Véritable histoire de Jésus 1

Nous remercions infiniment les TAYGETIENS pour leur dévouement à l’humanité. 

Nous remercions Cosmic Agency , SPECIALEMENT GOSIA pour tout le travail qu’elle effectue afin que nous soyons informés ainsi que toute l’énergie et de toute la conviction qu’elle émane.

Nous remercions Didier Bonneville, avec l’aide d’Éloïse Bernadac, de l’Alliance Française Interstellaire pour la traduction

LA GUERRE N’EST PAS FINI MAIS UNE BATAILLE EST GAGNEE l

NOUS MOURRONS AVEC DE LA CONNAISSANCE ET NOUS REVIENDRONS SPECIALEMENT POUR GAGNER CETTE GUERRE…

La véritable histoire de Jésus de Nazareth (Jésus Christ) :A-t-il existé ? comment il est lié aux Romains et pourquoi cette croyance ?

Article publié le (05/02/2021) en anglais par Cosmic agency

 

 

Gosia : Oh Swaruu, partages-tu ces images pour nous réconforter ?

Swaruu : Non, c’est pour illustrer un point important. Comment ne pas croire, quand les gens construisent de telles choses !

L’esprit des gens est simple. Ils sont programmés depuis des générations pour obéir à l’autorité. Quand ils sont face à un grand pouvoir, ils se sentent inférieurs, sans autorité. C’est un peu comme faire confiance à un YouTubeur solitaire, et pas à CNN.

Bien que tout soit vrai selon un point de vue ou un autre (tout est véridique, car si tu observes une chose, et même si tu y penses, cette chose existe. Mais ça c’est depuis des plans d’existence supérieurs), de près avec un esprit seulement 3D, il existe aussi des vérités et des mensonges, historiquement parlant.

Qui détient le pouvoir dicte ce qui est réel et ce qui ne l’est pas, et a les moyens de l’imposer, de créer l’impossible.

 Plus le mensonge est grand, plus il sera facile de le croire .

(Hermann Goering).

 Il est plus facile de tromper un homme que de le convaincre qu’il a été trompé .

(Mark Twain).

Avant de commencer, vous devez considérer le contexte historique de l’époque.

Rome avait conquis toute la Méditerranée orientale. L’Égypte était tombée quelques années plus tôt avec Cléopâtre. Rome n’était plus une République. C’était devenu un Empire. L’Empire romain était vaste, gigantesque et ingérable pour les ressources de l’époque.

Les moyens de communication de masse des romains étaient leurs autoroutes. Il fallait des semaines pour envoyer et pour recevoir de l’information. Il y avait des révoltes sur toutes les frontières de l’Empire romain. Dans le Nord, avec les Gaulois, les Celtes, les Normands et les Allemands. C’est de là que vient le nom « Barbare », qui signifie peu civilisé, hostile, dangereux et problématique. Cela vient de la sonorité « Bar-Bar-Bar », que les Romains entendaient quand ils écoutaient ces langues étranges et primitives, en comparaison à leur langue latine élaborée.

Les ressources de l’Empire étaient utilisées au maximum, en particulier avec l’armée, qui gardait les vastes frontières. Et il y avait un problème particulièrement important au Moyen-Orient, depuis la Libye, en passant par l’Égypte, la Syrie, la Palestine, le Liban, et la Turquie, où se trouvait la garnison la plus importante.

Un groupe appelé « les Flaviens » était arrivé au pouvoir à Rome.

Ils devaient résoudre le problème que leur posait une révolte dans la région située entre la Palestine et l’Égypte, fortement liée aux gnostiques.

Cette rébellion se fondait sur l’idée populaire qu’un messie viendrait pour tous les sauver. Cette idée était basée sur l’astrothéologie égyptienne qui, à son tour, était basée sur l’apparition ou la présence en Égypte d’êtres d’autres mondes, qui avaient laissé des légendes de conquête et de réparations en faveur de la population civile. Une de ces histoires, peut-être la première et la plus ancienne, est l’apparition d’Ishtar / Osiris / Horus, et plus tard, l’expulsion d’Égypte d’Ahkenaton et de Néfertiti par des êtres stellaires de grande puissance.

Cette rébellion est bien documentée dans les Manuscrits de la Mer Morte…

On dit que ces manuscrits soutiennent les témoignages bibliques. Mais à ce propos, tout est déformé pour servir les intérêts des puissants et de l’Église, car ces manuscrits font le compte rendu détaillé de la lutte contre Rome et contre son occupation en territoire égyptien et palestinien.

L’existence des Manuscrits de la Mer Morte, entre autres documents, et le fait qu’ils aient été cachés dans des grottes et ailleurs, visait à protéger cette connaissance de la destruction et/ou de la confiscation par les autorités romaines, après la destruction de la bibliothèque d’Alexandrie à la même époque, quelques années auparavant.

L’acte d’accusation initial (nous préciserons plus tard le pourquoi et le comment).

L’Empereur Titus, avec l’aide de son prédécesseur Vespasien, a inventé une fable énorme en reprenant ce que l’on connaissait des croyances des pays d’Égypte et de Palestine, à partir des documents confisqués dans l’ex bibliothèque d’Alexandrie.

Ainsi fut fomenté un complot en vue d’imposer au peuple l’idée d’un nouveau messie, leur ordonnant d’obéir aveuglément à Rome.

Au fait, il manque un quatrième Flavien : Néron.

Une campagne visant à imposer aux sujets de l’Empire romain l’idée que César était un envoyé de « Dieu » ou qu’il était un dieu, avait commencé dès l’époque de Vespasien.

En général, les habitants de la région (dans les livres, on dit qu’ils étaient Juifs, mais j’insiste sur le fait qu’ils n’étaient pas encore un peuple, mais qu’ils furent appelés ainsi seulement plus tard conformément aux plans des Flaviens mentionnés ci-dessus) étaient contre l’idée que l’Empereur était une figure divine. Ils démolissaient les statues des empereurs et attaquaient en général les garnisons romaines dans toute la région. En gros, toute cette région, de la Turquie à la Libye, était une zone de guerre à l’époque.

Plusieurs personnes les guidaient, comme les « anciens émeutiers » ou agitateurs de masse. Dans la langue de l’époque, ces gens ont été désignés par un terme utilisé dans plusieurs langues de la région :  messie ». Ce qui équivaut à « Kristos » dans les mêmes langues. Messiah = Kristos ou Christ. Ce qui signifie que tout messie de l’époque était un Christ. Donc, ce terme fait référence à n’importe quel chef du mouvement messianique palestinien.

Ce mouvement se révolte contre Rome en l’an 0066, selon certaines de mes données. Le problème est que le mouvement était énorme et dans de nombreux cas, il a vaincu militairement et freiné les garnisons romaines. Donc les Romains s’alarmèrent parce qu’ils craignaient que ce mouvement ne s’étende à d’autres parties de l’Empire romain. Toute résistance à Rome devrait être annihilée d’une main de fer. Cela a toujours été la façon de procéder de l’Empire romain. Et dans ce cas, encore plus.

Il faut savoir que Vespasien et son fils Titus étaient des militaires, avec une mentalité militaire et tactique. Ce sont eux les deux principaux généraux Romains qui ont détruit et assassiné les druides en Grande-Bretagne, en Angleterre, en Irlande et en Gaule. Et donc ils surveillaient tout ce qui était gnostique, en raison de la connexion claire entre les druides (principalement irlandais) et l’Égypte. Très très peu d’historiens osent voir cette connexion entre l’Irlande et l’Égypte.

Acte d’accusation 2.

Vespasien et Titus avaient beaucoup de connaissances militaires et tactiques. Ils venaient de détruire les druides et d’effacer tous les documents historiques témoignant de leur existence et de leurs traditions. Ils savaient déjà tout effacé sur leur passage, tout ce qui ne leur convenait pas.

À cette époque, Vespasien et Titus étaient des généraux romains au service de Néron qui, à la fin de leurs campagnes contre les druides, leur demanda de réprimer et de vaincre la rébellion en Palestine – Égypte.

Ils ont alors envoyé une énorme force militaire de quelque 70 000 soldats dans cette région pour réprimer et écraser la rébellion. Ils ont commencé par la région de Galilée et se sont ensuite déplacés vers le sud. Ils ont tout détruit sur leur passage.

Au cours des actions militaires dans la région de Galilée, le général Vespasien captura un rebelle, un messie, un des chefs du mouvement nommé Josephus Bar Mathias. Ce dernier lui expliqua en détail comment fonctionnaient les croyances et tout ce qui concernait le mouvement de la révolte. Il se présenta au général comme un voyant et, en vue d’obtenir la reconnaissance et le pardon (pour sauver sa vie), il prédit à Vespasien qu’il serait le prochain empereur romain.

De ce fait, Josephus commit une trahison contre le mouvement en commençant à travailler pour les Romains, avec la promesse qu’ils ne le tueraient pas.

Comme l’Empire était en difficulté devant tant de rébellions et tant de guerres durant l’année 0068, le Sénat, qui avait toujours un certain pouvoir, fit pression sur Néron, qui finit par se suicider l’année suivante, laissant Vespasien devenir le prochain empereur. Quant à Titus, qui devint commandant suprême de la région de Palestine, il détruisit complètement les villes dans la région, nivela tous les temples, et effaça tous les documents de l’époque qui avaient quelque chose à voir avec la rébellion.

Ainsi, Titus finit par être considéré comme le grand héros de Rome. La région était déjà vaincue, mais en Égypte la révolte continuait. Tous les documents furent détruits par les romains, sauf un exemplaire de chaque document, qui fut confisqué et emmené à Rome, dans ce qui est aujourd’hui la bibliothèque du Vatican.

Puisque la religion était la cause du soulèvement des rebelles depuis la Palestine jusqu’à l’Égypte, et que les Romains avaient réalisé qu’ils ne pourraient jamais effacer la religion elle-même avec l’utilisation de la seule force, ils ont entrepris de formuler un plan pour influencer les religions juives de l’époque, avec une idéologie qui convenait aux intérêts de Rome.

(Remarque : J’utilise le mot « judaïque » en référence au groupe des religions qui existaient dans la région allant de l’Égypte à la Turquie. Mais le nom de « religion judaïque » n’apparût que plus tard à la suite de cette campagne).

Gosia : Excuse-moi, quelle religion a provoqué la rébellion ? Tu dis que c’est la religion judaïque ?

Swaruu : Ce n’était pas une seule religion, c’était un amalgame de croyances. Mais toutes étaient basées sur des concepts gnostiques mélangés avec la religion égyptienne. Les concepts monothéistes sont nés de l’influence du culte solaire provenant d’Ahkenaton et de Nefertiti, quelque 1200 ans auparavant.

C’est ce que les manuels humains appellent les « religions judaïque ». Je précise simplement que ce n’est pas mon terme, parce que ce terme est arrivé plus tard.

Donc ce que l’on ne peut pas détruire, il faut l’influencer et l’utiliser. Et c’est justement à cette époque de l’année 0069 (notez que c’est après le Christ dans le calendrier), que deux courants de la religion judaïque émergèrent, bien utiles pour servir les intérêts de Rome : le christianisme et le judaïsme.

Ces courants étaient basés sur « de nouveaux écrits ». Tout ce qu’ils faisaient était de promouvoir « l’amour », et les gens aimaient cette idée de paix, d’amour et de positif (comme le fait le New Age aujourd’hui. C’est la même chose mais transformée). Utiliser le besoin de paix des gens à des fins de contrôle social. Et c’est ainsi que l’idée et le concept du Messie Kristo Christ – Jésus de Nazareth se retrouva pour la première fois dans ces textes.

Mise en accusation directe 3.

Les Flaviens ont ordonné que les Écritures soient écrites.

Ils ont pu rédiger des Écritures convaincantes pour le peuple, grâce à la collaboration de Rome et de divers intellectuels palestiniens qui ont coopéré avec Rome. Parmi eux, Josephus, qui était maintenant à Rome. Et adopté par Rome pour services rendus à l’Empire, il devint Flavius Josèphe.

Et ce traître commença à écrire l’histoire de la guerre de Titus.

Pour tout étudiant de l’histoire du christianisme, Flavius Josèphe a toujours été associé aux origines du christianisme. Et pour les experts, c’est l’une des preuves les plus importantes de la connexion Josèphe Titus – Flaviens, avec la création du christianisme et du Messie Jésus.

Gosia : Ok, j’ai une petite question. Ces mouvements d’amour et de paix, par qui ont-ils été promus ?

Swaruu : Par les Flaviens Vespasien et Titus, en tant que stratégie militaire. J’accuse les deux, le père et le fils, d’être la cause de toutes les souffrances que les religions catholique et juive ont provoquées.

Gosia : Oh, je pensais qu’ils profitaient des mouvements déjà existants.

Swaruu : Oui, ils ont profité des mouvements existants pour les utiliser à leur avantage. Ils ont tout changé ou transformé de l’intérieur en faveur de Rome. C’est comme dans un combat au corps à corps, utilisant la force et l’inertie de l’adversaire pour le vaincre. Un principe de base dans les arts martiaux.

Gosia : Comme la CIA le fait maintenant avec le New Age.

Swaruu : Exactement. Les Flaviens et les gens au pouvoir aujourd’hui, les Illuminati, les groupes qui dirigent le monde, etc., ne croient pas aux religions. Ils savent que c’est destiné au peuple. Les Flaviens en sont un bel exemple, avec leur programme de déification des empereurs. Cela montre à quel point ils se considéraient comme des divinités, des dieux.

Il est vrai que le personnage et la vie de Jésus n’ont pas pu avoir existé, en raison des multiples parallèles avec d’autres divinités et personnages qui existaient dans le monde antique longtemps avant lui, tels que Horus et Bouddha. Mais le seul vrai personnage de chair et de sang qui correspond à cette histoire est Titus.

Toutes ces informations ne sont pas seulement stellaires, car elles sont déjà presque toutes sur Terre. Et ce n’est pas juste de la théorie, car c’est documenté, et le pire c’est que cette connaissance est accessible aux masses, au moins en grande partie. Mais elles sont tellement endoctrinées qu’elles l’ignorent ou n’y prêtent pas attention.

La quantité d’informations dont je dispose à ce sujet est énorme et complexe, car il est nécessaire de prendre en compte tous les complots successifs qui ont eu lieu pour comprendre ce qu’il se passait à cette époque. Cette information est déjà présente sur Terre puisque le récit de Jésus et des chrétiens est presque entièrement, sinon entièrement, d’origine purement humaine.

Dans ce cas, contrairement aux affirmations selon lesquelles les Archontes créent les religions pour contrôler les humains, et bien que l’on puisse soutenir que les Césars, Vespasien, Titus et Néron, sont des lézards ou sont dirigés par des lézards, d’un point de vue terrestre c’est une conspiration et un crime complètement humains, avec peu ou aucune participation de races stellaires. D’ailleurs cette période est caractérisée par la faible présence d’équipes et de personnel de la Fédération Galactique.

Autre remarque : deux choses importantes pour lesquelles je réfléchis encore à la manière de les gérer.

Les conspirationnistes, même les plus aguerris, croient toujours au caractère historique de Jésus. Ils n’en démordent pas. Et maintenant beaucoup parlent d’une conspiration pour effacer Jésus, pour faire croire aux gens qu’il n’existait pas. Je vois cela comme un mouvement des Jésuites Illuminati pour protéger leur Jésus. Mais c’est un piège dans lequel beaucoup sont déjà tombés.

Ces deux derniers points sont importants, car je suis certaine que personne ne les a abordés. Les conspirationnistes vont jusqu’à dire qu’on attaque Jésus et qu’on veut l’effacer. C’est déjà tellement extrême pour eux, qu’ils ne cherchent pas à aller plus loin.

Vespasien et Titus étaient des experts dans l’extermination des émeutes inspirées par la religion. Ils l’avaient déjà fait avec les druides. Néron savait qu’ils étaient efficaces, et Vépasien était son meilleur général. Néron, Vépasien et Titus ont commis un crime grave contre la conscience et l’humanité. Et c’est un crime qui se perpétue encore aujourd’hui.

À Rome, les religions n’étaient pas une entité ou une institution isolée. Elles faisaient partie de l’État comme étant une branche contrôlée directement depuis le trône de César. Et elles étaient considérées comme des méthodes de contrôle des masses.

Le christianisme, le catholicisme et le judaïsme ont été créés explicitement dans le but de contrôler et de modifier les religions judaïques de l’époque, pour introduire des concepts religieux au sein de la population rebelle, afin que l’Empire romain n’ait pas à utiliser sa force militaire pour la contrôler. En utilisant la religion comme arme, Rome pouvait régner sur sa population, sur ses sujets.

Le concept suivant est aussi ultra important : Rome n’est pas tombée, elle est juste devenue le Vatican. Le Pape est César. Cela est dû au programme de déification de l’empereur de Rome, qui a commencé par Vespasien, lorsque qu’après la chute de Néron, il monta sur le trône et se considéra comme « un dieu vivant ». Le culte de ce dieu vivant fut imposé au peuple palestinien et galiléen (dans toute la région) et, par définition, Titus devint « le fils de dieu », ce qui soutenait encore plus l’idée que Titus était Jésus (ce n’est pas ma théorie, cela est déjà documenté par Flavius Josèphe).

Les Flaviens, en particulier Vespasien et Titus, avaient les moyens, l’expertise et la motivation pour créer une telle histoire en vue de contrôler les masses. C’est de la religion transformée en arme.

La création du mythe de Jésus est comme la création d’un égrégore. Les preuves qui démontrent que les Flaviens sont les auteurs de toute cette histoire sont accablantes. Et si certains disent qu’il existe des registres de Jésus, bien sûr qu’il y en a, vu que tout cela est monté de toute pièce. Mais il y a aussi des registres à propos de ceux qui ont fabriqué et imposé ces registres.

Les registres qui sont utilisés pour valider le christianisme et Jésus sont les Évangiles. Et il y a des preuves qu’ils ont été écrits par les assistants des Flaviens, Flavius Josèphe, et deux autres groupes appelés les Hérode et les Alexandrins. Ils contiennent un niveau élevé d’interférence atoniste monothéiste datant de l’époque de Nefertiti et d’Akhénaton. Tout cela est monté de toute pièce et il y a des preuves.

Ce sujet est énorme parce que les registres sont immenses.

Ils ont eu deux mille ans pour parfaire leur religion, créer d’innombrables histoires alternatives, effacer des documents qui les contredisent, et créer des artefacts. Mais ils ont eux-mêmes laissé des traces dans les Évangiles. Car les Évangiles ont une structure littéraire « classique » de cette époque, avec une forte influence grecque.

Ils sont attribués principalement à Marc, Matthieu, Luc et Jean, mais ils n’ont pas été écrits par les personnes nommées ainsi. Les textes eux-mêmes le reconnaissent car ils disent : « selon Matthieu, selon Luc », ce qui implique que ces personnages sont cités et qu’ils ne sont pas les auteurs de ces documents. C’est une tradition de l’Église et il n’y a aucune trace de l’existence de ces 4 individus.

À propos du nom des textes : le pluriel d’Évangiles vient d' »Evangelion », qui signifie « la bonne nouvelle des actions militaires ». En Grec : εὐαγγέλιον. En Latin : Evangelium.

Pourquoi ce nom ? Parce qu’il se réfère clairement aux victoires militaires romaines de Titus. Les Évangiles n’ont pas été initialement écrits en araméen ou en judaïque, mais en grec et en latin. C’est une preuve convaincante de leur origine et de leurs auteurs.

Les disciples de Jésus auraient parlé araméen et en outre, ces gens étaient des gens simples sans les compétences littéraires nécessaires pour créer les Évangiles. Outre la langue initiale, il y a aussi la structure littéraire grecque classique des textes eux-mêmes.

Les textes eux-mêmes ne sont pas un compte rendu fiable de la société palestinienne de l’époque, car c’était une zone de conflit généralisé avec peu ou pas de libertés pour la population. Il est connu que c’était l’époque où Titus domina la région militairement avec l’idée ou la mission de supprimer la rébellion. Or cette région est décrite comme une zone fondamentalement paisible.

Les personnages des Évangiles ont nettement tendance à être en général favorables à Rome. Voici l’exemple le plus connu et le plus clair : « rendez à César ce qui appartient à César ». Je suppose qu’il est question ici de l’argent et des possessions.

Donc, si ces textes avaient été créés par des disciples de Jésus, pourquoi les romains ne sont-ils pas dépeints comme une force d’invasion totale de cette région ? Ils sont seulement présentés comme un élément mineur ou comme une autorité incontestable. De plus, avec l’histoire de Jésus, non seulement les romains ne sont pas dépeints comme les méchants, comme il serait logique qu’ils soient décrits par les disciples de Jésus, mais ce sont les Juifs qui sont représentés comme les agents du mal. Des Juifs qui sont liés à la révolte que les romains veulent stopper. Les Juifs sont présentés comme étant séparés de Jésus et de ses disciples, et non comme faisant partie d’eux. Ce qui crée la séparation entre les forces qui luttent contre Rome et les disciples pacifiques de Jésus qui obéissent à Rome. C’est de là que vient le concept de tendre l’autre joue.

Les Juifs sont décrits comme si c’était eux qui luttaient contre le grand plan divin de Jésus et non contre les romains. Ce que les romains voulaient, c’était favoriser un environnement anti-juif pour isoler la rébellion, l’éradiquer et la remplacer par un concept favorable aux intérêts de Rome. Ainsi, toute l’histoire de Jésus vise à blâmer les Juifs pour sa mort et non les Romains.

C’est la racine du mal de ce que l’on appelle « antisémitisme ». Parce que les Sémites ne sont pas un peuple, encore moins une race. C’est un groupe de langues du Moyen-Orient qui inclut, entre autres, l’arabe. Rien à voir avec un peuple. Mais c’est comme cela que c’est compris maintenant.

Autre précision : j’utilise le terme de « peuple juif » pour que l’on comprenne de quoi je parle. Mais à cette époque ils ne portaient pas ce nom, parce qu’il s’agissait des peuples habitant la Galilée ou de n’importe quel peuple ayant suivi la religion judaïque antérieure. « Judaïque » est aussi un nom moderne pour désigner ce groupe de peuples qui suivaient les concepts implantés par Néfertiti et Akhénaton. Il s’agit fondamentalement du monothéisme atoniste de l’adoration solaire.

Ces peuples ont été plus tard appelés « peuple juif » lorsque les Évangiles ont été écrits. Et ils sont un mélange de peuples annexés et de peuples appelés Hébreux, qui sont sortis du grand exode de l’Égypte autour de l’année 1330 avant Jésus-Christ, et qui étaient les disciples d’Akhénaton et Nefertiti.

Bien que ces peuples étaient fondamentalement fidèles au concept de monothéisme atoniste, ils ont servi de boucs émissaires pour pouvoir accuser quelqu’un de la mort du Messie Jésus notre Sauveur, afin de punir leur rébellion contre l’occupation romaine.

Les Évangiles accordent continuellement une place importante aux Flaviens, ce qui donne clairement un point de vue non seulement pro Rome, mais également pro Vespasien – Titus.

Néron ordonna à son général Vespasien et à son fils Titus, également général, de régler le problème de l’insurrection au Moyen-Orient, en particulier en Galilée et en Palestine, bien que le problème s’étendait de la Turquie à la Libye, en Afrique du Nord. Avec un autre foyer de l’insurrection concentrée dans la région de l’Égypte – Alexandrie.

Les généraux Vespasien et Titus étaient des experts dans la désarticulation et dans la destruction des religions et des insurrections populaires, ayant déjà réussi à mettre au pas et à réprimer tous les peuples barbares depuis l’Allemagne jusqu’à l’Angleterre. Ils avaient aussi envahi l’Écosse et l’Irlande pour détruire les druides en effaçant complètement tous les registres écrits les concernant.

Dans les manuels officiels, on dit que les druides n’ont laissé aucun document écrit. C’est faux. Ce qui s’est passé, c’est que Vespasien et Titus ont tout détruit sur leur passage et confisqué les documents (détruisant les copies comme ils l’ont toujours fait selon le protocole romain).

Certains documents druidiques étaient conservés par des groupes gnostiques dans la Bibliothèque d’Alexandrie. On dit que la Bibliothèque entière a été brûlée. C’est également faux. Les Romains ont d’abord tout confisqué, ils ont emmené à Rome les documents, puis ils ont détruit tout ce qui était des copies. Je ne doute pas non plus que des originaux et beaucoup d’informations irremplaçables aient été détruits. Sauf que le protocole romain de l’époque consistait à confisquer tous les textes possibles, car César savait que la connaissance est synonyme de pouvoir, et iI avait besoin de tout faire analyser soigneusement à Rome par ses savants et par ses analystes militaires. (La première destruction de la Bibliothèque date de 48 av. J-C.).

Vespasien et Titus étaient des experts accomplis dans la destruction des religions, des insurrections, mais aussi dans la manipulation du peuple et des sujets de l’Empire romain, grâce à la propagande. En utilisant la campagne militaire de Titus, Vespasien, Titus et les Flaviens créèrent le concept de Jésus et utilisèrent la religion pour contrôler la population, en modifiant et en réprimant le comportement du peuple de Galilée et de Palestine.

Notez aussi la mentalité de ces deux empereurs : ce sont eux qui ont construit le Colisée romain.

La Bibliothèque d’Alexandrie contenait des documents provenant de partout dans le monde, car elle existait depuis des centaines d’années et parce qu’elle possédait déjà une compilation des données des rois égyptiens.

Je me réfère à des documents provenant de partout dans le monde, incluyant l’accumulation de textes d’origine stellaire et remontant au temps de l’Atlantide et de la Lémurie, et des reliques d’origine non humaines.

Tout cela se trouve aujourd’hui au Vatican dans ses voûtes souterraines de haute technologie et hors de portée du public.

Pour construire le récit de la vie de Jésus, les Flaviens et leur légion de scribes ont utilisé une technique largement employée tout au long de cette période, qui consiste à prendre des événements réels, présents ou passés, à les modifier et à les mettre en forme pour apporter de la pertinence et de la crédibilité à leur manipulation planifiée.

L’information concernant Jésus reflète parfaitement les activités militaires de Titus, qui utilisait cette technique de modification et d’altération des données historiques. Les enseignements de Jésus sont basés sur le stoïcisme romain, promu précisément par les Flaviens Vespasien et Titus. Et ils contiennent peu d’éléments originaux, au profit de déformations et d’altérations de l’Ancien Testament.

En ce temps-là, les peuples de Palestine et de Galilée travaillaient avec la foi constante en l’apparition d’un messie qui les sauverait de la persécution et de l’oppression des romains. Vespasien et Titus utilisèrent ce concept et l’attente du peuple de l’époque pour leur donner un messie, mais en faveur de Rome, dans le but de contrôler et de réprimer les activités subversives des groupes palestiniens dans la région de Galilée.

Leur concept était : « Ils veulent un messie ? Eh bien, nous allons leur donner un messie ! »

À cette époque, sous les ordres et le contrôle des romains, toutes les informations et les documents historiques qui pouvaient aller à l’encontre de la version officielle écrite par le chef de leur propagande, Josèphe, étaient confisquées et détruites. Mais cela allait plus loin, car les écritures fabriquées par Josèphe prétendaient que le messie attendu par les Juifs et le peuple de Galilée, était l’empereur Flavius Vespasien.

L’idée de représenter César comme un dieu vivant provient des Julio Claudiens, ou de la dynastie pré Flavienne (de Jules César jusqu’à Néron). Ils n’ont donc fait que suivre la même tendance que celle de leurs prédécesseurs.

Gosia : D’où vient l’idée juive du messie ? Qui a introduit ce concept et pourquoi ?

Swaruu : L’idée est millénaire et vient de l’époque d’Akhénaton et Néfertiti. Le modèle monothéiste et atoniste du culte solaire, consistait à diffuser dans la population locale l’idée ou le concept qu’ils étaient leurs messies (ou leurs prêtres). Ce modèle est également alimenté par la branche opposée du monothéisme (principalement les Ammonites).

Le concept de messie ammonite vient de l’ancienne Égypte pré-dynastique et remonte à l’apparition des légions ou des représentants d’Enlil, c’est-à-dire des extraterrestres qui guidaient positivement le peuple.

Ainsi, les gens des deux côtés, du côté ammonite (Enlil) et du côté atoniste (Enki), attendaient l’apparition d’un messie ou Christ.

Le terme « Kristus » ou « Christ » a été utilisé pour d’autres personnages bibliques, tels que le Kristo David, qui a vaincu Goliath.

Ce n’était donc pas quelque chose exclusivement appliqué à Jésus-Christ. C’était encore ce même procédé romain pour contrôler le peuple.

En effet, Vespasien a été présenté comme un messie, comme une divinité vivante, comme Dieu lui-même. Et puis le concept s’est transformé en celui de fils de Dieu – qui par décret de Josèphe fut attribué à Titus, fils du « dieu » Vespasien.

Étant donné que Josèphe a déformé les récits des victoires militaires de Titus en Galilée et en Palestine pour créer l’idée de Jésus, ce concept ainsi transformé et maquillé avec méthodologie, a été utilisé pour faire croire au peuple de Galilée et de Palestine que Titus était Jésus Christ en personne.

Ainsi, chaque disciple de Jésus-Christ (Flavius Titus) et de ses enseignements (stoïcisme romain + concepts de l’Ancien Testament), ne fait qu’adorer et donner toute sa puissance spirituelle et son obéissance au César de Rome. Et ce dernier est aujourd’hui encore sur son trône avec le titre de Pape catholique.

L’Empire romain n’est jamais tombé. Il est toujours debout et c’est la Cabale.

Gosia : Mais ce concept du messie, qui est un guide positif pour le peuple, a-t-il vraiment été apporté par les extraterrestres, ou est-ce un fantasme et une pure invention humaine ?

Swaruu : C’est une interprétation humaine, un point de vue du peuple, qui pensait que lorsqu’un extraterrestre associé à Enlil arrivait, tous leurs problèmes seraient résolus. Cela vient de l’époque d’Ishtar, Osiris, Anu, dans l’Égypte pré-dynastique. Et cela a été maintes fois renforcé par d’innombrables visites qui ont eu de l’influence d’une manière ou d’une autre durant les derniers 10000 ans. Y compris avec l’épisode le plus marquant qui est l’expulsion d’Égypte d’Akhénaton et de Néfertiti, qui étaient accusés d’être des agitateurs en imposant au peuple une religion monothéiste, alors que l’Égypte était caractérisée par sa tolérance religieuse dûe à la re-émergence de son concept de la déesse Ishtar.

Robert : Et pourquoi ont-ils décidé de crucifier le personnage de « Jésus » et pourquoi à l’âge de 33 ans ?

Swaruu : Crucifier Jésus servait à donner un dénouement dramatique au Messie martyre, afin que les gens se sentent obligés de le suivre par respect, d’où le concept que Jésus est mort à cause de vos péchés. C’était aussi comme un avertissement à toute personne qui aurait eu l’intention de devenir un agitateur.

Quant au nombre 33, en plus d’être un nombre important pour la Cabale atoniste qui a créé Jésus, il représente un ajout mathématique du temps que les Juifs et le peuple palestinien attendaient pour l’apparition de la seconde venue du Christ. Qui n’est personne d’autre que Titus, encore une fois.

La première apparition du Messie est celle de Vespasien. La deuxième venue est celle de Titus.

C’est pour cela que le conte de Jésus et son histoire ont été écrits de façon à faire croire que tout cela s’était passé avant leur règne, sous le contrôle et le règne de la dynastie julio-claudienne, qui était un groupe adversaire et rival dans leur conquête du pouvoir à Rome, et avec lequel ils se sont battus politiquement pour conquérir le trône et la position de César.

Ainsi toute action négative de la part de Rome dans l’histoire de Jésus était utilisée comme une accusation envers la dynastie rivale julio-claudienne, et non contre les nouveaux Flaviens, qui tentaient ici de se présenter comme des dieux.

Toute action négative de la part du peuple était attribuée aux révolutionnaires de la région de la Palestine, peu importe qui allaient à l’encontre des désirs des Flaviens. C’était un groupe immense et étendu, qui comprenait diverses tribus et groupes de personnes très diversifiées (on les désigne maintenant comme les Juifs). C’est pour cette raison qu’on les accuse.

J’ai ici des données contradictoires. Sur Terre, il est entendu qu’à la date où Rome a envahi la Galilée, la punition par la crucifixion était déjà imposée. Mais dans mes données stellaires, il est clairement dit que cette punition a été inventée par les Flaviens et n’a pas été exécutée sur les criminels avant l’an 800 après J-C. Moi-même je n’ai aucun moyen de corroborer ce qui s’est passé à cette époque. Mais j’ai une tendance évidente à croire mes propres données stellaires.

Robert : J’ai une question. L’Ancien Testament, qu’est-ce que c’est ?

Swaruu : L’Ancien Testament est essentiellement l’histoire de l’Atlantide et de tout ce qui s’est passé autour d’elle. Il est écrit de telle manière qu’il y a deux, voire plus, façons de le comprendre : littérale pour les gens normaux, ou entre les lignes avec le symbolisme, pour les érudits. La compréhension littérale de l’Ancien ou du Nouveau Testament était destinée au public, au peuple. Telle était l’intention.

L’Ancien Testament fait partie d’un contrôle et d’une compilation basée sur des textes très anciens, qui sont fortement liés aux tablettes sumériennes, étant donné que les deux proviennent des mêmes personnes. Il y a 3 niveaux : les tablettes sumériennes / l’Ancien Testament / le Nouveau Testament. C’est la même source et la même intention générale.

Robert : C’est la même source mais pas les mêmes auteurs, n’est ce pas ?

Swaruu : Non, ils ne proviennent pas des mêmes auteurs car ils couvrent une longue période de temps, avec une grande différence temporelle. Mais ils proviennent du même groupe qui contrôle l’humanité.

Cependant, les nouveaux auteurs recueillent et éditent ces textes tout le temps, comme par exemple le Nouveau Testament qui a été édité, corrigé et réédité d’innombrables fois depuis Josèphe. D’où l’existence de prétendus textes apocryphes, que les gens d’Église ont rejetés parce qu’ils ne leur convenaient pas, des siècles après Josèphe.

Dans les éditions ultérieures, ce ne sont pas, comme on les appelle, des « livres » entiers qui ont été supprimés de la Bible, mais seulement des paragraphes pas très convenables, et/ou d’autres paragraphes ont été ajoutés. Le meilleur exemple de cela est l’édition « King James » de la Bible, qui est la plus largement utilisée aujourd’hui. On ne peut pas faire plus « matrice 3D » que cette version de la Bible, dont le but est de contrôler la population.

Les Textes de Nag Hammadi, qui ne sont autres que les Manuscrits de la Mer Morte, sont utilisés pour corroborer la Bible, mais ce n’est pas vrai. Les gens ne voient, ne prennent en compte ou n’interprétent que les choses qui leur conviennent.

Par exemple, dans les Textes de Nag Hammadi, on parle du « Messie ». Le problème est qu’il y avait d’innombrables « Messies » avec le même nom de « Christ », parce que c’est ce que ça signifie. Donc dans les Manuscrits de la Mer Morte, ils ne parlent pas du personnage de Vespasien et de son fils Titus. Au contraire, ils parlent de n’importe quel « Christ », parce qu’il y en avait beaucoup. C’est ainsi que les exégètes vont juste regarder et tout accommoder à leur convenance.

Les Textes de Nag Hammadi, ou Manuscrits de la Mer Morte, sont fondamentalement des documents écrits par la population résistante à l’occupation romaine de toute la région, de la Palestine jusqu’à la Libye.

L’idée de Jésus en Inde vient d’autres « Christs », d’autres « Messies », auxquels cette histoire de Jésus est ajoutée. Logiquement, certains de ces « Christs » de la région de Palestine ont pu atteindre l’Inde. Parce que je parle de centaines de « Christs ». Ils poussaient comme des champignons à la saison des pluies. Ainsi, chaque fois que les gens lisent dans un texte ancien le terme de « Messie » ou de « Christ », ils l’attribuent à Jésus-Christ. Et même le nom de « Jésus le Christ » : « Jésus » signifie « Sauveur » ou « Xavier ». Ces 3 termes sont synonymes. Ils signifient tous « le Messie ».

Un autre point accablant est le parallélisme entre la campagne de Titus en tant que général d’armée, et les actions de Jésus. Elles sont identiques, et ce n’est pas une ou deux fois, c’est en totalité. Nous pourrions comparer chacun des deux récits mais ce serait un travail énorme.

Le passage dont je me souviens le plus, c’est lorsque Jésus a dit que si les gens le suivaient, ils deviendraient des pêcheurs d’hommes. Or, Titus a massacré des pêcheurs dans la mer de Galilée pendant ses campagnes. Et ses disciples, c’est à dire ses lieutenants, ont commencé à « pêcher les hommes » avec leurs lances, pendant que ceux-ci nageaient en essayant de sauver leurs vies. C’est indécent.

Ce n’est pas un exemple isolé car le parallélisme « allégorique » entre la vie et les miracles de Jésus peut être suivi dans l’ordre chronologique étape par étape, de concert avec la campagne militaire de Titus. C’est parfaitement documenté par Flavius Josèphe lui-même, qui n’était rien d’autre que le ministre de la propagande de Vespasien.

Pourtant, beaucoup, voire tous les conspirationnistes, suivent encore Jésus et disent qu’il est ou était un être de Lumière venu sauver l’humanité des Archontes, etc. Perpétuant ainsi les mensonges des politiciens romains d’antan.

Gosia : Penses-tu que les Jésuites savent que Jésus n’existait pas ? Ou bien sont-ils aussi tombés dans le piège ?

Swaruu : Bonne question et la réponse est certainement « oui ». Ils savent et ils continuent de perpétuer le mensonge pour le contrôle du peuple. Bien que je ne doute pas que des Jésuites de rang inférieur le croient encore, mais ceux qui sont au sommet le savent.

D’après ce que d’autres chercheurs ont constaté, en dehors de nous lorsque nous étudions le contexte de ce sujet, la même chose se produit avec toute autre branche de la connaissance humaine, qu’elle soit scientifique, politique, économique ou religieuse. Nous avons réalisé que les théologiens sont très surveillés et contrôlés par les élites religieuses, en l’occurrence par les Jésuites qui, comme nous l’avons déjà dit, ne sont autres que les Illuminati. Il n’y a aucune différence.

Quand un chercheur aborde le sujet de Jésus, de l’Ancien ou du Nouveau Testament, des Évangiles, officiels et apocryphes, s’il n’a pas les accréditations que les Jésuites Illuminati imposent, ceux ci l’attaquent systématiquement.

Comme cela arrive avec les branches scientifiques officielles de la Terre, où ce qui ne correspond pas à leur façon de voir les choses n’est pas pris en compte.

J’ai moi-même vu, en faisant des recherches sur le sujet du Nouveau Testament, que des chercheurs non officiels étaient confrontés à une série de calomnies persistantes et à des puissants mécanismes de discrédit.

Les théologiens officiels des Jésuites allèguent toujours que les chercheurs indépendants n’ont pas fait les études et n’ont pas les références correctes pour être considérés comme des experts dans ce domaine. Même si ces derniers ont des doctorats en histoire, par exemple.

Pour être pris en compte en tant que chercheur en théologie, il faut avoir suivi un cursus d’études officielles dans les lieux officiels d’éducation jésuite. Et les chercheurs sont alors obligés de prêter serment de ne pas attaquer le conglomérat et l’ordre jésuite lorsqu’ils enquêtent, sur le moment ou utérieurement.

Les gens ordinaires n’ont pas accès à l’information que je fournis ici. Étant donné qu’il y a des milliers de textes, de livres et de vidéos réalisés avec d’énormes ressources économiques et de travail, il leur sera presque impossible de trier ce qui est vrai de ce qui est mensonger. Une personne lambda considérera que la croyance officielle diffusée par les médias est la seule qui soit digne de confiance.

Ils sont comme les Indiens mésoaméricains à l’arrivée de Hernàn Cortès. Ils sont impressionnés par les perles de verre et par tout ce qui scintille (comme sont les pies), par les graphiques, par les riches représentations de scènes bibliques, par les photographies, par la célébrité des artistes et par la quantité d’informations. Ils pensent que c’est vrai parce que la plupart des experts le disent. Des experts que j’accuse en ce moment d’être en phase et de collusion avec le programme de contrôle des Jésuites.

Outre les Jésuites, et bien qu’ils soient souvent liés, j’accuse un autre ordre de cacher la vérité : ce sont les Francs Maçons. J’ai découvert qu’ils étaient les mêmes que les prêtres du Dieu Solaire Aton et qu’ils suivaient les idées monothéistes imposées par Nefertiti et Akhénaton (d’où le nom du dieu « Aton », qui vient de Akhénaton).

Je dois vérifier l’orthographe d’un nom que je n’ai jamais utilisé auparavant. Gahonam (une Société Secrète) n’existe pas sur Internet. Je ne peux pas savoir quelle est son orthographe parce que je viens de l’entendre, mais je ne l’ai pas lu. Phonétiquement, ça se dit « Ga-ho-nam ».

C’est une Société qui date de l’époque d’Akhénaton, si secrète et si ancienne que très peu de gens sur Terre connaissent son existence, même si ce sont ses membres qui dirigent les choses par derrière et qui sont les marionnettistes d’une grande partie de ce qui se passe dans le monde, sur Terre. Ils font partie des Jésuites, de la partie la plus profonde, et sont en lien avec les Francs Maçons de haut niveau. Et c’est de Gahonam que vient le symbole G de la Franc-maçonnerie. C’est leur signature.

Par le biais de règles strictes et du contrôle mental, cette Société Secrète est chargée d’imposer que le statu quo de la réalité planétaire reste toujours le même. Ce sont les marionnettistes qui sont derrière les Jésuites. Et leur base est à Rome, d’où viennent les ordres.

Robert : Ce sont eux qui ont un grade plus élevé que les Jésuites, mais en dessous du Pape ?

Swaruu: Oui, et on les retrouve jusqu’au sommet, tel que le haut ecclésiastique atoniste, le Pape Noir. Ces psychopathes se déplacent toujours dans la dualité blanc/noir, qui symbolise « l’équilibre » selon eux. Adolfo Nicolas est le visage du Diable en personne. C’est le Général suprême des Jésuites et ceux-ci le considèrent comme le Diable au sens figuré.

Ils sont le système de contrôle derrière la vérité de Jésus. Le système qui protège le mensonge.

Je veux simplement que les gens sachent qu’il existe un mécanisme de contrôle. Les soit-disant experts sont contrôlés et payés par les Sociétés Secrètes jésuites et par Gahonam, qui appliquent leurs propres règles, cachent la vérité et écrasent les enquêteurs indépendants.

C’est tout ce que j’ai à dire pour le moment à ce sujet.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.