Rencontre Eisenhower Rashell de Temmer

Swaruu et Yazhi

La rencontre entre les 2 se sont faites 2 fois mais sans succès ! Le président Americain à preféré passer des accords avec mes maitrés …

 

Publié le (01/05/2019)
Eisenhower a rencontré  Rashell de Temmer

 

Robert : Je suis curieux d’écouter le récit de ta rencontre avec Eisenhower. Puis-je commencer les questions, s’il te plaît ?

Rashell : Vas-y.

Robert : Merci. Comment la réunion a-t-elle été organisée ? Comment s’est déroulé le premier contact avec les membres du gouvernement américain ?

Rashell : La Fédération d’ici, depuis le Haut Conseil, a envoyé le message au président Eisenhower par l’imposition de fréquences radio pénétrant dans le Pentagone qui était nouveau alors (1947). C’était la seule façon de faire passer notre contact pour vrai. Vous devez garder à l’esprit qu’à l’époque, il n’y avait pas autant de désinformation et de fake news qu’aujourd’hui. En tant que représentant de la Fédération et avec une bonne connaissance de l’anglais, j’ai été proposée comme contact. Le premier contact a été établi à la base d’Edwards en Californie le 18 février 1954. Pas de Holloman. La base d’Edwards ! La raison en est que cette base possède une très grande extension de voies sur une grande plaine. Elle a été utilisée plus tard comme piste d’atterrissage de secours pour la navette spatiale et était loin des yeux du public.

Mais nous sommes venus ici en tant qu’équipe en 52 et de là, certains d’entre nous sont arrivés en 1937. Icke (Eisenhower) a été invité à prendre les mesures de sécurité les plus strictes pour éviter un accident entre nos deux races en cas d’attaque.

Malgré cela, nous étions lourdement armés et portions des combinaisons de haute technologie qui absorbaient les impacts des armes et de l’énergie cinétique. Icke a accepté. Le 18 février 1954, l’avion présidentiel a atterri pour la première fois, il n’était pas encore équipé d’un moteur tétraplane Lockheed Constellation. Mais un Lockheed Electra bimoteur plus petit, similaire à celui utilisé par Amelia Eckhart lors de son voyage fatidique. L’Electra a atterri au bout de la piste la plus éloignée et il y est resté sans que personne n’en sorte. D’en haut, en mode furtif invisible, nous observions tout depuis une hauteur d’environ 300 pieds AGL (altitude au-dessus du sol, contrairement au niveau moyen de la mer ou MSL). Une seule jeep était en vue avec des militaires armés de fusils et nous avons demandé à Icke de la contacter par radio. Nous lui avons également demandé d’éteindre les radars qui fonctionnaient encore à ce moment-là. Ils ont accédé à notre demande.

 Nous avons procédé à la descente et leur avons permis de voir notre vaisseau discoïdal de 22 mètres de classe III que nous avons fait atterrir devant le nez de l’Electra d’Icke. Nous avons ouvert la rampe et l’Electra a fait de même. Icke est descendu par la rampe, vêtu de son costume couleur sable avec un chapeau et des emblèmes militaires. J’ai fait de même, vêtue uniquement d’un costume gris-bleu d’une seule pièce. Ils ont pu voir que je n’étais pas armée. Je ne pouvais pas voir la même chose chez Icke, mais nos instruments indiquaient qu’il l’était. Nous sommes arrivés à environ deux mètres l’un de l’autre et nous nous sommes arrêtés là. Je me suis présenté comme Rashell de Temmer du Haut Conseil et comme la personne avec qui il avait parlé. Icke, très correct dans son rôle de chef d’État, n’a fait preuve d’aucune courtoisie à mon égard.

Il m’a juste dit : arrêtez vos conneries et dites-moi ce que vous voulez. Je lui ai proposé que Taygeta lui donne de l’énergie et des réacteurs gratuits ainsi qu’une transmission électrique pour tous en échange d’un désarmement nucléaire total. Il m’a juste observé. J’ai insisté sur le fait que l’énergie nucléaire ionisante ne ferait qu’apporter des problèmes à l’humanité et qu’il y avait de meilleures options énergétiques que nous étions prêts à leur donner gratuitement en échange du désarmement.

Icke m’a vivement interrompue et a dit qu’il ne le ferait pas parce que les Russes auraient la main haute contre les États-Unis. J’ai insisté pour que les Russes renoncent également à toutes leurs armes et à leur technologie. Icke n’a cessé de m’interrompre en insistant sur le fait que ce n’était qu’un stratagème communiste pour désarmer les États-Unis. Je lui ai assuré que ce n’était pas le cas. Il ne m’a pas écouté et a dit tout haut que la réunion était terminée. Il a fait une sorte de révérence orientale, je ne connais pas son nom, en baissant la tête momentanément. Il s’est retourné et est entré dans son avion. Je suis montée à bord de mon vaisseau et j’ai battu en retraite. Fin de la première rencontre.

Robert : Rashell, merci beaucoup pour ce partage. J’ai quelques questions à te poser, si tu le veux bien. Quand il t’a vue, quel tête a-il fait ? A-t-il été surpris ? De voir une jeune fille d’apparence terrienne.

Rashell : Oui. Je sais que cela avait à voir avec son attitude. Et cela a également provoqué un conflit lors du contact nocturne suivant, entre le 20 et le 21 février.

Robert : Peut-être qu’un Taygetien aurait dû se présenter, avec une armure et armé.

Rashell : Rétrospectivement, cela aurait dû être le cas. Nous y avons déjà pensé. Et pas seulement pensé à ça. C’est déjà dans les archives que cela aurait dû se passer ainsi.

Robert : Les humains aiment être impressionnés.

Rashell : Mais vous devez garder à l’esprit que si aujourd’hui il est difficile de trouver quelqu’un ici qui parle anglais, à cette date, c’était encore plus difficile. Nous comprenons qu’Icke a donné comme excuse de nous voir aller chez son dentiste. Je n’ai pas plus de détails à ce sujet. En arrivant à notre vaisseau, nous avons immédiatement discuté de ce qui s’était passé et nous avons insisté pour parler à Icke à la radio pour une nouvelle interview. Nous avons dû le menacer pratiquement. Nous lui avons dit que s’il ne nous écoutait pas, nous n’irions qu’avec les Russes. Dans la nuit du 20 février, au même endroit de la base Edwards, la deuxième rencontre avec lui a eu lieu et de la même manière. Seulement que pour une raison quelconque, il y avait plus de militaires dans les installations radar et dans les véhicules de type Jeep sur le terrain. Nos capteurs ont indiqué qu’ils n’étaient pas armés. Une fois de plus, il est sorti, beaucoup plus rapidement cette fois, en faisant plus confiance, je suppose. Je l’ai salué de la façon dont on fait les choses ici. Comme ce que vous faites comme panneau stop. Une fois de plus, je lui ai proposé la même chose que la veille. Icke m’a juste répondu qu’il n’y avait rien que je pouvais lui offrir qu’ils n’avaient pas. Et il m’a accusé de ne pas être extraterrestre, mais d’être nazi. Parce qu’on m’avait reconnu sur les photos de l’Allemagne des années 30 et 40, de la société Vril. Et que j’étais, avec mes compagnons, une « fille nazie » cachée en Antarctique. Une fois de plus, il a fait demi-tour et est retourné à son avion. Je ne l’ai plus revu.

Les rencontres suivantes ont été réalisées par mes compagnons de 1957 à 1960. Elles ont été tout aussi brèves et inutiles. Il est clair qu’il avait déjà passé un accord avec les êtres de Maïtré dès leur arrivée. Car Maitré leur offrait une technologie destructrice en échange de l’accès à la population humaine et animale pour leurs besoins. Maïtré a dit que c’était limité et qu’ils informeraient le gouvernement de tout mouvement, ce qu’ils n’ont logiquement jamais fait. La technologie donnée par Maïtré n’était qu’un vœu pieux, sans éléments clés. C’est pourquoi on rapporte plus tard que des vaisseaux expérimentaux ont échoué ou ont fondu devant des témoins. Ils ont dit qu’ils ne donneraient ces composants manquants qu’en échange de bases. Qu’ils devaient construire des bases. Le gouvernement des États-Unis s’est à nouveau exécuté. Pour nous et pour la Fédération, il était déjà clair à l’époque que les moyens diplomatiques ne fonctionneraient pas. Le contact avec le gouvernement des États-Unis a été interrompu.

Robert : Merci beaucoup d’avoir partagé Rashell. Ce que tu aurais dû lui dire, c’est « Merci beaucoup, j’ai maintenant une réunion avec le Kremlin ». Il faut toujours faire un peu pression pour pouvoir négocier avec eux.

Rashell : C’est essentiellement ce que nous avons fait pour qu’il accepte la deuxième réunion. Lors de la première rencontre, nous avons détecté qu’il y avait plusieurs personnes à l’intérieur de l’avion Electra, et plus tard, nous avons découvert que l’une d’entre elles était un agent de la CIA qui documentait la rencontre. C’est de là que vient la relation avec les filles nazies. L’histoire du Vril et notre lien avec elle, nous la laisserons pour une autre fois. Nous ne sommes pas toutes les filles qui travaillent pour Thulé et pour Vril. Il y en avait d’autres qui avaient déjà canalisé la technologie de propulsion toroïdale pour la Luftwaffe. C’est une autre question que nous devons traiter en détail à un moment donné.

Robert : Oui, Rashell pas de soucis. Je veux juste poser des questions sur ce qui est partagé aujourd’hui. Rashell : Allez-y. Je dois souligner que la tentative de contrôle de la technologie nazie de notre part est directement liée à la rencontre ratée avec Eisenhower telle que décrite ci-dessus.

Robert : Je comprends. Ma question est la suivante : pourquoi les États-Unis et pas un autre pays ? Comme la Russie ou l’Allemagne ou le Japon ou la Grande-Bretagne par exemple. Je te remercie.

Rashell : Parce qu’à l’époque, ils étaient le leader dans le domaine des armes nucléaires et parce que nous connaissions la présence de scientifiques allemands du projet « Paper Clip ». Et je pense qu’il est clair que les informations que je partage aujourd’hui sont introuvables. Je tiens à le souligner. Et encore moins le lien Vril – Eisenhower.

Robert : Merci Rashell. C’est un honneur pour moi que tu partages ton temps avec moi. Et peux-tu préciser davantage ce lien, s’il te plaît ?

Rashell : Notre échec dans les négociations est principalement dû à l’incident des Vril. En faisant la relation avec les Vril et les nazis qui se cachent en Antarctique, Eisenhower ne nous a pas pris au sérieux. Nous ne pouvions pas lui expliquer notre tentative d’infiltrer l’Allemagne nazie au plus haut niveau pour stopper l’avancement de son programme nucléaire et la fabrication d’engins spatiaux discoïdaux de type Hannebu. Disques avec lesquels ils ont tenté de rejoindre Aldebaran pour une relation supposée entre l’Allemagne et Cyndriel (Aldebaran 1) comme étant à l’origine de la race aryenne. Cyndriel est jusqu’à cette date la plus grande colonie de Taygeta en dehors des Pléiades.

Robert : Wow, merci. Les nazis voulaient contacter Taygeta ?

Rashell : Ils ont dit qu’ils étaient de Cyndriel (avec un autre nom). Ils n’ont pas dit qu’ils voulaient contacter Taygeta mais qu’ils voulaient contacter leurs ancêtres pour demander de l’aide puisqu’ils étaient déjà en guerre. C’est parce qu’il y a une similitude phonétique dans certaines tablettes sumériennes avec la construction grammaticale de l’allemand ancien ou primaire à partir duquel l’allemand moderne s’est développé. Cela nous a conduit à Aldebaran.

Contrairement à ce qui est dit. Les vaisseaux allemands Hannebu sont entrés en combat contre les bombardiers alliés plus d’une fois. Mais ils ont été retirés du service parce qu’il avait déjà été décidé au plus haut niveau que l’Allemagne devait perdre la guerre, il faut se rappeler que ce sont les mêmes qui contrôlaient les deux camps. Parmi eux, la royauté britannique et Hitler, apparenté à eux comme l’est aujourd’hui Angela Merkel. C’est la seule raison pour laquelle les Hannebu ont été retirés. Depuis lors, les Hannebu se sont retirés vers leurs nouvelles bases dans le Neuschwabenland Antarctique à partir de la mi-1944.

Robert : Wow ! Et quel carburant ces vaisseaux Hannebu utilisaient-ils ?

Rashell : Je ne suis pas sûr pour le carburant, juste pour la technologie du moteur magnétique (Swaruù le saurait).

Robert : Rashell : Merci beaucoup pour ce partage. En Antarctique, il y a une civilisation allemande dissidente. Sais-tu quelque chose à ce sujet ?

Rashell : Oui, bien sûr. Le Neuschwabenland est toujours là aujourd’hui avec un DUMB (Deep Underground Military Base) de haute technologie. Il y est toujours. C’est aussi la raison pour laquelle l’Antarctique est fermé à la population en général. C’est tout un théâtre quand on peut y aller mais c’est difficile et il n’y a que des visites limitées de la côte par bateau. Il faut comprendre que l’Allemagne nazie s’est installée aux États-Unis avec le projet Paper Clip.

Ainsi, le Neuschwabenland n’est qu’un DUMB mais il est connecté à la zone 51, au S-4, à la base aérienne de Dougway, à Ray Patterson et à d’autres endroits liés à la technologie Super Secrète du matériel de propulsion et des vaisseaux. Ils ne sont pas isolés là.

Neuschwabenland fait partie de la Cabale et des contrôleurs que sont, en fin de compte, les Reptiliens. Thulé et Vril ne sont que des antichambres pour parler aux Reptiliens. Les politiciens américains qui ont visité l’Antarctique se rendent au Neuschwabenland, exactement là. Mais cela n’est pas connu dans les médias habituels. En exclusivité pour vous : En 1947, l’amiral Richard Bird a affronté le Hannebu nazi lors de l’opération High Jump.

Robert : Merci… Ce DUMB doit être comme une grande ville ?

Rashell : C’est une immense zone qui comprend une zone ouverte sans glace maintenue ainsi par des moyens artificiels et un grand complexe souterrain à 12 niveaux qui comprend des installations pour les vaisseaux et aussi des bases pour les sous-marins nucléaires. Un autre point ici qui sera difficile à croire pour les auditeurs de votre chaîne est que la zone 51 dans le Nevada, dans le désert intérieur au niveau 7 le plus bas, a également une base pour les sous-marins nucléaires de l’US Navy. Puisque la zone 51 est administrée par la marine américaine et qu’elle est officiellement une base navale, les sous-marins entrent par les entrées dans la baie de Santa Monica, près de Los Angeles.

Robert : Fascinant. Quelle est la relation de Maïtré avec les Reptiliens ?

Rashell : C’est une relation de coopération mais ils s’entendent très mal et il est courant qu’il y ait des combats aux résultats fatals entre eux. En matière d’éthique, les Maïtrés sont encore plus arriérés que les Reptiliens. Malgré cela, ils sont interdépendants et se tolèrent mutuellement en tant que races.

Robert : Que mangent-ils, les Maïtrés ? Des humains aussi ?

Rashell : Les Reptiliens sont carnivores. Le Maïtré « aspire » les matières lymphatiques et les matières liquides de ses victimes. Tous deux vivent de la luxuriance ou de l’énergie de la peur mais ils en tirent profit d’une manière différente.

Robert : Les victimes de Maïtré sont-elles aussi des humains ? Rashell : Oui, les victimes des deux races sont humaines.

Robert : Que leur arrivera-t-il à tous quand la Fédération descendra à la surface de la terre ? Si cela devait arriver un jour.

Rashell : Ils seront arrêtés et retirés de la planète. Ils iront sur une autre ligne temporelle.

Robert : Ont-ils un degré de spiritualité plus élevé que celui des humains ? Je dis cela à cause de leurs vaisseaux.

Rashell : Non, ils utilisent plutôt des astuces pour éviter la « spiritualité ». C’est-à-dire qu’ils utilisent le transit par des portails. Et leur mouvement est limité de par leur basse fréquence, ne pouvant pas accéder à de nombreux endroits qui seraient toxiques pour eux et c’est la majeure partie de la galaxie. C’est aussi pour cela qu’ils doivent maintenir la Terre en basse 3D.

Robert : Quelle est leur densité ?

Rashell : De 3D à 4D. Pour la 5D, ils ont besoin de technologie pour se maintenir en basse vibration. La même chose se passe sur Mars, mais là, ils maintiennent leur fréquence artificiellement basse dans leurs bases souterraines. Oui, ils remontent à la surface mais de façon limitée. Avec des combinaisons.

Robert : Merci beaucoup Rashell. Je pense que nous en avons fini pour le moment. Si tout va bien, nous poursuivrons plus tard.

Rashell : Avec plaisir. Ce fut un plaisir de travailler avec vous. À la prochaine fois !

 

Nous remercions infiniment les TAYGETIENS pour leur dévouement à l’humanité. 

Nous remercions Cosmic Agency , SPECIALEMENT GOSIA pour tout le travail qu’elle effectue afin que nous soyons informés ainsi que toute l’énergie et de toute la conviction qu’elle émane.

Nous remercions  AnnC pour la traduction

LA GUERRE N’EST PAS FINI MAIS UNE BATAILLE EST GAGNEE l

NOUS MOURRONS AVEC DE LA CONNAISSANCE ET NOUS REVIENDRONS SPECIALEMENT POUR GAGNER CETTE GUERRE…

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.