber dans le même travers.

Vous ne pouvez être élevé que par rapport à quelqu’un, et dans ce contexte, celui qui présente ce point de vue est celui qui utilise cette expression, « élevé », ou Ergo, vous ne l’êtes pas. Vous êtes un petit gars insignifiant en comparaison avec le grand Oh… Maître ascensionné. Vous, eux. Pyramidal, Cabale terrestre, Vatican.

Ce ne sont pas des concepts stellaires d’êtres de plans supérieurs, par manque de meilleurs mots, parce qu’il n’y a pas de plans supérieurs, seulement des plans plus étendus dans le contexte qu’à partir de ce point d’attention consciente, plus est perçu et compris.

Mais je comprendrais qu’une explication humaine dise qu’un Bouddha (parce qu’il y en a eu plus d’un) est plus élevé que… une personne déterminée à gagner de l’argent en marchant sur les autres. Du point de vue explicatif de quelqu’un sur Terre, il est toujours valable d’utiliser ces points de comparaison. Mais je ne devrais pas les utiliser puisque mon but est de donner à comprendre comment les choses sont vues depuis ces points que vous appelez plus élevés. Où le fait d’être là ne signifie pas être plus haut.

Notant le nom même de « ELevated » avec les lettres EL qui correspondent à des divinités, en termes d’étymologies. C’est le même phonème de GabriEL, de RafaEL, d’AzazEL. Ce qui indique qu’ils sont « ascensionnés », des archanges dans ces exemples.

C’est-à-dire que le concept de supériorité, ergo de « maîtres ascensionnés », n’est valable que du point de vue de la conscience d’une personne terrestre ayant une compréhension moyenne de ces questions. Mais d’en haut, il est parfaitement compris, il est vu, il est perçu, qu’il n’y a pas de supériorité.

Donc, même dans mon cas… bien que ce soit difficile à comprendre pour beaucoup, je ne suis plus dans le physique, je me montre seulement pour pouvoir travailler ici. Ici, on me voit comme imposant, voire égocentrique, en disant des choses comme que mon esprit et ma conscience sont dans des plans plus élevés, mais de mon point de vue, je n’abaisse personne, et je ne pense pas être supérieur à qui que ce soit, c’est le reflet du point de vue et du niveau de compréhension des personnes qui disent cela, qu’elles soient humaines ou non.

J’en suis pleinement conscient. C’est pourquoi je suis dans le corps d’une petite fille. Parce que les enfants ont le droit d’être « égocentriques ». Si j’avais l’âge d’Athéna, je ne serais pas comme ça, je ne pourrais pas, je serais considérée comme insupportable. Vaniteuse.

Mais… si je n’étais pas ici sous une forme quelconque, je veux dire avec un corps, je ne pourrais pas dire ces choses, donc vous n’auriez pas le point de vue de quelqu’un qui vit dans ce que vous appelez d’autres plans.

Mais… cela ne me rend pas non plus si différent des autres parce que c’est exactement ce que vous faites tous aussi.

Tous, en étant vous, parce que dans le contexte le plus élargi, c’est aussi vous lorsque vous rencontrez une autre personne sur un vélo qui va en sens inverse et vous fait « rin-rin-rin » avec sa petite cloche. Qu’elle ait ou non le même visage que vous. D’autant plus que vous êtes de la même « espèce », donc proches en esprit et en conscience, c’est pourquoi vous coexistez dans une certaine mesure. Au moins dans l’illusion physique comme sur Terre. Mentalement, vous pouvez être très éloignés les uns des autres, tout en restant une famille, des miroirs les uns des autres.

Robert : C’est vrai. Où commence une  » personne  » et où finit une autre ? Nous ne le savons pas. C’est encore vous.

Yazhi : Oui, nous le savons. Il n’y a pas de séparation, autre qu’une idée à laquelle vous êtes

attachés.

—————–

Un autre jour :

Yazhi : Nous reprenons là où nous avons terminé. Comme cela a été expliqué, il n’y a pas de monde physique, car tout émane de l’imagination de la Source elle-même qui est chacun de nous. De notre point de vue unique et parfaitement valable, le point de conscience de chacun est le tout, est la Source.

Ce n’est pas qu’il y ait de multiples Sources se manifestant dans chaque personne, mais que chaque personne différente, ou en apparence différente de l’autre, de nous-mêmes, est juste une autre expression de la même, de nous.

Étant donné que le temps n’existe pas, étant donné qu’il n’est qu’une illusion qui fait partie de la conscience elle-même, sans cadre temporel, il n’y a pas de processus de conscience-pensée, et sans conscience-pensée pour le raisonner, il n’y a pas de temps.

Pour la science, le temps est le mouvement moléculaire, en tant que forme de mesure, et pourtant vous êtes toujours en train de penser lorsque vous observez un objet dans le froid absolu à -273,15°C.

Il n’y a pas de monde matériel, pas de densités, pas de temps, pas de distances, pas de particules primordiales. Tout émane de celui qui lui donne ces valeurs, de celui qui établit ces classifications.

Quand on s’incarne quelque part, on entre dans un état de limitation apparente, où la perception est centrée sur le vous et le je, sur le fait de voir d’autres choses, avec le concept d’autre que soi. Cet état est créé par l’oubli de qui nous étions avant cette incarnation, créant ainsi une nouvelle identité lors de l’entrée dans la suivante. Même pour les races stellaires qui conservent la mémoire de ce qu’elles étaient dans leurs vies antérieures, une identité est conservée, un Ego, qui transcende ces incarnations, l’une après l’autre, comme si elles n’étaient qu’une seule vie, la précédente définissant la suivante et ainsi de suite. Une autre identité, une autre idée de l’Ego, se forme dans chacune de ces incarnations.

Mais la base qui préserve et forme cet Ego ou identité du Soi est la mémoire. Si l’on entre dans une incarnation où l’on ne se souvient de rien ou presque de l’incarnation précédente, on forme un concept ou un attachement à l’identité actuelle de la personne, comme si c’était la seule chose qui existe. Cela se traduit également par la peur de la mort, de la destruction du « moi », de l’Ego.

C’est le voile de l’oubli dont beaucoup parlent. Mais il ne s’agit pas de quelque chose de mystérieux ou d’une machine qui impose aux âmes un effacement de la mémoire avant de s’incarner à nouveau, mais d’un processus énergétique simple et facile à comprendre. Il s’agit d’une incompatibilité de fréquences, où la mémoire qui se trouve dans le champ éthérique, qui est dans son ensemble la Source elle-même, est à une fréquence énergétique très élevée qui est incompatible avec les fréquences inférieures d’un domaine existentiel pâteux comme celui vécu sur Terre. Les fréquences incompatibles ne correspondent pas, ne s’accordent pas.

Le corps est fondamentalement un récepteur d’ondes éthériques, comme un récepteur radiostéréo reçoit d’une station qui transmet de la musique. C’est le but même du corps, de pouvoir transmettre comme un modem un signal du monde spirituel vers le monde matériel, en utilisant des termes que je démonterai plus loin.

Ce qui forme le monde matériel est la perception, et il se matérialise à partir du point d’observation d’une personne incarnée, avec un processus déjà décrit qui est celui de la Dynamique de Manifestation, où fondamentalement ce qui reçoit l’attention prendra d’abord la forme d’une pensée qui est de l’énergie, qui ensuite, lorsqu’elle est maintenue assez longtemps et avec l’alimentation conceptuelle correcte sous la forme d’harmoniques d’une fréquence, produit quelque chose de similaire à ce qui est décrit comme des ondes stationnaires, qui créeront des nœuds et chaque nœud est une particule qui forme des atomes qui à leur tour formeront des molécules qui à leur tour formeront des choses matérielles vivantes ou non vivantes.

Du point de vue le plus étendu, tout ce qui est matériel est une conscience, non seulement en tant que manifestation de quelqu’un d’autre, comme dans un point d’attention ou une densité plus élevée, mais en soi EST une conscience. C’est-à-dire qu’un rocher, un grain de sable, une molécule de n’importe quelle matière, tous sont des expressions différentes de la conscience, parfaitement autonomes. Le concept même de ce qui est vivant et de ce qui ne l’est pas devrait être revu dans ce contexte, car même s’il ne s’agit pas de vie biologique, il y a toujours conscience d’être. L’exemple le plus clair est le quartz.

Ainsi, la seule chose qui soutient l’existence du monde matériel est celui qui l’interprète comme tel. Qui donne le contraste entre le monde matériel et le monde spirituel. La vie et la mort. La conscience de l’observateur. Les choses existent parce que nous les pensons, et nous les pensons en leur donnant une valeur. Valeur qui change avec une autre personne, avec un autre point d’attention. Les deux étant valables. Ce que je veux dire ici, c’est qu’il n’y a pas de monde matériel. Le monde matériel n’est que l’attachement à un ensemble de croyances et de structures qui justifient logiquement une chose par rapport à une autre. Autrement dit, c’est un ensemble d’idées de perception. Et celui qui impose ce point de vue de perception, est la lentille avec laquelle une conscience observe et raisonne ce qu’elle observe. Cette lentille est le corps matériel biologique dans ce cas.

Elle est conçue pour limiter la perception du point d’attention de la conscience en ne pouvant percevoir que ce que le corps peut détecter avec ses sens limités. L’observateur est comprimé dans la perception d’une réalité limitée par ce corps, qui est essentiellement la gamme de la lumière visible.

Lorsque le corps tombe en panne, il cesse d’avoir cette lentille, par conséquent la perception du point de conscience s’étend et commence à percevoir plus de choses que le corps lui-même peut détecter comme réalité.

D’un autre point d’attention plus étendu, tout est une idée, et le moi, l’Ego, est le résultat du cadre de limitation de l’Ego, et cela est formé par les attachements qui à leur tour sont formés par la mémoire. Donnant l’illusion qu’une personne spécifique est juste un corps. Et dans une certaine mesure, oui. L’identité de son Ego n’est généralement liée qu’au contexte de la réalité qui lui est donné par le filtre avec lequel il existe : son corps. Lorsque votre corps disparaît, lorsqu’il est détruit, le contexte de l’Ego-I est supprimé. Et cela est interprété comme la Mort.

Mais d’après ce qui a été expliqué ci-dessus, le corps lui-même est un autre ensemble d’idées d’attachements à des concepts qui forment une personne et ce qui la définit. Le corps n’existe pas. C’est une idée.

La mort apporte la destruction du cadre d’attachement qui définit une personne : le Moi-Ego, et, comme nous l’avons dit plus haut, elle est définie comme une destruction, étant donné qu’il s’agit du retour au champ unifié en dehors des limitations de perception de l’objectif corporel. Cela terrorise la plupart des gens, étant donné que cette incorporation dans le champ éthérique est l’amour dense et fort et l’intégration que beaucoup expérimentent dans leurs expériences de mort imminente.

Dans la vie, une personne forme son concept de soi, son Ego et son Soi. Elle est attachée à ce que son corps a formé comme réalité. Mais son esprit-conscience ne dépend pas de son corps, il ne fait que le traduire dans le monde dit matériel. Donc à la mort, la personne-pointd’attention-conscience gardera son concept de soi et toutes ses croyances.

Certes, il élargit son potentiel en retournant dans le champ éthérique, mais la personne elle-même et ses attachements peuvent limiter considérablement cette expérience de reconnexion au tout. Elle emporte alors avec elle toutes ses valeurs, et toute sa personnalité.

De nombreuses personnes, lorsqu’elles meurent subitement, ne réalisent pas encore qu’elles sont mortes. Ce qui fait que leur esprit-conscience continue à manifester ou à traduire une copie ou une copie carbone du monde matériel, manifestant les idées qui le composent comme un autre monde miroir semblable au monde matériel qui reste plus ferme ou plus difficile à modifier par la pensée à cause de sa nature vibratoire basse, dense et pâteuse, bien que finalement ce soit la même chose.

En d’autres termes, la personne décédée attachée au monde matériel créera un monde alternatif très similaire, et dans certains cas identique, au monde réel-matériel qu’elle habitait de son vivant.

Cela se produit selon le principe que plus la densité est élevée, plus la vitesse et la facilité de manifester des pensées et de les rendre perceptiblement réelles ou – apparemment – hors de notre esprit sont grandes.

L’échelle va du monde matériel pâteux, tel qu’il est vécu dans un corps 3D sur Terre, comme moyen de manifestation lent, à l’immédiat, comme dans les très hautes densités où ce que vous pensez est simplement la réalité.

Plus c’est dense, plus c’est lent, donnant l’illusion que la pensée ne produit pas la réalité. Plus la densité est faible, plus l’énergie se déplace, plus la manifestation est rapide, plus il est évident que la pensée est la réalité.

Ainsi, une personne meurt, emporte avec elle les idées qu’elle a, et manifeste autour d’elle un monde compatible avec ces idées, généré par ces idées.

Comme tout monde partagé est le résultat d’accords de perception entre individus, il en va de même dans le monde « des morts », où l’une ou l’autre « âme » créera avec d’autres une réalité dans et avec laquelle tous sont compatibles en fréquence de pensée.

Fréquences personnelles = Pensée.

Avec ceci, j’essaie d’expliquer comment je vois les morts créer leur propre monde semblable à celui des vivants, mais avec des attributs sinistres, différents et changeants. Formant des clans et des alliances entre eux, formant une autre société avec d’autres règles similaires à celle du monde des vivants, tout cela comme une conséquence des accords de perception entre eux, de ces âmes désincarnées, combinant les idées qu’ils avaient dans la vie avec les nouvelles perceptions qu’ils ont dans ce monde miroir moins dense.

Tout ceci est basé sur le concept que ces âmes (consciences des points d’attention) ont de forts attachements à leur Ego, à leur « moi », qui n’accepteront pas facilement leur incorporation dans le champ unifié. Car elles y verront une destruction du moi. Ce que beaucoup de discarnés prennent ou perçoivent comme la mort des morts.

Là encore, ce n’est qu’une autre illusion, car avant de naître, on avait déjà une idée ou un concept du Soi, qui s’est formé petit à petit au fil des incarnations précédentes. Ainsi, le retour dans le champ unifié n’est pas une dissolution du Soi, car le concept d’identité (Soi) existait avant la naissance et existe toujours après la réintroduction dans le champ unifié.

Ceci en utilisant des concepts temporels linéaires du point de vue de la personne qui observe. Si nous ajoutons des facteurs de non-temporalité, il devient encore plus évident qu’il ne peut y avoir de mort. Du point de vue du champ unifié, de l’éther ou des plans existentiels supérieurs (même chose), le temps n’est que le résultat de la pensée locale, ou du soi, en tant que séquence d’une idée. Il est plastique, quelque chose de contrôlable à volonté.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.