Voyages dans le temps et manipulations

Swaruu et Yazhi

Swaruu explique comment les sauts temporels se font avec leurs vaisseaux. A cela la question se pose de l’utilité de ces sauts suite à ses nombreuses expériences …

Nous remercions infiniment les TAYGETIENS pour leur dévouement à l’humanité. 

Nous remercions Cosmic Agency , SPECIALEMENT GOSIA pour tout le travail qu’elle effectue afin que nous soyons informés ainsi que toute l’énergie et de toute la conviction qu’elle émane.

Nous remercions  Gérard Toussaint Ruffin, pour la traduction

LA GUERRE N’EST PAS FINI MAIS UNE BATAILLE EST GAGNEE l

NOUS MOURRONS AVEC DE LA CONNAISSANCE ET NOUS REVIENDRONS SPECIALEMENT POUR GAGNER CETTE GUERRE…

Voyage temporel : Manipulation temporelle (changements du passé pour changer l’avenir) : 

Gosia

: Qu’entendez-vous par « manipulation temporelle » avec les vaisseaux spatiaux ? Et pourquoi est-il important de la comprendre ?

Swaruu

: C’est le fait de sauter dans le temps avec un vaisseau dans le but de modifier l’avenir. Mais je ne peux rien expliquer de tout cela avec les sciences de la terre, qui doivent être laissées à la porte. Cela vaut pour toutes les sciences de la terre, qu’elles soient quantiques, relativistes, newtoniennes ou religieuses.

Tout a une adresse énergétique, qu’il s’agisse d’un objet ou d’un lieu. Mais aussi une progression des mêmes objets dans un même lieu, un nombre infini de variantes, placées les unes après les autres à titre d’exemple. Cela peut être représenté comme une bobine de film, dans laquelle tout le film existe déjà, c’est juste que chaque personne voit la progression d’images fixes qui s’animent dans son esprit.

Vous prenez la bande film comme la flèche temporelle. du passé vers le présent et l’avenir.

Pour mieux comprendre d’un point de vue linéaire, vous pouvez revenir au début de la bande, ou à n’importe quel point de celle-ci. Elle peut être en avant ou en arrière, et à partir de ce moment, vous commencerez à voir une progression des événements.

Chaque image de la bande possède une direction ou un numéro qui l’identifie. Comme pour la bande du film, un vaisseau spatial se rend à cette adresse numérique, qui identifie un point dans le temps. Ce numéro est son adresse, c’est sa fréquence <— Le vaisseau correspond à la fréquence et saute pour être équivalent à cette fréquence. Lorsqu’une fréquence est égalée (synchronisée), elle devient davantage cette fréquence, c’est-à-dire qu’elle est équivalente ou identique.

Même si le concept – la perception d’une flèche temporelle est comme une bande de film, du point de vue 3D, du point de vue le plus étendu des autres densités, dans ce cas le 5D, le temps cesse d’être perçu comme une flèche ou un rouleau de film.

Le temps est perçu comme un espace à 3 directions ou coordonnées, x, y, z, dans lequel la progression temporelle, comme une bande de film, n’est valable que du point de vue d’une succession d’événements personnels, ou d’un point d’attention de la conscience. Elle est relative à chaque individu. Où, à partir de l’une ou l’autre circonstance, la perception du temps s’étend infiniment dans toutes les directions.

Le temps n’est pas quelque chose d’extérieur, et il n’est pas quelque chose de matériel. Il n’est qu’une perception liée directement à la conscience et en est inséparable, car il est nécessaire pour atteindre, ou représente la résultante de l’atteinte de l’état de conscience de soi.

« Je pense, donc je suis » n’est vrai que s’il y a une séquence de pensées. Cette séquence de pensées ou de réalisations conscientes est le temps. Le temps est la conscience et est relatif à chaque attention conscience-personne-individu.

Sur Terre, le temps est vu, ou pris comme une flèche temporelle ou une bande de film des événements par cela même que vous avez des accords de perception communs entre ceux qui y vivent.

Ayant la même idée ou la même perception car la population a des fréquences égales, vous verrez ou percevrez le temps de la même façon ou de façon très similaire (jamais exactement la même). Et la raison pour laquelle il y a beaucoup de gens dans cette population, par exemple sur Terre, est exactement parce qu’ils ont, ou partagent une fréquence très similaire. Les points d’attention conscience individuels des personnes sont la réalité même, étant donné qu’il n’y a rien qui leur soit extérieur.

Étant donné que le temps ainsi que l’espace-univers peuvent maintenant être représentés comme une sphère infinie, nous pouvons trouver n’importe quel point spécifique dans n’importe quelle dimension temporelle (dimension, pas densité).

Pour clarifier les choses, on pourrait dire qu’en 5D, il existe un espace à 3 dimensions, et un temps à 3 dimensions également, avec un total de 6 dimensions d’espace-temps (notez la dynamique de 3-69-12) du côté mathématique de l’éther.

Mais en soi, c’est encore une façon de le nommer pour essayer de mieux le comprendre. Il s’agit d’un ensemble où la seule chose qui existe est une énergie potentielle, dans laquelle une conscience émane ou provoque la perception de quelque chose, qui contraste ensuite avec quelque chose d’autre, et ensuite la relation immédiate avec eux, créant une localité, un ici et un là suivis d’une distance entre eux, ou une mesure entre ces deux objets qui ne sont rien de plus que des nœuds dans l’éther, et donnant finalement une animation de conscience qui est ce que nous verrons ou interpréterons comme du temps.

L’univers entier est énergétiquement interconnecté, et émane du même champ d’énergie potentielle que nous appelons l’éther. En d’autres termes, tout point est lié à l’énergie et à la fréquence l’un à l’autre, obéissant à des mathématiques précises et prévisibles.

Il y a un flux d’énergie à l’intérieur de l’éther. Ce flux est de la pure conscience car c’est ce qui « anime » l’énergie potentielle et lui donne un sens et une interprétation.

Au-delà de ceci:

L’éther ou l’énergie potentielle EST la conscience elle-même. L’unification totale, ou la source.

Comme nous avons la connaissance de chaque point de notre sphère x, y et z, et de son adresse énergie fréquence unique, nous pouvons la reproduire avec notre vaisseau en utilisant les moteurs.

Le moteur d’un vaisseau spatial est un instrument de manipulation des fréquences, conçu pour que le vaisseau lui-même, sa matière et tout ce qu’il contient, devienne équivalent à la fréquence dictée par l’ordinateur de bord, pour que le vaisseau soit incorporé dans la fréquence de la destination, étant plus de cette fréquence. Être équivalent est la destination, et cela équivaut à être dans la destination.

Donc, le temps, pour la science et les vaisseaux Taygétains, entre autres races, n’est pas quelque chose de séparé de l’ensemble. Ou alors, il est seulement utilisé comme un autre facteur pour qu’il soit plus compréhensible en général. Le temps n’est qu’une partie de la destination. Une partie de ce qui constitue, ou forme un point spécifique dans cette boule de x, y et z, que nous représenterions comme l’énergie ou l’éther potentiel qui forme tout. Le facteur temps est fusionné dans la fréquence numérique qui représente un point, ou la destination d’un navire.

Pour naviguer à temps sur un navire, il suffit d’observer une carte de fréquences et de faire correspondre la fréquence de destination avec les moteurs du navire. Peu importe que vous vous rendiez à un point dans l’espace aujourd’hui, hier ou il y a 10 000 ans ou 10 000 ans plus tard. C’est la même chose pour le vaisseau et ses moteurs.

Bien qu’ils aient apparemment une capacité totale, le moment et l’endroit où ils se trouvent sont limités à la capacité d’émulation de fréquence du navire lui-même. C’est-à-dire que la conception et la capacité du navire dictent sa capacité de voyage. On voyage jusqu’à ce point précis, passé, présent ou futur, et de là, selon la perception du navire et de son équipage, le « temps » commence à avancer.

C’est là que s’arrête la perception temporelle des races ETs de 5ème densité. Car c’est là que j’explique pourquoi je dis non à la manipulation temporelle et à sa totale inutilité. Mais cela ne revient qu’à moi. Et il m’a fallu beaucoup de travail pour l’intégrer à la Fédération, toutefois, on y arrive peu à peu. Ma perception et mon expérience empirique dans ce domaine diffèrent de celles des autres races.

Je vais vous l’expliquer maintenant :

Voyons cela comme un retour sur le présent. Chaque ligne représente une « ligne temporelle ». Toutes [ces lignes] existent, mais nous n’en percevons qu’une. Nous la percevons comme une « ligne d’événements » allant du passé au présent, ou à l’avenir.

Mais en réalité, en fonction de chaque décision que nous prenons, elle nous fait passer d’une ligne à l’autre, étant que tout ce que nous allons, vivre et tout ce qui existe déjà, l’est. Ainsi, le destin est déjà écrit. Mais comme il y a une infinité de variantes, en même temps que le destin est déjà écrit, il y a aussi le libre arbitre.

Simultanément.

Par conséquent, la ligne que chaque personne vit n’est pas une séquence fixe, comme dans chacune des lignes bleues de l’image, mais un saut continu entre des possibilités déjà écrites et des possibilités fixes. Mais du point de vue de chaque personne, de la conscience individuelle, elle sera vue ou perçue comme une ligne. Du point de vue de quelqu’un qui regarde de l’extérieur, cela ressemblerait à ceci.

Où l’individu est la ligne rouge, sautant selon ses décisions entre les échéances. Lorsqu’il ou elle saute plus d’une fois simultanément, on dit qu’il ou elle a fait un saut quantique, qui tire son nom du fait que les électrons d’un atome sautent plus d’une orbite. Chaque point de la ligne rouge est un point dans le temps et l’espace, du point de vue de l’individu de base. Il peut être représenté et c’est une fréquence que le vaisseau peut émuler et faire correspondre avec ses moteurs. Dans ce schéma, avec les basses fréquences d’un côté et les hautes fréquences de l’autre, avec toute la gamme entre les deux.

Donc, si nous revenons à un point de cette ligne rouge, nous pourrions ne pas prendre la même mauvaise décision qu’« avant ». Mais en changeant ce point ou cet événement, nous ouvrons la voie à toute une nouvelle chaîne d’événements qui sont le résultat de la nouvelle décision. Le changement n’affecte pas la position de départ du navire avant de sauter, pour effectuer le changement temporel, pour modifier le passé pour un meilleur avenir.

Complète dans cette nouvelle image.

Ici, l’accent est mis sur le point d’une mauvaise décision de changement, le point qui a causé une ligne temporelle négative. Vous voyagez donc dans un vaisseau jusqu’au point de la mauvaise décision (ligne courbe blanche), jusqu’à ce point, et vous évitez la mauvaise décision.

Vous vous dirigez vers un avenir meilleur que le précédent <— (ligne orange = ligne de temps positive corrigée). Mais même si la date est la même, le 9 juillet 2019, ce n’est pas la même position dans l’« espace-temps », comme vous pouvez le voir par les lettres, « A » de la ligne de temps négative et « B » de la ligne de temps positive.

Dans cette représentation graphique, on peut voir que bien que vous modifiez le passé, le présent dont vous êtes parti existe toujours et vous n’avez rien modifié. Seule votre perception a changé, et vous ne voyez plus le point « A » actuel mais le point « B » actuel.

Cependant, de la même manière, nous pourrions attribuer à chaque point sur la même ligne bleue, ou date du 9 juillet 2019 des lettres correspondant à un nombre infini de bons et de mauvais futurs alternatifs. C’est seulement votre propre fréquence – perception, qui vous êtes, ainsi que l’émulateur de fréquence qu’est le vaisseau, qui détermine quel présent ou futur vous aurez.

Mais envoyez quelqu’un du point « A », le négatif, pour corriger le point de mauvaise décision n’a aucun sens. Le seul bénéficiaire est en tout cas celui qui fait le saut temporaire et non l’« agent » qui a assigné la mission, puisqu’il reste derrière dans le point négatif « A », et ne bénéficie jamais du travail du chrononaute.

Gosia: J’imagine qu’il faut ajouter à cela le fait que chaque personne est une ligne temporelle, même si nous semblons vivre dans un groupe. N’est-ce pas ?

Swaruu: Oui. Pour simplifier, je n’utilise que le point de vue de la perception d’une personne, collectivement c’est par des accords. Mais l’accord ne consiste pas à s’asseoir à une table pour discuter de la façon dont ils vont voir une chose ou une autre (bien que cela arrive aussi). Il s’agit plutôt de deux personnes ou plus qui perçoivent le monde dit extérieur « plus ou moins » de la même manière, parce que leurs fréquences personnelles, ce qu’elles sont, sont très similaires.

Ainsi, les personnes que nous voyons dans notre environnement ont une mentalité similaire à la nôtre. Bien que nous puissions percevoir les personnes négatives, ou agressives, comme les 5 peuvent voir les 3, mais les 3 pas les 5. Parce qu’elles font aussi partie de nous-mêmes. Elles constituent ce que nous sommes, nous savons ce qu’il ne faut pas faire et comment ne pas être, grâce à elles. Mais de la même manière, nous pouvons nous concentrer sur ce que nous voulons voir, expérimenter et vivre, et non sur ce que nous ne voulons pas.

Revenons à l’explication des échéances. Je l’ai vu de manière empirique, et petit à petit, ainsi qu’avec l’ordinateur du navire, dans Suzy. Les images que je vous ai données sont brutes, et avec plus de temps, elles peuvent être améliorées. Pour moi, ce n’est pas de la théorie, c’est pratique et c’est empirique. C’est pour cela que je suis ainsi aujourd’hui. C’est ma façon de penser, ce que je vis, et ce que j’ai vécu pendant 12 vies déjà. Quand vous sautez encore et encore, pendant des milliers d’années, vous devenez autre chose. Vous ne pensez plus de la même façon, vous ne percevez plus la réalité de la même manière.

Gosia: Je comprends et je vous remercie de l’avoir expliqué avec ces détails. Swaruu, j’ai une question importante. Vous, pour en arriver à cette conclusion des lignes temporelles, que cela ne devrait pas se faire, parce que VOTRE ligne originale n’est pas modifiée. Pour en arriver à cette conclusion, en théorie, lors de la tentative de modification d’une certaine ligne, vous avez dû revenir à votre ligne précédente pour vérifier qu’elle n’avait pas vraiment été modifiée. Sinon, comment avez-vous VÉRIFIÉ que la ligne originale n’a pas vraiment été modifiée ?

Swaruu: En soi, c’est l’essentiel. Vous repartez du point « A » jusqu’en 1944 et vous corrigez le problème (nous verrons cette partie plus tard), donc à partir de là, dans cette ligne, vous ne verrez plus le problème. Tout est bon, mais c’est une illusion. Parce qu’à partir de ce passé modifié, dans le point de liaison 1944, si vous retournez dans le futur sur cette ligne corrigée, vous ne verrez que le futur de cette ligne, le futur corrigé. Apparemment, vous aurez résolu le problème pour tout le monde. Mais d’où vous venez, le problème persiste toujours. C’est juste que vous ne le percevez plus.

Gosia: Mais c’est ma question. Comment savez-vous que c’est ainsi ? Êtes-vous retourné là où vous êtes parti ? Pour le découvrir, en théorie, il fallait y retourner, et voir que rien n’a changé, et se dire : surprise, rien n’a changé. N’est-ce pas ? Ce que j’ai fait n’a servi à rien.

Swaruu: C’est que lorsque vous sautez du point « A », au point de liaison 1944, dans l’ordinateur vous avez encore les coordonnées de fréquence du point de sortie « A ». Mais comme ce que vous voulez, c’est voir dans le futur, voir si le changement a déjà pris effet, vous n’utiliserez pas ces coordonnées « A ». Vous utiliserez un nouveau calcul dans l’ordinateur, basé sur les changements du point de liaison. Sinon, si vous revenez au point « A », c’est comme si vous effaciez tout le travail que vous avez fait pour effectuer les changements. Si vous revenez au point de sortie « A » qui est enregistré dans l’ordinateur, vous verrez que vous n’avez PAS réussi à changer quoi que ce soit. Mais l’illusion est que vous percevez également que vous n’avez rien fait sur le point de connexion. Mission non accomplie.

Gosia: Et vous l’avez fait ? Y êtes-vous retourné ? Je pense que c’est ma question.

Swaruu: Oui, plusieurs fois. J’ai beaucoup exploré ces variantes de navigation.

Gosia: Êtes-vous retourné au point de sortie après avoir fait des changements ?

Swaruu: Oui, et il n’y a pas de changements.

Gosia: Ah, ok. Je voulais savoir cela. Il était logique pour moi de revenir pour vérifier à 100%.

Swaruu: Toutefois, on apprend avec le « sablier » que lorsque vous faites un changement, vous revenez à ce futur, ou vous serez coincé dans le futur négatif initial que vous vouliez changer en premier lieu. Mais cela, c’est une illusion. Par conséquent, je peux aller au point de connexion à partir de « A » et ensuite revenir à « A », mais vous ne verrez aucun changement. Alors pourquoi avez-vous sauté ? Vous devez vérifier votre travail à partir de la position de la ligne orange, avec un futur déjà modifié à partir du point de connexion. Et le futur que vous verrez ensuite est un « B » heureux. Mais le point initial « A » existe toujours – comme tous les autres. C’est pourquoi je dis, par exemple, que la terre a déjà été libérée. Et depuis longtemps. Nous ne la percevons tout simplement pas. Mais, en changeant notre perception : Libérer la terre de quoi exactement ? La moyenne collective veut encore qu’elle soit telle qu’elle est. Même ceux qui se battent, ce qu’ils veulent voir et vivre, c’est le combat lui-même. On travaille pour une fin, mais on n’arrive pas à une fin. Comme le but d’une symphonie n’est pas d’atteindre la fin de la symphonie, c’est de profiter de son cours, de sa durée. Que dans la vie il faille travailler pour se retirer ensuite, ce sont des excuses. Ce n’est pas vivre la vie.

Vous pouvez mener un cheval à l’eau, vous pouvez lui apporter un seau plein. Mais il ne boira pas s’il ne veut pas. Comment convaincre un cheval de boire l’eau ? Vous créez un déficit en eau. Ainsi, le cheval considérera l’eau comme quelque chose d’important. Comme pour la spiritualité. Oui, les églises vous vendent de la spiritualité « canard », déjà digérée, pour les attardés. Comme une spiritualité traitée dans une usine, et avec un emballage coloré, tout comme la malbouffe de la terre, un emballage coloré, des images de gens heureux, et croquants, que vous achetez, et que vous consommez.

Pourquoi chercher une autre spiritualité ? Vous devez réaliser qu’ils vous donnent des déchets colorés. Comme les Doritos. Mais les gens qui cherchent refuge, étant de vrais adeptes de religions avec une spiritualité de pacotille, ne sont pas à blâmer pour tout. Ils cherchent des réponses en dehors d’une matrice solide et matérialiste. Seulement, ils n’ont pas d’autre choix que de manger des « doritos » spirituels.

Gosia: Swaruu, ceux qui, comme vous le dites, veulent toujours ce système, certains sont comme ceux des « doritos », n’ayant pas d’autres options. Nous, avec cette information, nous donnons simplement d’autres options. Il faut que quelqu’un le fasse. Il n’y a pas que la cabale qui peut offrir des modes de vie et d’autres modes de perception.

Swaruu : Et les options que nous donnons. Aujourd’hui, beaucoup de gens sont comme le cheval. Assoiffés d’autre chose. Le déficit en eau-spiritualité est déjà créé. C’est là que nous pouvons donner. Pas avant, sinon ils nous brûleraient sur les bûchers, et croyez-moi, ils le font. Nous ne l’offrons qu’à ceux qui sont d’accord avec tout cela.

Gosia: Revenons aux sauts et à vos conclusions. Pourquoi les Andromédiens n’ont-ils pas encore fait ces examens dans leur société ? Il semble super logique que cela soit fait pour en avoir une vérificaton.

Swaruu: Ils sont assez simples d’esprit, et je regrette de le dire, craintifs de leurs croyances karmiques. Donc, ils n’ont pas pris la peine de sauter les étapes depuis des années.

Gosia: Et les autres races ? Ont-elles sauté pour faire ces études ?

Swaruu : Jusqu’à présent, il semble que non. Ou pas comme nous.

Sauter ne sert qu’à celui qui a sauté. Oui, ça marche, mais pour vous. Pas à des fins altruistes. On suppose qu’en étudiant l’histoire en profondeur, on peut voir les points de connexion. Un point de connexion est le lieu de décision qui a changé une vie.

Par exemple, un étudiant assis dans un parc qui ouvre deux enveloppes de deux universités. Elle en ouvre une et il est écrit qu’elle a été acceptée en psychologie. Elle ouvre l’autre et il est écrit qu’elle a été acceptée en histoire. À ce moment-là, elle a de l’argent pour les frais d’inscription, mais un seul des diplômes est possible. Elle réfléchit un instant, s’imagine à un endroit et puis à un autre… Elle décide d’étudier la psychologie. C’est un point de connexion clair qui change sa vie, et qui se résume à ces secondes de décision.

Si vous voulez changer cela, vous pourriez avoir les fréquences exactes de ce moment, après une enquête et une navigation constante pour le chercher. Et comme vous savez que l’enveloppe « histoire » a une ligne rouge et l’enveloppe « psychologie » une ligne bleue, vous pouvez vous arrêter au parc et demander l’heure du sujet. Vous volez l’enveloppe « psychologie », ou la remplacez par une autre que vous avez préparée et qui dit « psychologie – rejeté ». Avec cela, vous modifiez l’histoire. Toute sa vie sera différente, et il ne vous a fallu que quelques secondes pour faire le changement. C’est ça, Le Sablier. Sauter dans le temps, et avec de petites ou de grandes choses, modifier l’avenir.

Ou bien, vous savez qu’un ingénieur en aérospatiale qui a des documents importants dans sa mallette se fera rouler dessus, à New York, à 12h11 au coin de la 11e avenue et de la 7e. Vous vous y rendez… vous l’arrêtez et lui demandez comment se rendre au bâtiment Chrysler. Il ne lui faut que 30 seconde pour vous dire que vous devez descendre deux rues sur la droite. Mais avec cela, il est arrivé en retard à sa destination, et n’a pas été écrasé. Changer toute l’histoire.

Pour celui ou celle qui voyage, c’est perçu comme un succès. Ce scientifique a inventé le moteur à réaction à pointes qui permet d’améliorer de 60 % le rendement du carburant par rapport aux moteurs de fusée normaux. En outre, il résout le problème de l’expansion des gaz dans la tuyère d’échappement d’une fusée, ce qui fait progresser la technologie terrestre pendant de nombreuses années.

Mais c’est grâce à votre perception que vous savez que vous l’avez empêché de se faire écraser. Vous l’observez, vous le créez. Vous le manifestez pour votre monde. Mais vous ne changez rien à l’origine de la réalisation de la mission, du fait que vous venez d’un endroit dans l’espace-temps où… il a été écrasé. Cela ne change rien, cela ne change pas. Ce qui s’est passé n’a pu se produire que de cette façon. Ce qui s’est passé ne peut pas être inversé.

Néanmoins, pour vous, oui, parce que vous avez sauté. Avec l’essence et l’intention créatrices, vous avez modifié cet avenir. Mais vous seul, qui avez sauté, pouvez le percevoir, et non pas à partir de l’endroit où vous êtes parti. Ce monde alternatif est donc de votre création. Un pouvoir presque divin, c’est vrai. Ou votre propre illusion générée par votre esprit, valable uniquement pour vous. Mais, dans tous les cas, en quoi cela diffère-t-il de votre propre imagination ?

Un autre problème à peine mentionné, est la façon dont les événements sont comme des choses avec leur propre harmonique d’une fréquence. Le destin, pour l’appeler ainsi, vous joue des tours, car l’harmonique d’une fréquence reste là, le flux existentiel et la dynamique de cette autre conscience créative également, celle du scientifique, qui modifie encore ce que vous, en tant que manipulateur temporel, voulez ou souhaitez changer.

Le scientifique arrive chez lui, il n’a jamais appris que quelqu’un l’avait sauvé de l’écrasement ce jourlà. Il n’a jamais appris qu’il allait mourir, laissant son moteur de fusée à pointes inachevé. Mais le jour suivant, il part, ou deux semaines plus tard. Un taxi l’écrase alors que vous ne regardez plus, vous obligeant à retourner une fois de plus le sauver.

Vous le sauvez et trois jours plus tard, il est écrasé par une voiture de patrouille. Vous sautez à nouveau et il est écrasé par un bus. Vous sautez à nouveau et il est écrasé par une voiture de tourisme à cheval. Le temps et le « destin » sont difficiles à modifier, même avec la technologie, car la dynamique de l’énergie créative (les harmoniques d’une fréquence) est toujours là. Pourquoi sont-elles encore là à travailler ?

Parce qu’une personne n’est que cela. Un nœud dans un champ d’énergie potentielle, une onde stationnaire dans l’éther. Le scientifique n’a pas de destin. Il EST son propre destin. Il est une fréquence. Il est compatible avec l’écrasement. Vous n’avez pas de destin, vous êtes votre propre destin. Il n’est pas extérieur à vous. Vous le générez parce que vous l’êtes.

Un de nos contacts nous l’a dit. Qu’un jour, il a sauvé un chat dans la circulation parce qu’il l’avait vu pris dans les suspensions d’une voiture. Il a arrêté la voiture et est passé en dessous, et a sauvé le chat. Il a adopté le chat et l’a emmené vivre dans la banlieue, où la circulation des voitures est presque inexistante. Il a vécu un peu plus d’un an en paix et n’est jamais sorti. Il était très calme. On ne sait pas pourquoi, mais il est parti, et la seule fois où il est parti, il s’est fait écraser

Vous êtes déjà votre destin. Pour changer votre destin, vous devez vous changer vous-même. Soyez compatible avec autre chose.

Mais il est vrai qu’il ne vaut pas grand-chose, ou pas du tout, de sauter des étapes pour changer l’histoire. Et ce n’est pas de la théorie. C’est une pratique empirique observée, à travers de très nombreuses années de pratique, de documentation et d’observation. Vous ne pouvez faire que ce que vous pensez être le mieux, la bonne chose selon vous. Et pour cela, vous n’avez pas besoin de sauter des étapes.

Gosia: Ok, fascinant. Donc, pour résumer, il y a deux points que je comprends ici, simplifiant.

1. Vous ne devez pas sauter parce qu’en faisant cela, vous changez quelque chose, mais l’autre version (l’originale) reste la même.

2. Vous ne devez pas sauter parce que les harmoniques de la fréquence de l’événement ou de la personne que vous souhaitez influencer créeront toujours son propre destin, malgré ce que vous faites. Est-ce bien cela ?

Swaruu : Oui. Même ainsi, cela vous donne l’illusion de contrôler. Que vous faites personnellement la « bonne chose ». Donc vous continuerez à le faire. Mais pour vous.

Robert: Est-ce que l’ADN change avec autant de sauts dans le temps ?

Swaruu: L’ADN ne reste jamais immobile. Il change au fil du temps, à travers nos vies. Les gènes sont éteints et d’autres sont allumés, de nouveaux sont créés aussi. Ce qui le change, c’est la conscience de celui qui le possède, de celui qui l’utilise parce qu’en soi il fait partie de lui-même, une expression cristalline de ce qu’est l’âme et la conscience.

C’est ainsi que d’autres espèces sont créées. Non pas avec l’évolution naturelle de la survie adaptative du plus fort (Darwin), mais par la réflexion ou à la suite de ce que l’ADN exprime dans un monde dit physique (étant que tout est éthérique) d’une conscience. En soi, le concept d’ADN, de sa formation comme exemple ou mémoire d’un être, d’une âme sous une forme mathématique-cristalline, est également appliqué dans les ordinateurs quantiques holographiques non humains.

Maintenant, l’UTILISATION des sauts temporels militaires : Il est clair que les sauts temporels ne sont pas utilisables à des fins militaires. Ils ne serviraient que pour des sauts tactiques plus petits, comme dans les combats aériens. C’est comme avoir un navire ennemi derrière soi, et sauter pour se mettre derrière ce navire, maintenant en position de tir. On dit que les voyages dans le temps sont faits pour modifier l’issue d’un conflit, comme par exemple voyager pour tuer Hitler avant qu’il ne prenne le pouvoir. Mais il n’a aucune influence, c’est de la fiction. Considérant le concept selon lequel si le temps n’est que le résultat d’une perception personnelle, tous les usages stratégiques et militaires s’effondrent.

Nous avons dit que le fait de sauter les lignes temporelles ne profite qu’à ceux qui sautent, et non à ceux qui observent de l’extérieur. Envoyer quelqu’un, d’un certain point de vue, et observer ensuite comment tout a changé, comme dans les films, comme dans l’effet Mandela, est faux et prouve une ignorance totale sur le sujet.

Mais cela peut être observé d’un point de vue logique, si ce n’est empirique, je veux dire le grand public.

D’un point de vue logique…

Prémisse 1 :

Ce qui se passe si le temps est le résultat de la conscience qui anime tout et qui est personnelle. Prémisse 2 :

Donc, s’il est le résultat de la conscience, parce que vous pouvez voir comment le temps ne change que par un changement de perception. Il n’y a pas de temps en dehors de la conscience.

Principe 3 :

Le temps n’existe donc pas et n’est que quelque chose à l’intérieur de l’expérience personnelle de chaque personne, ou du point d’attention-conscience.

Prémisse 4 :

Donc, en tant que cause externe, le temps n’existe pas.

Prémisse 5 :

Si le temps n’existe pas, il ne peut pas être la cause d’une chaîne d’événements qui sont subis de manière déterministe, du point de vue d’une conscience observatrice.

Seulement par la logique.

Le voyage dans le temps pour modifier l’avenir et qui se reflète dans les « effets Mandela » comme beaucoup le disent, est faux. Ce qu’ils disent n’est que le reflet de leur perception du temps comme étant linéaire. Comme une masse collective unique.

Maintenant, en se concentrant sur les paradoxes, ils ne peuvent pas non plus exister, par exemple le paradoxe du grand-père. Que je voyage dans le temps à une époque où mon grand-père était jeune et n’avait pas encore d’enfants. Je me dispute avec lui et je le tue. Comment mon père est-il né pour que je naisse, que je voyage dans le temps pour le tuer en premier lieu ?

Ce genre de paradoxes est ce qui alimente les intrigues de films comme « Retour vers le futur », où le temps est déterministe et linéaire. La perception du temps est linéaire, mais elle ne se comporte pas comme cela dans la soupe collective des consciences qui génèrent toute la perception totale individuelle et collective de tous les points de conscience.

La réponse est que dans cette ligne temporelle, le sujet qui a voyagé dans le temps ne naîtra jamais, et il y aura toute une chaîne d’événements différents. Mais il ne disparaîtra pas, car provenant de sa propre ligne temporelle, de sa propre « bobine de film », il vient de sa propre ligne temporelle – où il est né.

Si vous voyagez à travers le temps et que vous donnez à votre cadet une transcription de vos futures inventions, et que le cadet « vous » écrit un livre, D’où vient l’inspiration créative ?

D’autres lignes, qui ne disparaissent pas, sont seulement là, et en soi cela explique l’inspiration, pour inspirer ou comme si un esprit avait « soufflé » l’information « d’un autre plan existentiel » vers vous. Vous n’avez accès qu’aux informations provenant d’autres lignes temporelles. Elle est déjà là parce qu’il n’y a pas de temps en tant que tel. Donc ce qui sera déjà là, c’est d’un autre point de vue ou d’un autre point d’attention.

Et à quoi cela nous mène-t-il ?

Est-il vrai que le voyage dans le temps ne sert qu’à celui qui saute et à personne d’autre ? Par pure logique, nous avons vu qu’il ne sert à personne d’autre. Car si vous animez le temps en fonction de votre perception, vous ne pouvez pas modifier la perception de quelqu’un d’autre. Le temps dépend de la perception d’un point de conscience de l’attention créative, mais uniquement en tant qu’expérience. Et il est personnel.

Tout est perception.

Et le « quoi » que vous interprétez à partir du monde extérieur apparent et illusoire, ne dépend que de ce que vous savez, de votre niveau d’évolution, en tant qu’âme, en tant que fragment holographique de la source. Le temps ne peut donc être qu’une expérience, et non quelque chose d’extérieur à la personne.

Il a été dit qu’il existe des particules de temps, appelées chronatons. Cela n’a pas de sens. Elles ne restent que dans l’esprit des scientifiques du Cern, qui manifestent ce qu’ils cherchent, parce que ce que vous cherchez, vous le trouverez. C’est la loi des miroirs. Cela s’applique principalement aux particules subatomiques, car la quantité d’énergie nécessaire pour les manifester est très faible.

Comme déjà expliqué dans « La mécanique de la manifestation », la conscience se concentre sur l’énergie potentielle, l’éther-gravité, dans un nœud ou une onde stationnaire, qui sera une particule de matière, ou une énergie potentielle concentrée en un seul point – comme cela a été découvert en 1909 lors de l’expérience de la fente.

Mais est-il vrai que le voyage dans le temps et le saut dans le temps ne profitent qu’à celui qui en prend conscience ?

Nous avons vu qu’il ne profite à personne d’autre. Est-ce que celui qui saute en profite vraiment ?

D’un point de vue extérieur, pour la personne qui saute, cela lui profite car elle peut changer le monde perçu vers un monde meilleur ou plus désiré. En d’autres termes, vous obtiendrez une meilleure position dans la vie. « Riche », si vous le souhaitez. Tout cela parce que vous modifiez tout à votre convenance. Et d’un point de vue moral, cela n’enlève rien à personne, car tout est déjà …

MAIS…

C’est d’un point de vue matériel. C’est une expérience de vie où l’estime de soi dépend de ce que vous avez, et non de ce que vous êtes. Vous arriverez à un point où ce que vous avez n’aura plus de valeur pour la personne en question. Le matériel est illusoire et ennuyeux. Si vous n’êtes pas heureux de ce que vous avez, vous ne serez pas heureux de ce que vous désirez avoir.

En tant qu’âme qui veut s’épanouir, accroître sa conscience, comprendre davantage, cela vous donne une expérience limitée. Parce qu’il y a quelque chose qu’aucune machine à remonter le temps ne peut changer, et je parle de vous qui sautez. Quelque chose d’inévitable qu’aucune technologie de manipulation du temps ne peut changer à votre avantage. Vous allez sauter dans le temps et vous modifierez ce que vous voulez, et tout ce que vous pouvez en votre faveur, mais vous trouverez quelque chose d’inéluctable, d’immuable. Stable. Solide.

Aucune technologie de manipulation temporelle, quelle que soit la hauteur, ne peut permettre à celui qui saute de s’échapper de lui-même, de ce qu’il est, de ce qu’il a été. De votre être et de votre essence. Ce que vous avez fait vous définit. C’est ce qui fait de vous ce que vous êtes. Vous porterez dans votre mémoire les endroits où vous avez été, où vous avez sauté, les variantes de ce que vous avez changé. Votre rouleau de film chronologique, en tant que personne-point d’attention-conscience est immuable, et vos erreurs inaltérables et incorrigibles.

Quoi que vous portiez en vous, que vous sautiez ou non des lignes temporelles, la vôtre sera toujours une histoire linéaire pour vous, avec un passé, un présent et un futur. C’est ainsi qu’une conscience évolue, mais les lignes de saut ne vous donnent que des expériences et oui, elles changent, et beaucoup, mais elles restent des expériences. Et rien de plus. Vous ne pouvez pas défaire une expérience que vous avez déjà eue.

Pour la traiter, pour savoir qui vous êtes, où vous allez, votre identité en tant que personne, vous y arrivez avec la simplicité de la vie, sans avoir besoin de sauter des étapes. Ce que vous aimeriez changer en dehors de vous, n’est qu’un placebo temporaire. Un goût extérieur futile.

Gosia

: Ok, une question, peut-être une question évidente en ce moment. Pour arriver à ces conclusions profondes, qu’avez-vous essayé de changer dans l’histoire ?

Swaruu: Il y a tellement de choses que je ne peux pas toutes les énumérer. Vous verrez toujours ma main, ou ma tentative de manipulation à travers l’histoire. Ce n’est pas être égocentrique. C’est juste ainsi. C’est ce que je suis. C’est ce que j’ai été. Et il n’y a pas de paradoxes comme on dit, parce que le temps n’est pas linéaire. Mais je ne vois pas l’utilité de continuer à modifier les lignes temporelles avec ce que je sais aujourd’hui, avec ce que j’ai documenté.

Si je remonte dans le temps et que je modifie le résultat d’un avion qui tombe en panne, cela provoquerait une chaîne d’événements les uns après les autres. Je ne vous aurais tout simplement rien dit sur cet avion, parce que rien ne s’est passé, comme bien d’autres fois où je veux sentir que j’ai évité ces catastrophes. Rien à signaler, mais c’est ce qui est bien.

Nous aurions travaillé sur un nouveau sujet comme si de rien n’était. Vous auriez fait une autre vidéo. Quelqu’un d’autre l’aurait vue sur YouTube, et cela lui aurait donné une autre idée. Cette personne serait en retard quelque part, disons à Quito, en Équateur. Rien qu’en écoutant la vidéo, il a été renvoyé.

Sans compter que les personnes sauvées de l’avion sont arrivées saines et sauves dans leur ville. Ils ont fait des plans et ont dîné avec leurs familles, ignorant ce qui s’était passé. Mais en sautant, moi seule le verrais, vous ne le verriez pas. Et je parlerais avec un autre Robert et Gosia, légèrement différent. PAS VOUS. Une petite altération, mais tout s’additionne, jusqu’à ce que vous perdiez votre identité. D’où vous venez, qui vous êtes.

Gosia: À ce stade, il y a quelque chose qui n’est pas encore clair pour moi. Par exemple, vous avez dit qu’en sauvant cet avion, ces personnes seraient allées tranquillement à leur destination sans le savoir. Mais il a également été dit que l’autre ligne où ils meurent continue son cours, c’est pourquoi il ne sert à rien de la changer. Ma question est donc la suivante : pourquoi la conscience/perception de ces personnes sauvées serait-elle DANS les personnes sauvées (pour ainsi dire) et n’irait-elle pas là où elles sont mortes ? Pourquoi seraient-ils conscients de l’endroit où ils ont été sauvés ? Parce que dans ce point de connexion, les lignes temporelles seraient divisées dans plusieurs directions ?

Swaruu: Parce que toutes les possibilités existent. Si vous y réfléchissez, c’est quelque part. Mais c’est pour vous, pas pour eux. Alors je vais les sauver, mais c’est ce que je perçois. Ici, dans cette ligne de base, ils sont morts. Cela ne peut pas être modifié. Voyager dans le passé ne fait que changer VOTRE perception du passé, et des situations et des événements qui le composent. Mais pas des autres personnes. Nous n’avons pas besoin de savoir et de percevoir ce qu’ils auraient fait, s’ils avaient vécu aujourd’hui.

Gosia: Mais cette histoire d’originaux et de « nouveaux » sonne comme si la conscience se divisait toujours. Est-ce le cas ? Est-ce qu’ils se « divisent » ? Et nous ne le découvrons tout simplement pas à cause du facteur TEMPS, qui est la conscience animant une seule ligne temporelle de séquences d’événements pour nous ?

Swaruu: La conscience se divise toujours, oui. C’est la même définition que nous sommes des fragments holographiques de la source. Nous passons ou accédons à des informations provenant d’autres lignes temporelles tout le temps. Et oui, le TEMPS est quelque chose que vous seul percevez de la manière particulière dont vous le percevez. C’est votre signature et elle est unique.

Gosia: Oui, je vous remercie. Et si vous, Swaruu, imaginant que vous êtes allée sauver cet avion, vous les sauveriez de cette ligne temporelle, pas de celle-ci, mais VOUS reviendriez à la nôtre, n’est-ce pas ? Vous ne disparaîtriez pas ?

Swaruu: Je peux revenir à celle-ci après avoir sauvé cet avion. Mais, vous ne verriez aucune différence, parce que vous êtes dans cette ligne et pas dans celle-là. Donc c’est comme, ou c’est la même chose que si je vous disais que j’ai sauté « hier soir » et sauvé cet avion dans une autre ligne. Juste que vous ne pouvez pas le voir.

Mais, quelle différence y a-t-il à l’imaginer ? Vous le verriez comme un mensonge. Ou simplement parce qu’aucun changement n’est vu, il est écarté comme inutile de cette ligne temporelle. Ainsi, pour voir le changement, vous devez sauter à la date de la ligne où l’avion a été sauvé. Ce futur une semaine plus tard (exactement), mais à partir de la ligne sauvée. C’est comme si je vous disais que j’ai sauvé un avion, parce qu’il est tombé dans une autre ligne temporelle.

Mais, encore une fois, vous verriez que rien ne s’est passé, que je l’ai seulement inventé. Parce que vous ne connaissez aucun avion tombé, alors je n’invente que des choses pour vous. Dans les deux cas, il n’y a pas de preuve extérieure, du point de vue de qui regarde sans sauter. Changer les choses ne sert qu’à celui qui saute et à personne d’autre.

« Il y a un mois, j’ai sauvé un bus d’une chute dans un ravin, avec 35 personnes à bord. » Quelle preuve en a-t-on ? C’est comme si je n’avais rien fait du tout. Seul celui qui a sauté sait si c’est vrai ou non (ce n’est qu’un exemple, je n’ai rien sauvé).

Gosia: Merci, je comprends. Et encore une chose. Si je suis dans l’avion, l’un d’eux va s’écraser et un autre sera sauvé, qu’est-ce qui me pousse à rester dans celui qui a été sauvé ? Par opposition à celui dans lequel je vais mourir ? La perception que j’ai de moi-même.

Swaruu: Votre fréquence. Que vous soyez compatible ou non avec elle. Et souvenez-vous, vous êtes votre fréquence. Vous n’avez pas de fréquence. Mais les deux VOUS existent simultanément.

Gosia : Donc ceux de la NOUVELLE ligne (pour ainsi dire) ne savent pas qu’ils ont été sauvés. Les originaux meurent de la même façon.

Swaruu: Oui. Cela ne change pas. C’est-à-dire que je quitte cette ligne temporelle, je voyage dans le passé, je sauve l’avion et je reviens ici. Mais ce serait l’avenir de cette ligne, pas celui-là. Cette ligne reste la même. Alors vous me demanderez pourquoi je ne reviens pas exactement ici, si c’est une fréquence, et qu’elle peut être sauvegardée sur les ordinateurs du navire. Oui, elle peut être sauvegardée.

Mais alors je viens ici, et dans ma mémoire je les ai sauvés mais pas dans la vôtre / ni dans la perception du monde et des blessés eux-mêmes. Sinon, vous vous en souviendriez. Ergo : Je n’ai rien obtenu. Cela n’aurait pas d’importance si je vous disais maintenant que j’ai juste sauté dans le temps et que je les ai sauvés. Ceux qui ont été sauvés se trouvaient dans une autre ligne temporelle, pas celle-ci.

Mais…

En quoi cela diffère-t-il de l’imagination ?

Dans ce cas, il est préférable de ne rien faire puisque je sais qu’ils ont été sauvés dans d’autres lignes temporelles ou simplement que cela n’est jamais arrivé. Je n’ai pas besoin de sauter pour les sauver. Je sais qu’ils sont bien dans ces autres lignes temporelles. Alors, pourquoi s’embêter à sauter en premier lieu ? C’est quelque chose qui ne concerne que moi, pour faire de mon monde un endroit meilleur pour moi, rien de plus. Là-bas, avec un vaisseau, une carte des étoiles, je suis donc la déesse toute-puissante. Et c’est ce que j’ai déjà fait dans une large mesure. Sachant que c’est seulement pour moi. Je me retrouve dans un monde quasi parfait. Idéal. Ennuyeux. Et solitaire.

Ce que je n’ai pas fait, c’est ne pas sauter, et ne modifier les événements qu’avec ce que je sais… avec mon esprit. Dans cette ligne temporelle que je partage avec vous tous. Je partage, pas seule, c’est de la co-création. Mais pour cela, il n’est pas nécessaire d’avoir des vaisseaux et la connaissance des lignes temporelles. Juste pour vivre, le mieux que chacun peut, à tout moment.

Mais en quoi cela diffère-t-il de vivre comme tout le monde ? Il n’y a pas beaucoup de différence. Cela vous fait apprécier ce que vous avez et réaliser que tout a une raison d’être. Et même avec des machines à remonter le temps et des ordinateurs super puissants à bord des vaisseaux, vous ne parvenez pas à réparer votre vie. Parce que votre vie n’est pas une chose à laquelle vous aspirez, une chose à laquelle vous devez arriver pour être heureux. C’est quelque chose que vous vivez au quotidien, ce n’est pas un voyage avec une destination. La vie n’est que cela, vivre des moments qui, avec ou sans super haute technologie, ne reviennent jamais. Vous devez la vivre pour réaliser ce que vous aviez en premier lieu. Ce que vous voulez, c’est la paix que vous donne la simplicité. Le pouvoir de la déesse avec des modifications temporelles à votre convenance, ne vous remplit que de solitude. Vous n’avez pas besoin de vaisseaux pour être heureux. Ce n’est qu’en les ayant que vous réaliserez que vous aviez déjà tout ce dont vous aviez besoin.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.